Weblog de Joël Riou

« Le Chamber Orchestra of Europe et Romain Guyot à Dijon | Priya Venkataraman à l'Espace Reuilly »

Don Giovanni à Dijon

2013-03-27 15:08+0100 (Orsay) — Culture — Musique — Opéra

Auditorium de Dijon — 2013-03-24

Edwin Crossley-Mercer, Don Giovanni

Josef Wagner, Leporello

Diana Higbee, Donna Anna

Michael Smallwood, Don Ottavio

Timo Riihonen, Le Commandeur

Ruxandra Donose, Donna Elvira

Camille Poul, Zerlina

Damien Pass, Masetto

Marie Buffet, Suivante de Donna Elvira

Bertille Lucarain, Charlotte Mignot, Figurantes

Élèves du Pôle d'Enseignement Supérieur de la Musique de Bourgogne, bandas

Élèves du Conservatoire à Rayonnement Régional de Dijon, danseurs

Gérard Korsten, direction musicale

Jean-Yves Ruf, mise en scène

Anaïs de Courson, collaboration à la mise en scène

Laure Pichat, scénographie

Claudia Jenatsch, costumes

Christian Dubet, lumières

Caroline Marcadé, chorégraphie

Cécile Kretschmar, maquillage, masques et coiffures

Lucie Hermand, assistanat aux costumes

Yvon Repérant, chef de chant, claveciniste continuiste

Mihály Zeke, chef de chœur

Maurizio Prosperi, pianiste répétiteur

Thierry Aveline, CUTFX, vidéo

Atelier Prelud, Ateliers de l'Opéra de Dijon, réalisation des décors

Atelier Caraco Canezou, Ateliers de l'Opéra de Dijon, réalisation des costumes

Thomas and Neel, création des surtitres

Bärenreiter, éditeur des partitions

Chamber Orchestra of Europe

Chœur de l'Opéra de Dijon

Don Giovanni (version de Prague), Mozart

J'ai assisté dimanche à mon quatrième Don Giovanni. J'avais adoré cette œuvre lorsque je l'avais découverte au TCE en 2010. En 2012 à l'Opéra Bastille, j'avais apprécié la mise en scène de Michael Haneke malgré la pesanteur de l'interprétation musicale. Il y a quelques semaines à Budapest, mon plaisir est davantage venu de ma visite du Magyar Állami Operaház que de la représentation de cet opéra, quoiqu'il me parût alors très bien chanté.

Dimanche après-midi avait lieu à Dijon la deuxième représentation d'une nouvelle production de Don Giovanni. Dès l'ouverture, on sent que c'est le Chamber Orchestra of Europe qui est dans la fosse, dirigé par Gérard Korsten. Néanmoins, il est à noter qu'il y avait un travail sur le son des cordes pour que cela sonne un peu baroque. Bien souvent, je me surprenais à entendre des détails de phrasés très finement ciselés !

Tous les chanteurs m'ont paru très bons. J'ai a-do-ré Edwin Crossley-Mercer en Don Giovanni. Les autres chanteurs masculins m'ont tous semblé très convaincants. Michael Smallwood dont le rôle de Don Ottavio reste assez discret pendant le premier acte se révèle au deuxième acte dans le magnifique air Il mio tesoro infanto ! Du côté des dames, mes plus grandes émotions sont venues de Diana Higbee (Donna Anna), dont les airs m'ont beaucoup ému. J'ai aimé Camille Poul dans l'adorable rôle de Zerlina. Il y avait une sorte de fragilité dans la voix de Ruxandra Donose, mais plutôt qu'elles soient dissimulées, il n'était à mon avis pas malvenu que les fêlures du personnage d'Elvira se manifestent ainsi. Voilà une très belle équipe de chanteurs assez jeunes : Damien Pass (Masetto) était à l'Atelier Lyrique de l'Opéra de Paris il y a à peine deux ans...

À part les premières minutes de l'opéra qui se passent devant le rideau de scène, l'action est située sur un décor de verdure en pente irrégulière. Cela fait un peu peur au premier coup d'œil, mais cet espace est très habilement occupé par la mise en scène et il paraît tout à fait approprié pour la fête paysanne en l'honneur de Zerlina et Masetto. Les mouvements des membres du chœur tout comme ceux des solistes s'opèrent de façon très fluide et naturelle, ce qui conforte l'impression que l'action de Don Giovanni est sans aucun temps mort : un numéro musical est à peine terminé que le suivant arrive comme un prolongement naturel du précédent, autant pour les oreilles que pour les yeux.

