Weblog de Joël Riou

Cette page ne contient que les entrées du mois de février 2006. Les entrées les plus récentes se trouvent . Vous pouvez aussi naviguer vers janvier 2006 ou mars 2006.

Rigoletto

2006-02-27 10:50+0100 (Courcouronnes) — Culture — Opéra

Théâtre des Champs-Élysées — 2006-02-25

Lisa Larsson, Soprano

Bogna Bartosz, Alto

Christoph Genz, Ténor

Klaus Mertens, Basse

The Amsterdam Baroque Orchestra and Choir

Ton Koopman, direction

Messe en si mineur, BWV 232, Johann Sebastian Bach.

J'ai pu assister aux deux concerts que j'avais prévus ce week-end. La Messe en si mineur de Jean-Sébastien Bach samedi : c'est bizarre, plus j'ai écouté souvent une œuvre, plus le concert semble se passer vite. Parmi les solistes, Klaus Mertens est toujours aussi bon à mon goût.

Opéra Bastille — 2006-02-26

Laura Claycomb, Gilda (soprano)

Natacha Constantin, La Contessa (soprano)

Martine Mahé, Giovanna (mezzo-soprano)

Dagmar Pecková, Maddalena (mezzo-soprano)

Letitia Singleton, Paggio della Duchessa (mezzo-soprano)

Ain Anger, Sparafucile (basse)

Mihajlo Arsenski, Matteo Borsa (ténor)

Andrzej Dobber, Rigoletto (baryton)

Philippe Fourcade, Il Conte di Monterone (baryton-basse)

Yuri Kissin, Il Conte di Ceprano (basse)

Bülent Külekci, Il Duca di Mantova (ténor)

Sergei Stilmachenko, Marullo (baryton)

Jian-Hong Zhao, Usciere di corte

Renato Palumbo, direction musicale

Jérôme Savary, mise en scène

Michel Lebois, décors

Jacques Schmidt, costumes

Emmanuel Peduzzi, costumes

Alain Poisson, lumières

Peter Burian, chef des chœurs

Rigoletto, Guiseppe Verdi

Hier, c'était mon premier opéra romantique : Rigoletto, en compagnie d'autres blogueurs. J'ai eu un peu peur au début en voyant défiler des acrobates (la mise en scène était de Jérôme Savary...), mais les chanteurs (surtout ceux qui interprétaient les rôles de Gilda et de Rigoletto) étaient très bons.

L'opéra fini, j'entendis derrière moi une conversation assez surréaliste, approximativement :

— Le Bouffon et le Duc étaient bons.

— Mais le Bouffon, c'est le Duc !

— C'était peut-être le même chanteur, mais ce sont deux personnages différents.

— Mais le Bouffon, c'est le Duc !

— Non, non, en fait, il y avait deux chanteurs.

— Mais le Bouffon, c'est le Duc !

Le sur-titre était pourtant bien visible de là où j'étais, et comme il y avait plusieurs scènes où intervenaient simultanément le Duc et le Bouffon (Rigoletto), je me demande comment on peut être à ce point malcomprenant.

Lien permanent — Commentaires


Incendie, suite

2006-02-24 15:54+0100 (Paris)

Voilà, je disais donc que jusqu'à très récemment, la conservation de certaines de mes données pouvait être menacée par d'éventuels incendies. C'est effectivement ce qui s'est passé. Le feu s'est déclaré semble-t-il au troisième étage (j'habite au deuxième) et a brûlé plusieurs appartements (mais sans faire de blessé). Tout-à-l'heure, on a juste pu monter quelques minutes dans l'appartement pour prendre quelques affaires et constater qu'il n'y avait pas de dégâts chez nous à part un écoulement de quelques litres d'eau par le plafond... à la verticale de mon intégrale de Bach ; heureusement, par le plus grand des hasards, j'avais négligemment disposé de grands sacs plastiques au-dessus de la valise contenant les CD, ils ont recueilli cette eau.

Heureusement que j'ai pu remonter dans l'appartement, puisque dans un tiroir étaient restées quelques places de concert, il eût été dommage de manquer la Messe en si mineur et Rigoletto demain et après-demain. Ouf !

