Weblog de Joël Riou

« Le temple Parthasarathy | Kunnakudi Sri R. Balamuralikrishna au Vani Mahal »

Les Bouddhas de Kanchipuram

2011-08-23 16:24+0530 (சென்னை) — Voyage en Inde X

Kanchipuram est connue pour les centaines de temples hindous qui s'y trouvent. J'en avais visité quelques uns il y a cinq ans. Cette fois-ci, j'avais décidé d'y aller pour voir quelques traces d'un passé bouddhiste et jaïn. Malheureusement, mon ami bouddhiste Shiva étant malade, il n'a pas pu m'y accompagner. C'était la première personne à m'avoir dit que certains lieux de pélerinage hindous étaient originellement bouddhistes. J'en avais eu une confirmation en lisant le livre de Mishi Saran, Par-delà les montagnes célestes. Il restait à localiser les endroits intéressants, ce que j'ai pu faire grâce à l'article ci-lié.

J'ai quitté mon hôtel hier vers 6h pour me diriger vers l'arrêt de bus. Le bus nº41F n'étant pas passé après une demi-heure d'attente, je suis allé à la gare routière de Mofussil-Koyambedu en rickshaw. Là, j'ai trouvé un bus pour Kanchipuram où je suis arrivé vers 9h. J'ai commencé par chercher le poste de police situé près du temple Ekambanarathar, mais je n'ai alors trouvé qu'un bureau non ouvert au public.

Je me suis alors dirigé vers l'école CM Subbaraya Mudaliar. J'étais en train d'essayer de déchiffrer le nom tamoul pour vérifier que j'étais au bon endroit quand les élèves qui étaient alignés pour chanter l'hymne national ont rompu les rangs, laissant paraître au fond de la cour une statue de Bouddha d'un mètre cinquante de haut environ, que l'on m'a permis d'aller voir de plus près. Elle se trouve sous un arbre, avec en arrière-plan un parking à motos.

Non loin de là se trouve le temple Kachabeshwarar. Je l'ai visité en essayant de faire attention aux piliers. Entrant dans le sanctuaire, j'ai vu un brâhmane assez âgé. Quand un fidèle est entré, il a fait le signe qu'il était sourd ou n'avait rien entendu. Puis, l'homme s'est mis à chanter. Alors, le prêtre a accepté de lui donner de la poudre pour s'en marquer le front.

J'ai attendu d'être seul avec le prêtre pour lui demander s'il y avait des sculptures bouddhistes dans le temple. Dans l'instant, il a dû me prendre pour un fou parce qu'il m'a dit que c'était un temple de Shiva et Parvati. Puis, je me suis fait plus précis et alors que j'allais repartir bredouille, il m'a fait signe de le suivre et m'a montré un des piliers sur lequel on voit plusieurs Bouddhas. Il m'a ensuite demandé si je voulais voir un temple bouddhiste. J'étais dubitatif à propos de l'existence d'un temple bouddhiste à Kanchipuram, mais j'ai accepté et un jeune homme qui était là avec son père a suivi les indications du prêtre pour m'y conduire en moto (gratuitement ! alors que la route était plutôt longue).

Arrivé au lieu-dit de Tiruparuttikunram, j'ai vite compris qu'ils confondaient le bouddhisme et le jaïnisme. C'etait en effet un lieu que j'avais de toute façon prévu de visiter : il s'y trouve deux temples jaïns. Le plus grand s'appelle Jeenaswamy Trilokyanathar. C'est le temple jaïn le plus étrange que j'aie visité. Extérieurement, il se présente comme un temple hindou de style dravidien. Parmi les devas représentés, un dieu avec conque et disque ressemble à s'y méprendre à Vishnu tel qu'il est représenté ordinairement. Jusque là, le seul indice qui fait penser qu'il s'agit d'un temple jaïn est la présence de quelques sculptures d'hommes en méditation, que l'on pourrait facilement confondre avec des Bouddhas. Mais il s'agit bien de tirtankhars jaïns. Dans ce temple du XIVe siècle, on peut admirer le plafond recouvert de peintures datant du XVIIe siècle. Alors que je discutais avec un jaïn qui m'expliquait qu'il n'y avait plus une seule famille jaïne dans les environs, une veille dame qui regardait d'un œil mauvais mon appareil-photo m'a ouvert l'intérieur du temple dans lequel on peut voir plusieurs tirtankhars.

De retour dans le centre de Kanchipuram, je suis allé dans le temple de Kamakshi Amman. Des sculptures bouddhistes s'y trouveraient, mais l'entrée du sanctuaire est interdite aux non-hindous. Cependant, sur un pilier d'un kiosque voisin, on peut voit un homme assis en méditation, mais son visage est caché par un panneau en bois. Je me suis plu à penser que c'était peut-être un Bouddha.

J'ai fait ensuite un petit tour au temple Ekambaranathar où j'ai revu le vieux manguier. À l'extérieur, j'ai explicitement demandé le chemin vers la Police Station. Deux ou trois rues plus loin, j'y suis arrivé. À gauche, à l'extérieur du bâtiment se dresse un Bouddha qui a été trouvé dans les environs du temple dans les années 1930. La statue est insérée dans un baldaquin construit en 1992.

Après avoir mangé dans un restaurant Saravana Bhavan, je suis parti à pieds en direction de l'Est de la ville. Un cortège bruyant (tambours) avançait un peu devant moi. Quand je l'ai dépassé, j'ai compris que c'était le cortège funéraire d'une femme décédée. Allant encore plus loin, je suis arrivé au récent Buddha Vihar. Un Bouddha est installé sous un arbre et un autre dans une hutte qui fait office de salle de prière. Des moines sont censés résider là, mais je n'ai vu personne. Ce n'était peut-être pas la bonne heure.

PS: (4 mars 2013) Un éditorialiste d'Outlook India a fait un voyage semblable. (Mes photos de cette journée sont là.)

Lien permanent


Commentaires

Vous pouvez poster un commentaire grâce au formulaire ci-dessous.

Nom ou surnom (obligatoire) :
Adresse email (facultative, n'apparaîtra pas publiquement sur ce site) :
Site Web (facultatif) :
Faire conserver ces coordonnées par mon navigateur ?
Pour montrer que vous n'êtes pas un robot stupide, veuillez recopier les chiffres 54938, dans l'ordre inverse :
Le commentaire (de grâce, évitez le SMS-speak) :

Ne mettez que du texte dans les commentaires ; vous pouvez néanmoins insérer des liens en saisissant par exemple <URL: http://www.google.fr/ > (à savoir « <URL: », une espace, l'URL proprement dite, une espace, et enfin « > ».

Date de génération : 2019-05-25 13:55+0200 ― Mentions légales.