Weblog de Joël Riou

« Oberwolfach sous la neige | Ariadne auf Naxos à Bastille (le retour) »

Les Démonstrations de l'École de danse de l'Opéra

2010-12-21 01:07+0100 (Orsay) — Culture — Musique — Danse

Opéra Garnier — 2010-12-19

Élisabeth Platel, introduction

Bernard Boucher, professeur

Michèle Mérou, pianiste

Troisième division garçons

Fabienne Cerutti, professeur

Claire Djourado, pianiste

Troisième division filles

Éric Camillo, professeur

Michel Myron Mytrowytch, pianiste

Deuxième division garçons

Francesca Zumbo, professeur

Ellina Akimova, pianiste

Deuxième division filles

Jacques Namont, professeur

Richard Davis, pianiste

Première division garçons

Carole Arbo, professeur

Laurent Choukroun, pianiste

Première division filles

Roxana Barbacaru, professeur

Isabelle Van Brabant, pianiste

Troisièmes divisions filles et garçons danse de caractère

Bernard Boucher, professeur

Ellina Akimova, pianiste

Premières divisions filles et garçons adage

Démonstrations de l'École de danse de l'Opéra.

J'ai passé toute ma journée de dimanche à l'Opéra Garnier pour assister aux démonstrations de l'école de danse de l'Opéra. L'année dernière, je n'avais assisté qu'à une après-midi, lors de laquelle seuls les plus grands dansaient. Je n'ai pas grand'chose à ajouter à ce que j'avais déjà dit alors.

La différence, cette année, c'est que j'ai dû me lever à une heure invraisemblable pour arriver à l'heure avec une marge suffisante pour éviter d'éventuels problèmes de RER (c'est qu'il neige beaucoup). Au lieu d'arriver en retard, je suis arrivé en avance. L'accès à la salle n'était même pas encore ouvert ! Cette année, un programme de l'école de danse est vendu (15€). Il s'agit d'un très beau document (format A4, cela rentre tout juste sur l'étagère qui contient mes autres programmes du Ballet de l'Opéra) où on insiste sur les différents aspects de la formation des élèves, leur complémentarité et qui contient aussi de très belles photographies, dont certaines sont issues du spectacle de l'école de danse de l'année dernière (avec notamment Amélie Joannidès et Juntaro Coste dans Suite de danses de Clustine et une image saisissante de Piège de lumière de Taras en double-page).

L'autre différence par rapport à l'année dernière, c'est qu'au lieu d'être placé aux quatrièmes loges de façon très excentrée, je suis à la baignoire 14, place 3 (à la même place le matin et l'après-midi !). Alors que les élèves des troisièmes divisions me semblaient minuscules l'an passé, vus d'en bas, je trouve grands même les plus petits ! Les classes passent les unes après les autres garçons puis filles en commençant par les plus jeunes, le matin de la sixième division jusqu'à la quatrième et l'après-midi de la troisième à la première. L'accompagnement musical est assuré par les pianistes de l'école auquels, conformément au cliché, les professeurs demandent parfois d'aller un peu moins vite. Certains d'entre eux démarrent avant même d'avoir été sollicités par le professeur, d'autres doivent se faire attendre : (silence) Monsieur Machin... (silence) patapatapa patapa.... Les professeurs auront à chaque fois présenté rapidement l'exercice, le type de difficulté qu'il contient. On nage en plein vocabulaire technique : Faites attention à vos cinquièmes, soignez bien vos secondes.. À la fin de la journée, quelques positions étaient rentrées dans ma tête, mais je pense que je les aies déjà oubliées. En tant que professeur da la quatrième division garçons tout comme étoile invité, Wilfried Romoli a la classe. Il insiste pour qu'on entende le pied des garçons frotter le sol lors des pas qu'il leur demande de faire (alors que l'après-midi, un autre professeur demandera que les réceptions de sauts soient aussi silencieuses que possible).

Après un premier passage, les élèves reviennent dans d'autres configurations afin de présenter d'autres enseignements. Marie Blaise vient avec son accordéon montrer des danses folkloriques. Les deuxièmes divisions filles et garçons viennent ensuite montrer des pas de danse contemporaine (je n'ai pas saisi le nom du chorégraphe dont il était question) ; très impressionnant, la danse contemporaine, ce n'est pas une plaisanterie. Vient ensuite un enseignement sans musique : le mime. Les enfants ont présenté, et apparemment improvisé un peu, à partir d'une situation où des pêcheurs s'en vont pêcher (les filles représentant l'onde) alors que des méchants chasseurs viennent les prendre pour des lapins. Vient ensuite la danse de caractère avant que la matinée se termine avec l'enseignement de Scott Alan Prouty (annoncé de façon pas très British par la professeure précédente). Cela s'appelle expression musicale. Cela ressemble beaucoup à ce qu'il fait avec le chœur Sotto Voce. Les enfants se mettent en scène, chantent, bougent les bras. C'est assez rafraîchissant.