Je ne sais pas trop où je vais dormir ce soir, mais bon, au pire, j'irai à l'hôtel quelques jours.

Lien permanent — Commentaires


1984

2006-02-23 22:42+0100 (Paris) — Culture — Musique — Lectures

Je viens de lire 1984, de George Orwell. J'ai trouvé ce livre absolument terrifiant, beaucoup plus terrifiant que W ou le souvenir d'enfance de Georges Perec.

En Océania, il n'est pas question d'assurer la conservation des données, bien au contraire : le Ministère de la Vérité se charge de modifier des articles de journaux pour assurer l'infaillibilité du pouvoir totalitaire en place, les prédictions qui se sont avérées fausses sont modifiées a posteriori, les preuves de ces falsifications étant jetées dans des trous de mémoire et par conséquent détruites.

En installant ce nouveau serveur, je me réjouissais d'avoir un outil contribuant à préserver certaines de mes données, notamment mes mails, les textes que j'ai tapées, et les fichiers musicaux extraits de mes CD audio. J'ai cette musique sous plusieurs formes :

  • les CD originaux ;
  • des fichiers Ogg Vorbis sur mon ordinateur fixe ;
  • un exemplaire pour mon baladeur numérique ;
  • une copie de sauvegarde sur quelques dizaines de CD-ROM ;
  • une copie sur ce nouveau serveur agastya.toonywood.org.

Ce qui était ennuyeux, c'est que dans cette liste, les quatre premières matérialisations de ma discothèque sont à peu de choses près situées chez moi, à Grigny (je pensais mettre les copies sur CD-ROM ailleurs, mais j'ai eu la flemme de le faire pour le moment). La conservation de ces données n'était donc pas garantie contre les cambriolages ou les incendies...

Lien permanent — Commentaires


Bhârata/Bach

2006-02-14 21:43+0100 (Grigny) — Culture — Musique — Danse — Danses indiennes — Culture indienne

Théâtre de la Ville — Les Abbesses — 2006-02-14

Maria-Kiran, danse bharatanatyam

Claudio Brizi, claviorganum

Gianfranco Borrelli, violon, alto

Milena Salvini, conception et réalisation

Vidyà, chorégraphies

Bhârata/Bach

  • Ouverture Invocatoire, prélude 552 A
  • Choral BWV 584
  • Confession, choral BWV 622
  • Choral BWV 699
  • Alleluya, extrait de la cantate BWV 51
  • Choral BWV 721
  • Culte de la parole, extraits de la Partita BWV 766
  • Choral BWV 731
  • Offertoire/Élévation, extrait de la cantate BWV 78
  • Choral BWV 559
  • Sanctus, extrait de la Messe en si mineur BWV 232
  • Consécration, choral BWV 727 et choral BWV 140-4
  • Communion, extraits de la cantate BWV 140
  • Choral extrait de la cantate BWV 140 (final)
  • Conclusion, triple fugue BWV 552 B
  • Post-Conclusion, choral extrait de la cantate BWV 147

Je reviens d'un spectacle au thème original : de la danse classique indienne (bhârata natyam) sur de la musique religieuse chrétienne de Bach. Vous imaginez bien qu'avec un tel programme, je ne pouvais pas manquer cela 1.

C'était pour ainsi dire le premier spectacle de danse auquel j'assistais ; je suis assez impressionné. Il y a dans cette danse peu de mouvements spectaculaires ; elle est exécutée avec une certaine solennité, les mouvements de mains semblant assez complexes et codifiés ; malgré cette majesté, des émotions très fortes jaillissaient de l'expression du visage de la danseuse Maria-Kiran. Difficile de résister pendant les évocations de certains épisodes de la Passion 2, en particulier les instants pendant lesquels la Cène était évoquée, je n'avais jamais ressenti cela pendant un spectacle.

L'instrument utilisé par le musicien Claudio Brizi était aussi très original : il s'agissait du claviorganum, une sorte de mélange entre le clavecin et l'orgue. Je n'ai reconnu que peu de morceaux de musique, qui étaient principalement des chorals. Je suis même tout perturbé de n'avoir pas reconnu le Sanctus de la Messe en si mineur...

