Weblog de Joël Riou

« Les Troyens au Royal Opera House | Arrivée à Kolkata »

Nancy Boissel au Centre Mandapa

2012-07-06 00:09+0200 (Orsay) — Culture — Musique — Danse — Danses indiennes — Culture indienne

Centre Mandapa — 2012-07-05

Nancy Boissel, bharatanatyam

J'ai assisté ce soir à mon centième spectacle pour le compte de l'année 2012, le dernier avant les vacances d'été. La danseuse Nancy Boissel, qui est installée à Chennai, remerciera le public nombreux du Centre Mandapa d'avoir pris le risque de passer une heure avec elle. Le risque était pour moi limité puisque j'avais bénéficié d'une invitation suite à l'annulation d'un précédent spectacle.

Au cours de son programme (d'environ 1h20), la danseuse a mis en valeur ses qualités dans tous les aspects de la danse bharatanatyam. Elle n'a pas oublié non plus de remercier ses maîtres Sri Selvam Pillai et Sangita Ishwaran (si j'ai bien entendu).

L'introduction musicale de la première pièce (une offrande de fleurs au dieu Shiva-Nataraja) me met immédiatement dans de bonnes dispositions puisque l'on y entend le morsing, une sorte de guimbarde.

On rentre dans le vif du sujet avec la pièce principale du récital, le Varnam. Le thème est tout à fait traditionnel : une jeune femme se languit de Muruga, le fils à six têtes de Shiva. Elle demande à son amie d'intercéder en sa faveur. Elle se rend dans la forêt dans l'espoir de l'y rencontrer, mais elle souffre : elle reste désespérément seule. Et puis, tout semble changer. Un archer (Kama ?) lance deux flèches. Les amants semblent réunis. La pièce se conclut avec une héroïne qui se retrouve seule à nouveau. N'était-ce qu'un rêve ?

Dans cette pièce narrative se sont insérées, comme le veut cet art, des passages essentiellement rythmiques pendant lesquels la narration se suspend. Ils sont en général très nettement délimités puisque la musique se réduit au nattuvangam (cymbales) et aux syllabes rythmiques dites par le nattuvanar. Ce fut le cas ici dans certains de ces passages rythmiques, mais d'autres ont eu un accompagnement musical tout différent s'insérant avec davantage de fluidité dans le reste : une voix chantée faisant du sargam, c'est-à-dire que le chanteur (de cette musique enregistrée) prononçait le nom des notes. Pendant un de ces passsages de danse pure, il m'a semblé que la danseuse évoquait les arts : la sculpture, la musique.

Jusque là, j'ai trouvé le récital très convaincant. La narration est très lisible. Le rythme est très bien marqué par les grelots de cheville. Le plus souvent, ceux-ci bruissent sur les temps forts de la musique et puis soudainement, cela peut s'inverser ! Cette complexité rythmique contribue à me faire apprécier les moments de danse pure. Du côté de l'expression, j'ai parfois la sensation que certaines attitudes sont un tout petit peu surjouées, mais j'admets que ma perception est sans doute déformée par le fait que je fusse assis au tout premier rang (il faut bien que les spectateurs du fond voient quelque chose aussi !).

Avec la pièce suivante, on a tout simplement touché au sublime ! La musique est bien connue : c'est Bho Shambho (cf. le billet de blog de Suja sur ce morceau). Le texte comme la chorégraphie évoquent de nombreux aspects de Shiva : sa puissance symbolisée par ses cheveux, son chignon tressé d'où jaillit la rivière Ganga, son troisième œil, le tambour (Damaru), son bras protecteur en forme de trompe d'éléphant, etc. Les images sont tellement nombreuses ! Toutes mouvantes, elles s'enchaînent merveilleusement bien sur cette musique dont les battements rythmiques à faire s'écrouler les murs rappellent les pas du danseur cosmique Shiva-Nataraja. Au cours des quelques dizaines d'autres récitals de bharatanatyam auxquels j'ai assisté précédemment, je ne crois pas avoir atteint un tel état émotionnel. En tout cas, pour une pièce conçue comme abstraite (au sens où elle évoque les aspects d'un dieu plutôt que de raconter une histoire), il est certain que je n'avais jamais véçu ça. (Quand je pense que derrière moi, des spectatrices ronchonnaient à l'annonce du fait que ce serait une pièce dédiée à Shiva, comme s'il n'y avait pas plein d'autres dieux que Shiva.)

La pièce suivante est un adage en l'honneur de Muruga. Son père Shiva y fait quelques apparitions tout comme une dévôte de ce dieu. Cette pièce met surtout en valeur la composante expressive de la danse.

Enfin, le récital se conclut par un Tillana. La musique est là encore très connue puisque j'ai souvent entendu cette mélodie rythmée caractéristique à la fin d'autres récitals. Quelques agréables variations musicales seront toutefois ajoutées, apparemment. Le Tillana est une pièce de danse pure, toute en rondeur, courbes et joie. En effet, plus qu'à l'introspection, c'est à la joie que nous invite cette pièce, et ce récital dans son ensemble, comme l'espiègle apparition de Krishna joueur de flûte le confirmera à la fin de ce Tillana !

Le Tillana s'est enchaîné tellement rapidement avec les salutations coutumières de fin de récital que personne n'a osé applaudir. J'ai attendu que la danseuse ait salué le dieu de la danse pour applaudir le premier et déclencher un mouvement qui ne manquait pas d'enthousiasme...

Avec Srithika Kasturi Rangam, Lavanya Ananth, Mallika Thalak, Meenakshi Srinivasan, et maintenant Nancy Boissel, il commence à y avoir du monde dans mon panthéon de danseuses de bharatanatyam !

Lien permanent


Commentaires

1. 2013-04-23 15:25+0200 (Nancy)

Merci


Vous pouvez poster un commentaire grâce au formulaire ci-dessous.

Nom ou surnom (obligatoire) :
Adresse email (facultative, n'apparaîtra pas publiquement sur ce site) :
Site Web (facultatif) :
Faire conserver ces coordonnées par mon navigateur ?
Pour montrer que vous n'êtes pas un robot stupide, veuillez recopier les chiffres 65534, dans l'ordre inverse :
Le commentaire (de grâce, évitez le SMS-speak) :

Ne mettez que du texte dans les commentaires ; vous pouvez néanmoins insérer des liens en saisissant par exemple <URL: http://www.google.fr/ > (à savoir « <URL: », une espace, l'URL proprement dite, une espace, et enfin « > ».

Date de génération : 2018-02-13 08:46+0100 ― Mentions légales.