Dans la mise en scène, j'ai particulièrement aimé certains détails qui éclairent le texte qui est chanté. Ainsi, pendant l'air du catalogue que Leporello chante à Elvira, il dit de son maître que sa passion prédominante, c'est la jeune débutante. À ce moment-là, par ses mouvements candides, la jeune suivante d'Elvira attire l'attention du spectateur, en une sorte de prémonition de ce qui se passera au second acte.

L'idée que le metteur en scène Jean-Yves Ruf explique dans sa note d'intention est de faire de Don Giovanni un personnage errant. Vu le décor utilisé, il apparaît donc tout naturel que le Commandeur soit invité à un dîner sur l'herbe... Les dernières scènes de l'opéra étaient magnifiquement éclairées. Avant cette invitation à dîner, le cortège funèbre du Commandeur était passé avec un grand encensoir. Si les vapeurs d'encens ont indisposé quelques spectateurs des premiers rangs, elles ont surtout contribué à créer une pénombre vaporeuse de toute beauté pour l'apparition du Commandeur sur son piédestal pour sa mise en garde à Don Giovanni.

Pour la mort de Don Giovanni, si l'on excepte le rouge sang projeté sur la chemise blanche du malheureux, la mise en scène a été plutôt sobre. En effet, la partie spectaculaire était tout naturellement confiée à l'orchestre qui se l'est appropriée avec le talent qu'on lui connaît ! Quand le Commandeur est censé frapper à la porte de Don Giovanni, on entend un terrifiant son de cordes. Ceci prépare les oreilles du spectateur aux retrouvrailles avec les rugissants coups de timbales déjà entendus dans l'ouverture. Cet accompagnement musical tout Cihohiësque de l'intervention du Commandeur contribue à faire de ce passage une des scènes d'opéra les plus impressionnantes auxquelles j'aie eu l'occasion d'assister !

Le moins que l'on puisse dire est que je ne regrette pas le déplacement à Dijon pour cette représentation de Don Giovanni et le concert de la veille !

Cette production va faire l'objet d'une captation qui sera diffusée sur medici.tv à partir du 30 mars avant de sortir en DVD...

Lien permanent


Commentaires

1. 2013-03-27 21:26+0100 (DavidLeMarrec)

Bonsoir Joël !

Donose, fragile ? Elle est toujours tendue comme un arc, mais au meilleur sens du terme. Sinon, elle devait être en méforme, parce qu'on fait difficilement mieux techniquement et dramatiquement.

Je suppose effectivement Crossley-Mercer et Poul devaient être idéaux dans ces rôles-là. Je suis curieux d'entendre ça ! (Un peu moins de la mise en scène de Ruf, qui n'est pas forcément dans mes plus grandes inclinations en matière de mise en scène.)

2. 2013-03-27 22:53+0100 (Joël)

Elle était peut-être fragile comme un arc tendu dont on pourrait craindre qu'il se brise (mais qui ne se brise pas...).

3. 2013-03-28 21:00+0100 (Régis)

C'est exquisement dit, mais c'est comme le flèche ailée qui vole et ne vole pas : un esprit simple ne s'y retrouve pas. Elle a fait un canard, ou pas?


Vous pouvez poster un commentaire grâce au formulaire ci-dessous.

Nom ou surnom (obligatoire) :
Adresse email (facultative, n'apparaîtra pas publiquement sur ce site) :
Site Web (facultatif) :
Faire conserver ces coordonnées par mon navigateur ?
Pour montrer que vous n'êtes pas un robot stupide, veuillez recopier les chiffres 47286, dans l'ordre inverse :
Le commentaire (de grâce, évitez le SMS-speak) :

Ne mettez que du texte dans les commentaires ; vous pouvez néanmoins insérer des liens en saisissant par exemple <URL: http://www.google.fr/ > (à savoir « <URL: », une espace, l'URL proprement dite, une espace, et enfin « > ».

Date de génération : 2018-02-13 08:46+0100 ― Mentions légales.