Weblog de Joël Riou

« Acheter des billets de trains indiens | Isabelle Anna et Anuj Mishra au Musée Guimet »

Les trois dernières symphonies de Mozart dirigées par Christoph Eschenbach

2012-04-28 00:50+0200 (Orsay) — Culture — Musique

Salle Pleyel — 2012-04-26

Philippe Aïche, violon solo

Orchestre de Paris

Christoph Eschenbach, direction

Symphonie nº39 en mi bémol majeur, KV 543 (Mozart)

Symphonie nº40 en sol mineur, KV 550 (Mozart)

Symphonie nº41 en ut majeur “Jupiter”, KV 551 (Mozart)

À défaut de me procurer du plaisir, ce concert aura au moins eu le mérite pédagogique de me faire un peu voir ce qu'est une symphonie de Mozart (même impression qu'avec S. Saketharaman en musique carnatique récemment). Je me suis amusé à essayer de déchiffrer la structure rythmique (divisions binaires ou ternaires, accents, etc.). Dans la trente-neuvième de Mozart, j'ai eu l'impression que le chef mettait beaucoup de rubato dans sa direction. Il en mettra moins dans les deux autres symphonies.

Manquant de légèreté (4 contrebasses...), l'ensemble m'a paru assez massif (surtout les cinq premières minutes du concert, pendant lesquelles les différents pupitres me semblaient avoir du mal à démarrer ensemble, mais ma perception est peut-être déformée parce que ma place à l'arrrière-scène était assez proche du timbalier). Je me distrais en regardant mes chefs de pupitres préférés (Philippe Aïche, David Gaillard, Bernard Cazauran). J'apprécie la façon presque chambriste qu'ont les musiciens de se faire des signes (tel vent qui se concerte avec son voisin, qui prend le même rythme d'ondulation du dos que le violon solo Philippe Aïche, etc.). Les instruments à vents (notamment les clarinettes) me plaisent tout particulièrement. Ceci est de bon augure pour leurs prochains concerts de musique de chambre. Bernard Cazauran, contrebassiste solo, est comme d'habitude magnifidable (c'est moi qui ai crié Bravo quand après avoir salué le premier rang des cordes, le chef est venu le saluer). Je n'ai regardé que lui pendant le finale de la dernière symphonie (très belle mini-fugue !).

Ailleurs : Grignotages, Paris ― Broadway.

Lien permanent


Commentaires

1. 2012-04-28 10:48+0200 (Roupoil)

Tiens, je t'ai aperçu à la sortie et j'ai illico dit à ma chérie "Ah, Joël va nous faire une critique assassine du concert sur son blog". C'est clair que c'était très "tradition germanique" au mauvais sens du terme tout ça, je ne suis pourtant vraiment pas réputé pour défendre à tout prix les baroqueux, mais là, des mouvements lents aussi pesants en 2012, il a pas peur de se faire flinguer par la critique le père Eschenbach. Par ailleurs, tu n'as pas halluciné, les départs étaient moyennement synchrones en effet.

2. 2012-04-28 11:15+0200 (Joël)

Joyeux anniversaire Roupoil !

3. 2012-04-28 11:17+0200 (régis)

Une minifugue dans le IV de la Jupiter? Ben voyons, petite affaire...c'est une fugue à quatre thèmes, un vrai tour de force... non mais!

4. 2012-04-28 11:48+0200 (Joël)

Je ne suis pas musicologue, hein...

5. 2012-04-28 12:44+0200 (klari)

Ah oui, Mozart par un chef qui adore Bruckner et Mahler, ça sentait le roussi.

Sans chef, ou avec un autre chef, je serais venue en courant !

6. 2012-04-28 13:29+0200 (Joël)

> Ah oui, Mozart par un chef qui adore Bruckner et Mahler, ça sentait le roussi.

Oui, il est clair que je n'aurais pas choisi ce concert s'il n'avait pas été dans la série d'abonnement de l'Orchestre de Paris.

7. 2012-04-28 22:07+0200 (Roupoil)

Merci Joël !


Vous pouvez poster un commentaire grâce au formulaire ci-dessous.

Nom ou surnom (obligatoire) :
Adresse email (facultative, n'apparaîtra pas publiquement sur ce site) :
Site Web (facultatif) :
Faire conserver ces coordonnées par mon navigateur ?
Pour montrer que vous n'êtes pas un robot stupide, veuillez recopier les chiffres 15969, dans l'ordre inverse :
Le commentaire (de grâce, évitez le SMS-speak) :

Ne mettez que du texte dans les commentaires ; vous pouvez néanmoins insérer des liens en saisissant par exemple <URL: http://www.google.fr/ > (à savoir « <URL: », une espace, l'URL proprement dite, une espace, et enfin « > ».

Date de génération : 2018-02-13 08:46+0100 ― Mentions légales.