[1] Au cas où, j'ai mis les mots importants en gras.

[2] Il n'y avait pas d'extraits de la Johannes-Passion ni de la Matthäus-Passion.

Lien permanent — Commentaires


Nadira

2006-02-09 21:13+0100 (Grigny) — Culture — Cinéma — Culture indienne

Nadira, ce n'est pas un nom d'ordinateur ; il s'agit du nom d'une actrice indienne dont je viens d'apprendre le décès à 75 ans.

Je l'ai vue dans trois films : le classique आन (qui est sorti en DVD en France sous le titre Mangala, fille des Indes), un pseudo-péplum (le méchant y voyage en Cadillac !) et dans deux autres films remarquables : श्री ४२० où elle partage l'affiche avec deux figures du cinéma indien : Nargis et Raj Kapoor et dans एक नज़र.

Lien permanent — Commentaires


Nouvel hébergement : Agastya

2006-02-09 03:00+0100 (Grigny)

Si vous voyez cette entrée de blog, c'est que vous accédez à ce site par l'entremise du nouveau serveur que j'évoquais il y a quelques jours. Si vous ne la voyiez pas, cela signifierait que l'ancienne adresse IP associée à joel.toonywood.org serait encore dans les caches DNS de votre fournisseur d'accès : il faudrait attendre quelques jours avant qu'elle ne soit mise à jour.

Le petit nom de ce serveur est agastya.toonywood.org. Agastya est un personnage évoqué dans l'épopée du Mahābhārata, il s'agit d'un ṛṣi dont une des caractéristiques est d'avoir un appétit énorme : afin de lutter contre les démons Kālakeya qui sont au fond des mers, les dieux demandent à Agastya d'absorber l'eau de l'océan, il le fait ! Mais une fois la bataille terminée et le fond de la mer nettoyé de ses hôtes malfaisants, les dieux demandent à Agastya de rejeter l'eau pour reconstituer la mer. Mission impossible, déclare simplement Agastya : cette eau, il l'a digérée (...) et ne peut la restituer. 1.

En principe, il ne devrait pas y avoir trop de choses cassées du fait ce transfert... Au passage, l'amélioration très sensible de la bande passante disponible devrait permettre une visualisation beaucoup plus confortable des photographies que j'avais faites en Inde.

[1] Le Mahābhārata, Madeleine Biardeau, Seuil, volume 1, page 510.

Lien permanent — Commentaires


Villiers devient vraiment grave

2006-02-07 00:27+0100 (Grigny)

Le discours de Philippe de Villiers sent de plus en plus mauvais. Il me semblait qu'il se contentait il y a quelques années de vomir sa bile sur les technocrates de Bruxelles. Dans son dernier discours dont je lis des extraits dans Le Monde daté du 2006-02-07, je vois page 9 que les cibles désignées pour 2007 sont l'islam et l'immigration ; il parle par exemple d'un patriotisme qui consiste à reconstruire une identité française par une immigration zéro. On peut même distinguer une occurrence de l'expression fort douteuse meurtre rituel (autrefois employée pour attiser d'autres haines religieuses...). C'est vraiment pitoyable !

C'est avec une certaine délectation que j'observe chez ce chantre d'une certaine identité française l'usage de l'anglicisme islamisation rampante qui est selon toute vraisemblance un ridicule contre-sens.

Lien permanent — Commentaires


Signature musicale (solution)

2006-02-05 14:00+0100 (Grigny) — Culture — Musique

Voici la liste des morceaux qu'il fallait reconnaître dans ma signature musicale (les liens qui suivent pointent vers des pages contenant les méta-données correspondant à ces fichiers de ma collection, on y trouve notamment les interprêtes de ces œuvres) :