J'ai une petite heure et demie pour déjeuner. Cela et le fait qu'il y a de la gadoue me décide à renoncer à aller jusques à un restaurant japonais de la rue Sainte-Anne. Je ne vais pas plus loin que le Boulevard des Capucines/Italiens où après avoir trouvé quelques portes closes, je trouve un très bon restaurant indien.

Opéra Garnier — 2010-12-19

Élisabeth Platel, introduction

Bertrand Barena, professeur

Tristan Lofficial, pianiste

Sixième division garçons

Véronique Doisneau, professeur

Yuko Tsuchiya, pianiste

Sixième division filles

Marc Du Bouaÿs, professeur

Tadeusz Gieysztor, pianiste

Cinquième division garçons

Marie-José Redont, professeur

Isabelle Van Brabant, pianiste

Cinquième division filles

Wilfried Romoli, professeur

Masako Shimura, pianiste

Quatrième division garçons

Fanny Gaïda, professeur

Anna Simon, pianiste

Quatrième division filles

Marie Blaise, professeur et accordéoniste

Sixièmes divisions filles et garçons, et stagiaires 1 an folklore

Claire Baulieu, professeur

Tristan Lofficial, pianiste

Deuxièmes divisions filles et garçons contemporain

Yasmine Piletta, professeur

Cinquièmes divisions filles et garçons mime

Isabelle Herouard, professeur

Michel Myron Mytrowytch, pianiste

Quatrièmes divisions filles et garçons danse de caractère

Scott Alan Prouty, professeur

Tristan Lofficial, pianiste

Sixièmes et cinquièmes divisions filles et garçons expression musicale

Démonstrations de l'École de danse de l'Opéra.

C'est maintenant au tour des grands. Je n'arrive plus très bien à distinguer les classes rétrospectivement. Si on observe parfois quelques déséquilibres, quelques problèmes de synchronisation, l'ensemble est globalement très bien assuré. Les filles montrent des pirouettes, des pointes, des fouettés (spectaculaires !). Les garçons sautent, tournent sur eux-mêmes, retombent en arabesque, etc. Le passage de la première division garçon était éblouissant. Après un peu de danse de caractère avec les troisièmes divisions, les premières divisions filles et garçons reviennent ensemble pour la classe d'adage. Cela fait moins bouquet final que la fin du programme du matin, mais c'est fort beau à voir. L'après-midi, les professeurs ont beaucoup insisté sur l'artistique. Ici, les couples de danseurs se succèdent dans des pas de deux (dont un sera présenté simultanément en miroir par deux couples). À la fin, tout le monde vient saluer, y compris celle que les professeurs appellent Mademoiselle Platel. La révérence était d'ailleurs un exercice qui venait clore chacun des passages (ce qui montre que cela n'a rien d'évident !).

Musicalement, cela avait pourtant bien commencé avec du Bach (Premier prélude du Clavier bien tempéré), mais cela a vite dégénéré avec du Chopin et même du Schumann... Cela dit, dans le Schumann, ce n'était pas le pire puisqu'il y a notamment eu des extraits d'une pièce de circonstance : Kinderszenen.

Lien permanent


Commentaires

1. 2010-12-22 21:49+0100 (mimylasouris)

Je n'étais pas là le matin mais je suppose que si le professeur voulait qu'on entende les pieds des élèves, c'est qu'il s'agissait de pas où il est important de brosser le sol, notamment un début de certains sauts où le pied doit sortir de la position initiale en étant déjà tendu donc le plus tard possible. En bref, l'élément sonore (encore que, c'est plus une image qui permet de se représenter la sensation et l'effet à atteindre) serait davantage pour la préparation des sauts dont la réception se doit d'être toujours le plus silencieusement possible. (J'ai du mal à m'exprimer, ce soir)


Vous pouvez poster un commentaire grâce au formulaire ci-dessous.

Nom ou surnom (obligatoire) :
Adresse email (facultative, n'apparaîtra pas publiquement sur ce site) :
Site Web (facultatif) :
Faire conserver ces coordonnées par mon navigateur ?
Pour montrer que vous n'êtes pas un robot stupide, veuillez recopier les chiffres 82771, dans l'ordre inverse :
Le commentaire (de grâce, évitez le SMS-speak) :

Ne mettez que du texte dans les commentaires ; vous pouvez néanmoins insérer des liens en saisissant par exemple <URL: http://www.google.fr/ > (à savoir « <URL: », une espace, l'URL proprement dite, une espace, et enfin « > ».

Date de génération : 2018-02-13 08:46+0100 ― Mentions légales.