Weblog de Joël Riou

« L'Anatomie de la sensation à Bastille | Otello à Bastille (mise en scène comprise) »

Sayeeduddin Dagar à la Maison de l'Inde

2011-07-04 00:22+0200 (Orsay) — Culture — Musique — Culture indienne

Maison de l'Inde, Cité universitaire — 2011-07-03

Ustad H. Sayeeduddin Dagar, chant dhrupad

Pandit Mohan Shyam Sharma, pakhawaj

Raga Marwa

Raga Lalitha-Gauri

Raga Abhogi

Raga Gumkali

Raga Malkauns

C'est un drôle de concert que celui qui a eu lieu en fin d'après-midi à la Maison de l'Inde et dont j'avais connu l'existence grâce à Klari. Il s'agissait d'un concert de Ustad H. Sayeeduddin Dagar, oncle de Ustad F. Wasifuddin Dagar que j'avais entendu il y a un mois (mais dont j'ai manqué le concert du 21 juin du fait de la grève dans les transports).

Cela a commencé en effet très bizarremment. Alors qu'on s'attendait à un Alap, le maître (72 ans) a commencé par un śloka dédié à Ganesh. Il avait dit avant dans un anglais difficilement intelligible qu'il commençait tous ses récitals ainsi. Il a ensuite repris un programme plus traditionnel par un raga d'après-midi (Marwa). Le problème, c'est que le son de sa voix ne portait pas jusqu'au jusqu'au quatrième rang de ce concert assez confidentiel (une trentaine de spectateurs). Le son des trois tanpuras était trop amplifié par rapport à la voix du chanteur. Il était vraiment impossible d'entendre ce que faisait le chanteur. Pendant plus d'une dizaine de minutes, il y avait vraiment de quoi se dire Au secours ! Qu'est-ce que je fais ici ?!.

J'ai été soulagé quand le réglage du son a été corrigé. Il a été possible de comprendre un peu mieux ce que faisait le chanteur. Cela m'a paru moins limpide que lors du concert de Wasifuddin Dagar, mais malgré la voix un peu fatiguée et une gorge parfois capricieuse, le chanteur a fait un beau développement. Il a parfois fait signe à un de ses étudiants de chanter un peu. Ce premier raga a duré environ quarante minutes. Il a été suivi du double raga Lalitha-Gauri, que contrairement au premier, il a été possible d'apprécier du début à la fin, pendant vingt-cinq minutes. Pendant cette partie, on a parfois vu le chanteur plaisanter sur son grand âge, dont résulterait quelques insuffisances, ou, lors d'une démonstration d'une technique vocale particulière, prononcer un aphorisme comme The pitch can go against the water.. On l'a parfois vu en quelque sorte s'amuser de devoir passer son tour en ratant le train du rythme imposé par le brillantissime percussionniste (Pandit Mohan Shyam Sharma, qui accompagnait aussi Wasifuddin Dagar).

Après une pause, la concert a repris. Il a expliqué qu'il était en conflit avec le percussionniste parce que pour jouer certain raga du soir, il lui faudrait davantage d'obscurité (actionner les stores n'y a rien fait, à 20h, c'était comme en plein jour). Le Raga Abhogi qui a été joué sur un rythme très lisible à 5+4+5=14 temps a été absolument sublime. Je n'ai pas vu le temps passer pendant ce développement. En jetant un coup d'œil à l'horloge, j'ai été stupéfié en découvrant qu'il avait duré 40 minutes.

Le rythme à sept temps du Raga suivant, Gumkali, a été plus difficile à saisir... C'est le seul morceau du concert dont j'aie compris quelques mots du śloka : Bhaje Damaru. Il devait donc probablement s'agir d'un vers dédié à Shiva (comme j'en avais entendu lors du récital de Gaayatri Kaundinya à Kolkata). Un quart d'heure plus tard, le public en redemandant, le chanteur a interprété le Raga Malkauns.

Sans atteindre les sommets du concert de Wasifuddin Dagar et malgré un début raté, cela restera sans doute un fort bon souvenir. Arriver à chanter pendant environ trois heures sans faire naître l'ennui, c'est déjà en soi très remarquable !

Lien permanent


Commentaires

1. 2011-07-11 23:38+0200 (klari)

Tiens, c'est rigolo, ma prof a organisé un stage d'initiation de dhrupad le week-end dernier, on a taquiné Gunkali, nous aussi.

Bref.

Elle nous a fait timidement improviser sur l'alap ainsi que sur la composition, pfiou, c'était sportif !

2. 2011-07-12 20:01+0200 (Joël)

Si on ne retombait jamais sur le même raga, ce ne serait pas drôle.

La composition, je suppose que cela demande quelques notions sur la prononciation du sanskrit ?

3. 2011-07-13 15:53+0200 (klari)

Oh, il semblerait que ce ne soit même pas du sanskrit. Ma prof pensait que nous chantions en pushpuri (?) bodhjpuri (?). Une des participantes au dernier stage nous a affirmé avec assurance qu'il s'agissait du braj (bhraj ?), une langue encore parlée dans qq coins du Rajasthan.

Tu sais comment c'est avec tout ce qui est indien, ça peut être soit l'un, soit l'autre, soit les deux, soit ni l'un ni l'autre, j'ai renoncé à comprendre.

Je crois qu'on apprend (un peu) à prononcer en apprenant à chanter - notre prof requiert une certaine souplesse de la mâchoire, ainsi qu'un positionnement de la langue relâché, détendu, qui facilite l'émission de sons un peu indianisants. Après, tu sais, hein, on débute...petit à petits, les oiseaux feront leur nid, etc, etc..


Vous pouvez poster un commentaire grâce au formulaire ci-dessous.

Nom ou surnom (obligatoire) :
Adresse email (facultative, n'apparaîtra pas publiquement sur ce site) :
Site Web (facultatif) :
Faire conserver ces coordonnées par mon navigateur ?
Pour montrer que vous n'êtes pas un robot stupide, veuillez recopier les chiffres 54747, dans l'ordre inverse :
Le commentaire (de grâce, évitez le SMS-speak) :

Ne mettez que du texte dans les commentaires ; vous pouvez néanmoins insérer des liens en saisissant par exemple <URL: http://www.google.fr/ > (à savoir « <URL: », une espace, l'URL proprement dite, une espace, et enfin « > ».

Date de génération : 2018-02-13 08:46+0100 ― Mentions légales.