Weblog de Joël Riou

Cette page ne contient que les entrées du mois de mars 2008. Les entrées les plus récentes se trouvent . Vous pouvez aussi naviguer vers février 2008 ou avril 2008.

Écrans noirs

2008-03-31 19:59+0200 (Orsay)

Ce matin, mon écran cathodique iiyama LS902UT acheté en septembre 2002 est définitivement tombé en panne. Cela faisait quelques jours qu'il se comportait bizarrement. Ainsi, en passant d'un écran virtuel à un autre, le moniteur se mettait à swinguer en rétrécissant ou élargissant la zone d'affichage. Un beau jour, la largeur affichée s'est rétrécie subitement et définitivement à 90% de l'écran. J'eus préféré que l'écran subisse le même sort que la Peau de chagrin, mais hier soir, il s'est mis à clignoter : petit Pock !, écran noir, r'animation. Ce matin, le bouton d'alimentation n'a plus fonctionné. J'ai quand même réussi à lancer en aveugle quelques commandes pour écouter le premier concerto brandebourgeois de Bach.

Quand le marché des écrans LCD a commencé à se substituer à celui des écrans cathodiques, je n'ai pas été immédiatement convaincu par l'utilité du changement, le prix des écrans LCD étant alors plutôt élevé à résolution fixée par rapport aux cathodiques. Entretemps, mon travail m'a offert de nombreuses occasions de travailler sur des écrans de ce type : à Chennai, à Mumbai et plus récemment à Orsay. Comme mon écran cathodique a tenu le coup assez longtemps, les prix ont eu le temps de baisser suffisamment pour que je puisse trouver à prix raisonnable un modèle ayant une surface et une résolution comparables à celles de mon défunt moniteur. Cependant, à caractéristiques équivalentes, la première boutique que j'ai visitée offrait des prix 30% supérieurs à la deuxième, où j'ai rapidement scellé l'achat.

Un seul petit souci : je suis maintenant obligé d'utiliser les pilotes propriétaires de la carte ATI de mon ordinateur. En effet, comme il s'agit d'un modèle de ratio 16:10, les résolutions usuelles pour des écrans 4:3 ne sont pas adaptées, le pilote de base de l'interface graphique ne semble pas en mesure de faire fonctionner le moniteur à la résolution maximale de 1440x900. Le mieux que j'ai pu faire avec ce pilote était une résolution de 1280x1024 ; la densité de pixels n'est alors pas la même dans la direction horizontale et dans la direction verticale, les logiciels courants semblent ne pas être en mesure de gérer ça. J'utilise donc le pilote propriétaire ATI, mon noyau Linux est donc tainted. J'espère que le développement en cours de pilotes libres pour ma carte graphique finira par aboutir.

Lien permanent — Commentaires


Prix Biblioblog 2008

2008-03-30 12:40+0200 (Brest) — Culture — Lectures

Le Prix Biblioblog 2008 vient d'être lancé :

Prix Biblioblog
Recommandé par des Influenceurs

Lien permanent — Commentaires


Free vs Nerim

2008-03-27 09:09+0100 (Orsay)

Je lisais il y a quelque temps quelqu'un dire Avec Free, c'est tout ou rien. Pour ma part, j'ai vu le rien. Après qu'il a reçu ma commande en septembre 2006, malgré mes nombreuses relances, cet opérateur a fait preuve de son incapacité à me fournir le moindre service Internet pendant pas loin de six mois, tout en prétendant que c'était de la faute de l'opérateur historique.

Début février, j'ai résilié cet abonnement fantôme (qui heureusement ne m'a rien coûté d'autre que le prix de timbres) et poursuivi mon ascèse jusqu'à la fin du mois pour que la résiliation devienne effective.

Dès que cela a été possible, j'ai ouvert une ligne France Telecom. Influencé par des amis en ayant vanté les mérites en matière de fiabilité, j'ai demandé un branchement à Internet auprès de l'opérateur Nerim. Il a mis moins d'une semaine à me faire parvenir un modem/routeur et à mettre en place la connexion, qui fonctionne depuis hier. Ce qui a pris le plus de temps, ç'a été de recevoir la première facture France Telecom, nécessaire pour s'abonner.

