Weblog de Joël Riou

« L'Orchestre Lamoureux au TCE | Die Schöpfung à Pleyel »

Francesca Da Rimini à Bastille

2011-02-10 01:45+0100 (Orsay) — Culture — Opéra

Opéra Bastille — 2011-02-09

Svetla Vassileva, Francesca

Louise Callinan, Samaritana

Wojtek Smilek, Ostasio

George Gagnidze, Giovanni Lo Sciancato

Roberto Alagna, Paolo il Bello

William Joyner, Malatestino dall'ochio

Grazia Lee, Biancofiore

Manuela Bisceglie, Garsenda

Carol Garcia, Adonella

Andrea Hill, Altichiara

Cornelia Oncioiu, La Schiava

Alexandre Kravets, Ser Toldo Berardengo

Yuri Kissin, Il Giullare

Alexandre Duhamel, Il Torrigiano

Nicolas Marie, Il Balestriere

Ook Chung, La Voce del prigioniero

Cyrille Lacrouts, violoncelle solo

Orchestre de l'Opéra national de Paris

Daniel Oren, direction musicale

Giancarlo Del Monaco, mise en scène

Carlo Centolavigna, décors

Maria Filippi, costumes

Hans-Rudolf Kunz, lumières

Patrick Marie Aubert, chef du chœur

Francesca Da Rimini, Zandonai

Est-il possible de s'ennuyer davantage à l'opéra qu'avec la Francesca Da Rimini qui passe actuellement à l'Opéra Bastille ?

Rien qu'à lire le synopsis de l'opéra, il y a de quoi être affligé. Il ne se passe rigoureusement rien pendant le premier acte. Le décor est fleuri-mignon. La mise en scène inexistante. Les chanteurs (et tout particulièrement Roberto Alagna) ne jouent pas du tout la comédie. La musique est assez originale. C'est parfois un peu dégoulinant de sentiments, mais on trouve quelques beaux passages symphoniques, comme lors de la fin de ce premier acte.

Je ne sais pas qui a eu l'idée imbécile de faire deux entr'actes pour aboutir à ce découpage absurde : 35 minutes, 25 minutes, 90 minutes. Un entr'acte à la fin d'un acte où il ne s'est rien passé, ce n'est pas terrible. On ne peut même pas commenter la voix du grand Roberto, puisqu'il n'a pas encore ouvert la bouche (mais un spectateur heureusement resté unique a applaudi son entrée en scène).

Le deuxième acte manque de lisibilité. On est au milieu d'une bataille, mais on ne comprend pas vraiment ce qui se passe, si ce n'est que Francesca et sa suivante se prennent pour Isolde et Brangäne, puisque Franscesca remet à Paolo il Bello une coupe (de vin de Grèce). (Je suppose que si le frère de Paolo débarque littéralement d'un bateau, c'est pour appuyer la référence à Tristan. Ah, ah, trop drôle !) Dans le troisième acte, on découvre que Paolo n'est peut-être pas un Tristan mais plutôt un Lancelot : les deux sont inspirés par la lecture d'un livre relatant les amours de ce dernier. Ils finissent par se faire embrocher par les frères de Paolo. C'est que Franscesca était mariée avec l'un d'entre eux et qu'ils sont plutôt violents.

Il reste un peu de bonne musique, plusieurs duos entre Roberto Alagna (Paolo) et Svetla Vassileva (Francesca). Je suis plus enthousiasmé par cette dernière (et, dans les rôles plus secondaires, par Grazia Lee). Sans avoir démérité (par son chant), même s'il était parfois un peu couvert par l'orchestre (qui m'a bien plu, chapeau à Daniel Oren), Alagna ne m'a pas fait une impression absolument éblouissante. Il faudrait le voir dans un opéra plus connu...

Lien permanent


Commentaires

1. 2011-02-10 09:02+0100 (Genoveva)

Le bateau, c'est la reproduction du bureau de Gabriele d'Annunzio, et les autres décors c'est, sa maison, sa chambre, son salon. Il me semble que l'Opéra de Paris sait confectionner des fleurs plus fraîches que celles du 1er acte (effectivement le découpage est un peu bizarre)...

2. 2011-02-10 09:52+0100 (Joël)

Je n'ai pas trouvé d'images de son bureau. Dans le programme, on lit qu'il y a un bateau échoué dans son jardin, la proue a l'air de ressembler : <URL: http://images.google.com/images?q=puglia+annunzio >.

(Pour les fleurs, depuis le premier balcon et à travers le voile, je n'aurais pas pu dire si elles étaient fausses.)

3. 2011-02-20 19:30+0100 (Genoveva)

Quand je pense que Gilda renvoie à ton blog pour une critique sérieuse !!!!!!!!!!!!!!!

4. 2011-02-20 20:11+0100 (Joël)

J'ai eu la même réaction que toi ;-)


Vous pouvez poster un commentaire grâce au formulaire ci-dessous.

Nom ou surnom (obligatoire) :
Adresse email (facultative, n'apparaîtra pas publiquement sur ce site) :
Site Web (facultatif) :
Faire conserver ces coordonnées par mon navigateur ?
Pour montrer que vous n'êtes pas un robot stupide, veuillez recopier les chiffres 36631, dans l'ordre inverse :
Le commentaire (de grâce, évitez le SMS-speak) :

Ne mettez que du texte dans les commentaires ; vous pouvez néanmoins insérer des liens en saisissant par exemple <URL: http://www.google.fr/ > (à savoir « <URL: », une espace, l'URL proprement dite, une espace, et enfin « > ».

Date de génération : 2018-02-13 08:46+0100 ― Mentions légales.