  1. The Cranberries, Dreams ;
  2. Jatin Lalit, कुछ कुछ होता है (musique du film éponyme) ;
  3. Петр Чайковский, Casse-Noisette ;
  4. Johann Sebastian Bach, Concerto brandebourgeois nº5 — Allegro ;
  5. Georg Friedrich Händel, Aggripina — Acte I — Ho un non so che nel cor ;
  6. Vincenzo Bellini, Norma — Acte I — Casta Diva ;
  7. Gustav Holst, The Planets — Jupiter ;
  8. Сергей Прокофьев, Sonate pour violoncelle et piano (opus 119) — Andante grave ;
  9. Johann Sebastian Bach, Oratorio de Noël — Cantate nº3 — Herrscher des Himmels, erhöre das Lallen ;
  10. Ismail Darbar, डोला रे डोला (musique du film देवदास ) ;
  11. Richard Strauss, Vier letzte Lieder — Beim Schlafengehen ;
  12. Johann Sebastian Bach, Tilge, Höchster, meine Sünden — Laß dein Zion blühend dauern (adaptation de Giovanni Battista Pergolesi, Stabat Mater — Inflammatus et accensus) ;
  13. Ludwig van Beethoven, Concerto pour piano nº5 Empereur — Allegro ;
  14. Camille Saint-Saëns, Le carnaval des animaux — L'éléphant ;
  15. Franz Peter Schubert, Trio avec piano nº2 (opus 100) — Allegro moderato ;
  16. Johann Sebastian Bach, Sonate pour violon et clavecin nº2 — Presto ;
  17. Antonio Vivaldi, Les quatre saisons — Le Printemps — Allegro, danse pastorale ;
  18. Johann Sebastian Bach, La Passion selon Saint Matthieu ― Sehet, Jesus hat die Hand ;
  19. Johann Sebastian Bach, La messe en si mineur — Laudamus te ;
  20. Wolfgang Amadeus Mozart, Symphonie nº40 — Molto allegro ;
  21. George Gershwin, Rhapsody in Blue ;
  22. Ludwig van Beethoven, Variations Diabelli — Thema, vivace ;
  23. Boris Vian, J'suis snob ;
  24. Keren Ann, Spanish Songbird ;
  25. Ludwig van Beethoven, Symphonie nº3 Héroïque — Scherzo ;
  26. U2, One ;
  27. Marc-Antoine Charpentier, Te Deum — Prélude ;
  28. Franz Peter Schubert, Winterreise — Gute Nacht ;
  29. The Moses Hogan Singers, Amen ;
  30. Georg Friedrich Händel, Messiah — Worthy is the Lamb that was slain — Amen.

Huit morceaux ont été identifiés dans les commentaires, c'est un peu plus que ce que j'imaginais. Il y avait quelques autres morceaux en principe facilement identifiables, mais la très courte durée des extraits et la bouillie de fondus enchaînés qui en résultait rendait l'exercice difficile.

Lien permanent — Commentaires


Signature musicale

2006-02-03 14:13+0100 (Grigny) — Culture — Musique

Je suis tombé avant-hier sur la signature musicale de Finis Africae. Le principe est de prendre de très courts extraits des morceaux de musique que l'on écoute le plus souvent et d'en faire un seul fichier musical. Il y a un petit logiciel qui fait cela pour les collections de musique gérées par iTunes. Comme je n'ai pas cet outil (et encore moins le système d'exploitation pour le faire fonctionner), je viens de ook-ook-er un script qui me permet d'obtenir un résultat similaire de façon artisanale. Contrairement au logiciel évoqué ci-dessus, je n'utilise pas de transformée de Fourier ni d'algorithme du voyageur de commerce ; il m'a fallu pas mal d'essais avant d'obtenir quelque chose d'à peu près satisfaisant : il s'agit d'une suite de fondus enchaînés où chaque extrait surnage pendant à peine plus d'une seconde, il faut régler le volume et bien sélectionner les extraits parce que sinon je ne pourrais pas identifier tous les morceaux à l'écoute même en ayant la liste sous les yeux !

Voici donc le résultat :

Le jeu consiste à reconnaître les trente morceaux qui composent ce pot pourri. Je donnerai la solution dans quelques jours.

Lien permanent — Commentaires


Cette page ne contient que les entrées du mois de février 2006. Les entrées les plus récentes se trouvent . Vous pouvez aussi naviguer vers janvier 2006 ou mars 2006.

Date de génération : 2017-06-20 08:17+0200 ― Mentions légales.