Lien permanent — Commentaires


Padmâvatî au Châtelet

2008-03-15 16:49+0100 (Orsay) — Culture — Opéra — Cinéma — Culture indienne

Théâtre du Châtelet — 2008-03-14

Sylvie Brunet, Padmâvatî

Finnur Bjarnason, Ratan-Sen

Alain Fondary, Alaouddin

Yann Beuron, Le Brâhmane

Blandine Folio Peres, Nakamti

François Piolino, Badal

Lauvent Alvaro, Gora

Alain Gabriel, Le Veilleur

Jean-Vincent Blot, Un Prêtre

Orchestre Philharmonique de Radio France

Chœur du Châtelet

Sanjay Leela Bhansali, mise en scène

Omung Kumar Bhandula, scénographie

Tanushree Shankar, chorégraphie

Rajesh Pratap Singh, costumes

Somak Mukherjee, lumières

Lawrence Foster, direction

Stephen Betteridge, chef de chœur

Padmâvatî, opéra-ballet d'Albert Roussel

Hier soir, j'étais à la première de l'opéra-ballet Padmâvatî au théâtre du Châtelet. Je n'avais jamais été autant ému par un opéra. Le thème de cet opéra-ballet est inspiré de l'histoire d'une rani rajpoute de Chittor (Rajasthan) qui s'est sacrifiée avec de nombreuses autres femmes de la citadelle avant qu'un sultan ne prenne possession du palais après avoir vaincu l'armée conduite par le raja. Dans l'adaptation de cette histoire par Louis Laloy, Padmâvatî tue son mari Ratan-Sen qui veut céder à la demande du sultan mogol (sic) Alaouddin de lui donner la belle Padmâvatî en échange de la paix.

Je n'ai pas de goût marqué pour la musique vingtième siècle de Roussel. Pourtant, cette musique symphonique a la faculté de déclencher des impressions et des émotions fortes. En dehors de la musique et du chant (chœur du Châtelet et orchestre philharmonique de Radio France dirigé par Lawrence Foster), l'essentiel de la production a été confié à des indiens. La mise en scène de Sanjay Leela Bhansali (qui a notamment réalisé le film Devdas) et les décors semblent avoir pleinement utilisé les possibilités techniques du théâtre : Ganesh surgissant du ciel, décors escamotés par en haut au milieu d'un acte, rideau venant cacher l'arrière-scène pour mettre en valeur la scène tendue entre Ratan-Sen et Padmâvatî au deuxième acte.

Au premier acte, après une gracieuse entrée en scène du chœur par les allées de l'orchestre et un prologue, Alaouddin entre à dos d'éléphant, parlemente avec Ratan-Sen et sollicite des spectacles de plus en plus merveilleux jusqu'à demander explicitement Padmâvatî dont le nom évoque le lotus. Ceci permet de mettre en scène des danses de plus en plus gracieuses : guerriers, femmes esclaves, femmes du palais. Bien que la musique soit assez différente des musiques indiennes, Tanushree Shankar a merveilleusement bien chorégraphié ces danses.

Au début du deuxième acte, la bataille a commencé. Dans le temple de Śiva (de part et d'autre de la scène se trouvent un lingam/yoni et le buffle Nandi), les prêtres invitent Padmâvatî à se préparer à suivre son mari sur le bûcher. Muni de certains de ses attributs (trident, tambour, croissant de lune dans le chignon tressé), Śiva fait une apparition et prend la position Nataraja du seigneur de la danse. Pendant une trêve, Ratan-Sen entre dans le palais. Quand il demande à son épouse de se donner à Alaouddin pour épargner les autres femmes de son peuple, à l'évocation de leur mariage, quelques aspects du rite du mariage hindou sont mimés. Elle l'embroche avec le trident de Śiva. Les déesses Kali et Dourga surgissent. Lors de son entrée sur scène, Dourga est accompagnée d'un tigre ! À première vue, cela peut sembler inutile, mais dans cette production, les aspects indiens de l'œuvre sont respectés aussi authentiquement que possible. Les turbans des hommes du commun du premier acte sont ceux des rajasthanis, la barbe d'Alaouddin a la couleur orangée commune à celle que produit le henné sur la chevelure de nombreux hommes indiens, etc. Ici, le tigre est justifié par le fait que Dourga est traditionnellement représentée assise sur un félin (le plus souvent un tigre, parfois un lion). On voit une Kali avide de sang tirer la langue. Dans ce deuxième acte, l'évocation de Dourga et Kali (et d'autres divinités voisines et qui leur sont parfois identifiées) par les prêtres procure l'occasion de magnifiques scènes dansées. À un moment, les deux groupes de danseuses entourant Kali et Dourga se sont regroupées derrière leur divinité tutélaire, et ont positionné leurs bras de façon à suggérer les multiples paires de bras de l'iconographie hindoue (nécessaires pour représenter les nombreux attributs des divinités). Sous un meilleur angle que le mien, l'effet devait être saisissant.

