Correspondance

'savent plus quoi inventer

2009-06-11 22:37+0200 (Orsay) — Correspondance

Je voudrais attirer l'attention du public sur une récente tentative de phishing. J'ai en effet reçu aujourd'hui une lettre d'un couple d'entreprises ayant le culot de se faire passer pour Électricité de France, dont je suis client, et me suggérant d'appeler un numéro surtaxé. La lettre ne provenant ni de Jerusalem ni du Nigeria, mais de Marne-la-Vallée, il apparaît que l'expéditeur a pris soin de laisser accroire au destinataire que le message était authentique. Pourtant, après un examen attentif de la missive, qui donc se laisserait berner par ces sigles : ERDF (sic), GrDF (sic !), peu fines imitations de EDF et GDF (je ne suis d'ailleurs pas, pour le malheur de ma cuisine, client de cette dernière entreprise, vous savez, celle qui vend aussi de l'électricité).

Bref, la prochaine fois que quelqu'un débarque chez vous en disant qu'il vient pour le gaz, il vaudra mieux se méfier.

Lien permanent — Commentaires


Vestibule guillotine

2007-03-03 14:20+0100 (Grigny) — Correspondance — Photographies

Régie autonome des transports parisiens
Service Hygiène et Sécurité
54 quai de la Râpée
75012 Paris

Chère Régie,

Je voudrais vous faire part d'un dysfonctionnement affectant les vestibules du métro ; je veux parler de ces dispositifs automatiques servant à contrôler le titre de transport de l'usager et, le cas échéant, à le laisser entrer dans le réseau urbain.

Utilisé honnêtement, un modèle remplit parfaitement son office : le vestibule tourniquet. Je déplore cependant que l'usager doive pousser un battant de forme protubérante en passant le tourniquet. Contrairement à l'intention évidente du concepteur, on peut observer tous les jours que ce battant ne fait nul obstacle à la fraude.

Un autre type de vestibule est apparu il y a quelques années. Dans ce modèle, l'usager insère son ticket ou utilise son passe Navigo, la machine bippe, des portes coulissantes coulissent, faisant une haie d'honneur à l'usager. Ce dernier n'a que peu d'intérêt à se laisser distraire par la beauté de cette machine des temps modernes, car attendant leur heur, les portes coulissantes ne manqueraient pas de lui barrer l'entrée si celui-ci prenait un peu trop son temps pour franchir le vestibule. L'usager en serait doublement affligé puisque s'il venait à retenter sa chance, la machine considèrerait que le ticket est déja passé.

Maintenant, imaginez un seul instant que les portes coulissantes d'un vestibule soient bloquées (cette situation n'est pas le fruit de ma seule imagination). Ignorant ce fait, un usager honnête tente sa chance. Rien ne se passe. Il retente sur le vestibule d'à côté, ce dernier voit rouge : Déjà passé !. Fort marri, cet usager n'aura guère d'autre solution que d'attendre qu'un autre usager veuille bien souffrir de le laisser passer en douce avec lui.

Faisons fi de ces bagatelles et venons-en maintenant au véritable objet de la présente. Je prétends que ce vestibule guillotine peut constituer une atteinte aux personnes et aux biens. Il arrive en effet que les portes se referment pendant la fraction de seconde pendant laquelle une partie de l'usager ou de son bagage se trouve précisément dans l'alignement de ces portes. Bien que j'eusse toujours marché avec célérité pour passer avec succès cet examen quotidien que constitue le franchissement du vestibule, il a dû m'arriver trois ou quatre fois de me faire happer par cette bouche démonique sans que je ne trouvasse d'autre explication que la manifestation spectaculaire d'une malfaçon dans la conception dans ces vestibules guillotines. De facture plutôt robuste, mon corps n'a point trop souffert de ces assauts ; ne souhaitant pas voir peser sur ma conscience d'éventuelles blessures que de jeunes enfants se pourraient voir infliger de la sorte, vous comprendrez que je ne pouvais m'abstenir de vous signaler ce grave problème. Pour appuyer ma démonstration, je vous saurais gré de bien vouloir examiner le piteux état dans lequel le livre que je transportais s'est trouvé après que deux maudites portes de vestibule guillotine se furent refermées sur moi en ce jour du 2 mars 2007 à la gare de Lyon :

Enfance de Krishna

Il va de soi qu'avant cette fourbe attaque, ce livre était en parfait état.

Je considère qu'en installant des vestibules aussi manifestement dangereux, chère Régie, vous êtes la première responsable des dégats que les dysfonctionnements d'iceux engendrent. Si la considération ma tristesse devant cette couverture de livre ravagée pouvait l'émouvoir, je serais extrêmement reconnaissant à ma correspondante si celle-ci consentait à me dédommager en me proposant un remplacement de mon livre : André Couture, L'Enfance de Krishna, Patrimoines hindouisme, les Presses de l'Université de Laval, les Éditions du Cerf, 1991, ISBN 2-204-04202-1, 41€).

Cordialement,

À Grigny, le 3 mars 2007

Lien permanent — Commentaires

Date de génération : 2017-04-26 10:07+0200 ― Mentions légales.