Weblog de Joël Riou

« Philharmonique de Radio France à Pleyel : Meyer/Prokofiev | Quelques photographies de Luminy »

La Missa Solemnis par le LSO à Pleyel

2011-09-18 00:00+0200 (Orsay) — Culture — Musique

Salle Pleyel — 2011-09-17

Helena Juntunen, soprano

Sarah Connolly, alto

Paul Groves, ténor

Matthew Rose, basse

London Symphony Orchestra

London Symphony Chorus

Sir Colin Davis, direction

Missa Solemnis (Beethoven)

Contrairement à la veille, la Salle Pleyel était bien pleine ce samedi soir pour la rentrée de la saison du London Symphony Orchestra qui commence avec la Missa Solemnis de Beethoven.

Le chœur comprend environ 120 chanteurs disposés à l'arrière-scène. Quatre solistes sont sur scène, mais par rapport au chœur ils auront un rôle moins important. L'orchestre d'environ 80 ou 90 musiciens est dirigé par Sir Colin Davis, qui est assis tout comme Mikko Franck la veille.

Le texte chanté semble être le texte standard pour la messe en latin. Pendant le Kyrie, je me sens en confiance parce que le style n'est pas trop déconcertant par rapport à Bach ou Mozart. Le début du Gloria est beaucoup plus brutal. Globalement, même s'il est très bon, j'ai trouvé que le timbalier était un peu trop sollicité (même en tenant compte du fait que ce soit du Beethoven). Le début du Domine Deus me fait un peu penser à un passage de Fidelio. Parmi les moments spectaculaires, l'entrée du chœur pour le Et Resurrexit. Le chœur se fait particulièrement beau à la fin de la partie Credo (vers le Et expecto). J'apprécie également beaucoup le(s) Osanna in excelsis de la partie Sanctus. L'atmosphère orchestrale devient alors absolument délicieuse avant que commence le merveilleux Benedictus agrémenté d'un bellissime solo du premier violon. La fin m'a semblée très bizarre. Contrairement à Bach qui termine la Messe en si mineur par un mouvement basé sur la seule phrase Dona nobis pacem précédé d'un autre sur Agnus Dei qui tollis peccata mundi, miserere nobis, Beethoven a mis tout ce texte dans le même élan. Après avoir entendu une première fois Dona nobis pacem, j'ai ainsi été très surpris de réentendre Agnus Dei.... Pendant les dernières minutes, je ne voyais pas du tout dans quelle direction allait la musique. Même si cela eût paru inapproprié, je suis sûr que Beethoven aurait fait mieux avec une fin hydravionesque.

Le chœur m'a fait un très bonne impression. Dans l'orchestre, j'ai pris un plaisir particulier à écouter les flûtes, dont le son vient parfois se mêler discrètement aux ensembles. J'ai passé un agréable concert qui m'a permis de découvrir cette œuvre. Cela dit, entre la Missa Solemnis (Beethoven) et la Messe en si mineur (Bach), à mon avis, il n'y a pas photo...

Lien permanent


Commentaires

Vous pouvez poster un commentaire grâce au formulaire ci-dessous.

Nom ou surnom (obligatoire) :
Adresse email (facultative, n'apparaîtra pas publiquement sur ce site) :
Site Web (facultatif) :
Faire conserver ces coordonnées par mon navigateur ?
Pour montrer que vous n'êtes pas un robot stupide, veuillez recopier les chiffres 17128, dans l'ordre inverse :
Le commentaire (de grâce, évitez le SMS-speak) :

Ne mettez que du texte dans les commentaires ; vous pouvez néanmoins insérer des liens en saisissant par exemple <URL: http://www.google.fr/ > (à savoir « <URL: », une espace, l'URL proprement dite, une espace, et enfin « > ».

Date de génération : 2018-02-13 08:46+0100 ― Mentions légales.