Finalement, Padmâvatî rejoint son époux sur le bûcher. Quand Alaouddin victorieux force la porte du palais, il est trop tard. Depuis le devant de la scène, il se retourne et voit Padmâvatî et Ratan-Sen enlacés rejoindre leur séjour céleste. Tomber de rideau. Applaudissements enthousiastes de la salle pour l'ensemble des artistes qui viennent saluer.

PS : Une fois n'est pas coutume, Renaud Machart, du Monde, n'a pas détesté.

Pour me préparer à ce magnifique spectacle (auquel je vais essayer de retourner), j'avais écouté l'enregistrement par l'orchestre du Capitole de Toulouse (Michel Plasson) avec notamment Marilyn Horne (Padmâvatî), Nicolai Gedda (Ratan-Sen) et José Van Dam (Alaouddin). Par le même orchestre, Lakmé de Delibes avec Natalie Dessay (Lakmé), José Van Dam (Nilakantha), Gregory Kunde (Gerald) est aussi hautement recommandable. Contrairement à d'autres opéras édités par EMI classics, le livret n'était pas inclus dans le coffret. Je ne comprends pas sous quel prétexte économique fallacieux on peut se dispenser de publier un opéra avec son livret, de préférence traduit aussi dans d'autres langues (le plus souvent, les textes joints avec les disques de musique classique apparaissent en italien, allemand, français et anglais). La quatrième de couverture du coffret invite à consulter full libretto and translations at www.theoperaseries.com and www.emiclassics.com. En allant sur ces sites, je n'ai trouvé qu'un indigne fichier PDF. Tout d'abord, le livret est uniquement présenté en français, donc sans les traductions promises dans les autres principales langues européennes. Ceci ne m'émeut guère dans ce cas particulier, mais ce fichier n'est qu'un grotesque brouillon qui n'a manifestement été relu par quiconque entendrait le français ni même quiconque apte à déchiffrer l'alphabet latin. Certains mots manquent, des groupes de lettres sont absents, remplacés par d'autres à la graphie voisine. On y peut lire par exemple Elle découvrent le cadavre et en vent (sic) ecantées (sic) par les prêtres.. Manifestement, le texte est le résultat brut d'une entreprise de reconnaissance automatique de caractères (OCR) sur un scan d'un livret imprimé ; pour qu'il présente mieux vu de loin, on a cependant bien voulu rendre les didascalies en italique et le nom des personnages en gras. Le format PDF permettant d'inclure des images, il aurait été préférable d'inclure un livret correct dans un format bitmap, quitte à ce que fichier soit plus gros. Les lecteurs s'en trouveraient moins incommodés.

Lors de mon dernier séjour en Inde, je ne suis pas passé loin de Chittor. Depuis Pushkar, j'avais pris un petit bus matinal avec des écoliers allant à l'école dans la ville voisine d'Ajmer. Je voulais continuer vers la citadelle de Chittor en bus, mais j'eusse dû attendre cinq heures pour le prochain bus. N'ayant alors plus que trois jours à consacrer au Rajasthan pour ce séjour, je pris un bus en partance pour la très belle ville d'Udaipur. Ce sera pour une prochaine fois...

Albert Roussel avait visité cette citadelle lors d'un voyage en Orient quelques années avant de composer cet opéra. Le programme vendu au théâtre du Châtelet contient un extrait du journal de voyage du compositeur. Ce journal a d'ailleurs été publié dans Albert Roussel, Lettres et Écrits, Flammarion Harmoniques.

