Weblog de Joël Riou

Cette page ne contient que les entrées du mois d'avril 2007. Les entrées les plus récentes se trouvent . Vous pouvez aussi naviguer vers mars 2007 ou mai 2007.

Inscrits/exprimés

2007-04-22 20:04+0200 (Grigny)

Stéphane Rozès, de l'institut CSA, il y a quelques secondes sur France Inter, donne les estimations de résultats pour le premier tour de l'élection présidentielle. Pour chaque candidat, après avoir donné un pourcentage, il prend bien soin de préciser des inscrits. En totalisant les pourcentages, je trouve qu'au moins 99% des inscrits auraient voté pour un candidat, record absolu de participation.

Lien permanent — Commentaires


Deux vies — Vikram Seth

2007-04-17 20:21+0200 (Grigny) — Culture — Lectures — Culture indienne

[Couverture du livre _Deux vies_]

Vikram Seth est un des plus grands auteurs indiens de langue anglaise. En 1969, il vient étudier en Angleterre et est accueilli au 18 Queens Road à Hendon par son grand-oncle Shanti Seth et sa grande-tante Henny Caro qui ont alors soixante ans. Sur un malentendu, il se voit contraint d'apprendre l'allemand en très peu de temps pour passer un examen d'entrée à Oxford. L'examen réussi, il découvre qu'il aurait pu être dispensé de cette apprentissage. Néanmoins, cette expérience l'a beaucoup rapproché de Henny et Shanti.

Henny et Shanti se sont connus à Berlin au début des années 1930. Henny vivait avec sa mère Ella et sa sœur Lola. Venu en Allemagne étudier l'odontologie, Shanti loue une chambre dans leur appartement. Il entre dans le cercle des amis de Henny. Mais, après avoir achevé son doctorat, il est contraint à l'émigration au Royaume-Uni puisqu'il ne peut plus travailler en Allemagne. Henny parvient aussi à émigrer peu avant la Deuxième Guerre Mondiale. Comme tant d'autres Juifs, Ella et Lola seront déportées et exterminées par les nazis.

L'auteur dresse une biographie de Shanti et de Henny en s'appuyant sur des entretiens avec Shanti peu avant sa mort et sur la découverte fortuite de la correspondance de Henny. Shanti raconte notamment son engagement dans les équipes médicales mobiles des Alliés, la perte de son bras droit à Monte Cassino et ses efforts pour reprendre son métier en dépit de cette mutilation. La correspondance d'Henny constitue un document bouleversant sur l'époque. Après la guerre, Henny enquête sur le sort de Lola et d'Ella dont elle n'avait pas de signes de vie depuis leurs dernières cartes postales envoyées depuis les camps. En Allemagne, les conditions de vie sont difficiles pour les anciens amis d'Henny, mais si elle se montre très généreuse envers ceux en qui elle a toute confiance et qui ont soutenu Lola et Ella avant leur déportation, elle répugne à renouer le contact avec certains d'entre eux...

Albin Michel — 575 pages — Traduction de l'anglais par Dominique Vitalyos.
ISBN : 978-2-226-17694-3.

Extrait :

Mon oncle hocha la tête. Il embrocha une feuille de laitue avec son couteau Nelson et la porta à sa bouche.

Ton oncle, me dit Fred, est un expert en art de vivre. Il n'a qu'un bras, et pourtant, il a fait tout ça...
— C'est heureux pour Fred que ses compatriotes m'aient bousillé un bras, dit mon oncle. C'est pour ça qu'il m'ont permis de faire venir un assistant en Angleterre.
— Je suppose que si tu avais perdu les deux bras, remarquai-je, tu aurais eu le droit d'en faire venir deux...

Fred se tourna vers moi. Cette repartie dénuée de toute délicatesse le laissait bouche bée. Mon oncle, lui, riait de bon cœur.

Lien permanent — Commentaires


Elle s'appelait Sarah ― Impératrice

2007-04-01 23:28+0200 (Grigny) — Culture — Lectures

La semaine dernière, j'ai lu deux romans qui m'ont beaucoup plu.

Le premier est Elle s'appelait Sarah de Tatiana de Rosnay, traduit de l'anglais par Agnès Michaux, qui a paru aux éditions Héloïse d'Ormesson en mars. Une journaliste américaine vivant à Paris doit faire un article sur la rafle du Vél d'Hiv. Elle découvre que la famille de son mari a emménagé juste après la rafle dans un appartement où habitait une famille juive. Après avoir été internée à Beaune-la-Rolande, la petite Sarah aurait réchappé de l'extermination des Juifs. La journaliste Julia Jarmond raconte sa quête de Sarah et les bouleversements que celle-ci engendre dans sa vie.

Le deuxième est Impératrice de Shan Sa (Albin Michel). Il s'agit d'une autobiographie imaginaire de Wu Zetian. Après une enfance sordide, Lumière est remarquée par le général Li Ji qui la fait rejoindre le gynécée impérial en tant que Talentueuse de cinquième rang sous la dynastie Tang. La Cité interdite de la capitale Longue Paix est le théâtre de nombreuses rivalités. Déjouant tous les complots, son ascension est fulgurante. Son influence sur l'Empire devient telle qu'après avoir obtenu le pouvoir absolu, elle parvient à se faire sacrer Empereur. Écrit à la première personne, ce texte nous fait adopter le point de vue de ce personnage complexe.

Lien permanent — Commentaires


Cette page ne contient que les entrées du mois d'avril 2007. Les entrées les plus récentes se trouvent . Vous pouvez aussi naviguer vers mars 2007 ou mai 2007.

Date de génération : 2017-04-26 10:07+0200 ― Mentions légales.