Lien permanent — Commentaires


Salon du Livre 2008

2008-03-15 16:24+0100 (Orsay) — Culture — Lectures — Culture indienne — Photographies

J'ai fait ma visite au salon du livre 2008. Ma volonté de réprimer mes envies d'achats de livres peut bien souffrir quelques exceptions. J'ai rempli mon sac à dos avec quelques achats à peu près raisonnables :

Livres achetés au salon

Je suis d'abord allé au stand Québec éditions pour rencontrer Hélène Rioux, auteur de Vendredi soir au Bout du monde que je viens de lire. Nous avons jasé assez longuement. J'ai acheté Chambre avec baignoire un des livres où intervient Éléonore, son personnage de traductrice. À la recherche du stand Picquier, j'aperçois celui de l'Asiathèque que j'avais aussi noté. J'y ai acheté une version tibétaine des Contes du vampire dont j'ai lu récemment la version sanskrite de Somadeva, traduite en français par Louis Renou. Le titre de la traduction est Les contes facétieux du cadavre ; en tibétain, si vous avez des fontes appropriées, que votre navigateur gère l'écriture tibétaine (un peu plus complexe que d'autres systèmes d'écritures voisins comme celui utilisé pour le hindi) et que je ne me suis pas trompé en saisissant les caractères Unicode, cela donne ça : མི་རོ་རྩེ་སྒྲུང་།. J'y ai aussi pris une pièce de théâtre de Krishna Baldev Vaid La faim, c'est le feu (भूख आग है) et l'épopée moderne Kāmāyanī de Jay Shankar Prasād. Je suis ensuite naturellement allé le stand de l'éditeur Philippe Picquier qui édite de nombreux livres d'Asie, Inde comprise. J'y ai fait moisson de quelques romans et nouvelles. J'y ai retrouvé l'agréable compagnie de Gilda avec qui j'ai flâné dans les allées du salon et dont j'ai bénéficié des suggestions. J'ai été particulièrement frappé par l'impression d'abondance de (bons) livres en passant près des stands des éditeurs Payot & Rivages.

Finalement, j'ai encore trouvé le moyen de faire rentrer dans mon sac Voyager léger de Julien Bouissoux aux éditions de l'Olivier, India, India de Yolande Villemaire au stand du Québec, un roman en forme de récit de voyage, Le cri de Laurent Graff au Dilletante, un recueil de poèmes de Kedarnath Singh chez Caractères.

Lien permanent — Commentaires


Swap thé

2008-03-02 16:57+0100 (Orsay) — Thé — Photographies

J'ai participé à un nouveau swap. Après le swap thé et littérature, il s'agit du mini-swap thé organisé par Flo. J'ai reçu hier le très beau paquet que m'a envoyé Vanessa :

Le paquet de Vanessa

Il contient :

  • Deux tablettes de chocolat, du Venezuela et de Madagascar ;
  • Deux grands sachets : un thé vert Long Jing et un thé wu long dragon noir ;
  • Deux petits sachets de thé (un thé vert et un thé Pu Er) ;
  • Un filtre-chaussette ;
  • Le livre Le Maître du thé de Yasushi Inoué ;
  • Le beau livre Cha Jing de Lu Yu (VIIIe siècle), traduit du chinois classique ;
  • Une gentille carte de Vanessa jolîment illustrée.

J'ai goûté les deux thés en grands sachets (contrairement aux apparences, ils font tous les deux environ 100g). Ils m'ont paru très bons, cf. plus bas. Les deux livres sont très bien choisis. En préparant mon propre colis de swap pour Carson, j'avais hésité entre ce livre de Yasushi Inoué et Le Livre du thé de Kakuzô Okakura. Comme je n'avais lu aucun des deux, j'avais pris deux exemplaires du livre que j'ai envoyé à Carson pour le lire aussi, ce qui n'était pas malin puisqu'il y avait un risque de me retrouver avec un doublon (ce qui est ennuyeux à la fois pour qui offre et qui reçoit). Heureusement, je me retrouve aujourd'hui avec un exemplaire de chacun des deux livres que j'avais envisagés, et un exemplaire du classique de Lu Yu (magnifiquement illustré de photographies). Ce dernier livre est mentionné dans Le Livre du thé, ce qui m'avait donné l'envie d'en savoir plus à son sujet. Cet envoi de livres ne pouvait donc pas mieux tomber.

Merci beaucoup Vanessa pour ce très beau paquet fourmillant de bonnes choses !

Hier en fin d'après-midi, j'ai commencé à préparer le thé wulong dragon noir à la façon gong fu cha :

Le thé wulong « dragon noir » Le pot à thé et la théière dans son bateau à thé

Compte tenu de son parfum fruité (châtaigne) et de la forme de ses feuilles, j'ai utilisé la petite théière que j'utilise pour les thés Dan Cong plutôt que celle que j'utilise pour les thés les plus floraux. Le dosage canonique de 5g s'est avéré convenable ; je pense qu'un dosage moindre aurait également été approprié.

Infusion Glou-glou

Après l'avoir rincé, on peut faire infuser le thé dans la théière (pendant quelques secondes seulement) et le verser dans le pot à thé avant de le servir (le glou-glou caractéristique de cette phase m'est très agréable).

Le thé dans la tasse à sentir Le thé dans la tasse

On peut verser le thé dans la tasse à sentir (remarquez la couleur très foncée de l'infusion, les wulongs présentent plutôt une couleur jaune d'habitude), puis dans l'autre tasse et porter la tasse à sentir à son nez pour en apprécier le parfum. Celui-ci a un parfum très puissant de châtaigne. Le moment est enfin venu de goûter le thé.

Le processus d'infusion peut être répété à de nombreuses reprises. Il convient en général de rallonger un peu le temps d'infusion à chaque fois. Certains parfums s'atténuent d'une fois sur l'autre, ce qui fait qu'on ne sent pas la même chose à chaque infusion. Le parfum de châtaigne était encore très marqué même après cinq ou six infusions.

On ne peut pas rallonger ce temps d'infusion infiniment : d'après le second principe de la thermodynamique, le thé finit par devenir froid. On n'en arrive jamais là avec les thés wulongs, mais pour les thés noirs Pu Er, cela peut être critique, puisque les infusions de ces thés sont en général plus prolongées ; voilà une des raisons qui expliquent pourquoi les accros aux Pu Er sont à la recherche des théières les plus performantes.

Ce matin, j'ai préparé le thé vert Long Jing en zhong. J'apprécie cette sous-famille de thé parmi les thés verts. Le thé vert Xihu Long Jing est un de mes préférés. J'utilise cette fois-ci 2g de thé que je rince dans le zhong.

Le thé vert dans le zhong Le thé après rinçage

Pour les thés verts, il ne faut pas utiliser de l'eau trop chaude. Je verse tout d'abord un tiers d'eau froide, puis deux tiers d'eau bouillante, ce qui doit faire un mélange d'environ 70°C.

Infusion dans le zhong, couvercle fermé Le thé infusé

Le thé infuse un petit moment, couvercle fermé, pendant environ deux minutes. Il n'est pas malvenu de brasser doucement le thé avec le couvercle pour que le liquide soit homogène.

Couvercle du zhong recouvert de gouttelettes odorantes Le thé prêt à être bu

Des gouttelettes odorantes se forment sur le couvercle du zhong par condensation. Il est agréable de sentir le parfum du thé en sentant le couvercle, de même que l'on sent mieux le thé préparé en gong fu cha en utilisant la tasse à sentir. Ici, le parfum fait penser au caramel et la couleur de l'infusion est bien jaune. J'ai bu le thé dans une petite tasse. Il est également possible de le boire directement depuis le zhong en utilisant le couvercle comme filtre, mais cela empêche de bien voir la couleur de l'infusion et peut présenter des risques d'étouffement si on avale de travers un petit bout de feuille.

Les feuilles de thé après infusion

Lien permanent — Commentaires


Cette page ne contient que les entrées du mois de mars 2008. Les entrées les plus récentes se trouvent . Vous pouvez aussi naviguer vers février 2008 ou avril 2008.

Date de génération : 2017-04-26 10:07+0200 ― Mentions légales.