Weblog de Joël Riou

« La Passion selon Saint Jean au TCE | The Second Woman aux Bouffes du Nord »

Mats Ek à Garnier (suite)

2011-04-25 23:36+0200 (Orsay) — Culture — Musique — Danse

Opéra Garnier — 2011-04-25

Mats Ek, chorégraphie (1978)

Johann Sebastian Bach, musique (extraits de pièces pour orgue)

Musiques traditionnelles de guitares espagnoles

Marie-Louise Ekman, décors et costumes

Jörgen Jansson, lumières

Ana Laguna, assistante du chorégraphe

Veli-Pekka Peltokallio, répétitions

Kader Belarbi, Bernarda

Alice Renavand, La Servante

Mélanie Hurel, La Sœur aînée

Laure Muret, La Sœur bossue

Eleonora Abbagnato, La Jeune sœur

Béatrice Martel, La Première jumelle

Christine Peltzer, La Seconde jumelle

Audric Bezard, Un Homme

Andrey Klemm, Un Technicien

La Maison de Bernarda, ballet en un acte d'après la pièce de Federico García Lorca La Maison de Bernarda Alba

Mats Ek, chorégraphie (1997)

Henryk Mikolaj Górecki, musique (Petit requiem pour une polonaise op. 66, Concert pour clavecin et orchestre symphonique op. 40)

Maria Geber, décors et costumes

Ellen Ruge, lumières

Mariko Aoyama, Margareta Lidström, répétitions

Nolwenn Daniel, Nicolas Le Riche, Premier pas de deux

Miteki Kudo, Benjamin Pech, Second pas de deux

Muriel Zusperreguy, Caroline Bance, Christelle Granier, Géraldine Wiart, Amandine Albisson, Letizia Galloni

Aurélien Houette, Nicolas Paul, Simon Valastro, Daniel Stokes, Adrien Couvez, Alexandre Gasse

Une sorte de...

Je suis retourné voir la soirée consacrée au chorégraphe Mats Ek. Dans La Maison de Bernarda, on a une distribution sans étoile (curieusement, l'ancien danseur étoile Kader Belarbi apparaît comme artiste invité plutôt qu'étoile invitée, bizarre). Pourtant, globablement, j'ai préféré cette distribution à celle de la première. C'est peut-être une question de point de vue (première loge de côté quasi de trois quarts par rapport au même angle trois étages plus haut). C'est aussi peut-être lié au fait que je revoyais cette pièce. Toujours est-il que j'ai trouvé que cela fonctionnait un peu mieux. L'histoire m'a semblé plus intelligible aussi. Lors de la première, je n'avais même pas remarqué que la sœur bossue était rendue bossue par le costume. J'avais alors eu quelque mal à m'y retrouver entre les cinq sœurs et la servante. Là, tout m'a paru plus clair. Le jeu des danseurs m'a parlé davantage, et par exemple, j'ai mieux compris le sens du coffre rose (pourtant évident...).

Dans la distribution, ce n'est guère une surprise pour moi, mais la danseuse qui m'a le plus épaté a été Alice Renavand. Parmi les bonus : contrairement à Marie-Agnès Gillot, quand elle hurle des insultes, on comprend ce qu'elle dit ! Dans le rôle de la mère, Kader Belarbi est certes moins athlétique que José Martinez, mais j'ai préféré sa façon de montrer l'empire qu'il a sur les filles. En même temps, son corps un peu plus âgé ajoute à la faiblesse du même personnage dans la scène avec le Christ. Au moment où il le repose sur la croix, on a véritablement l'impression qu'il fait un chemin de croix, la statue du Christ ayant évidemment la même forme que la croix. Mélanie Hurel paraît assez bien distribuée dans le rôle de l'aînée. En sœur bossue, Laure Muret joue très bien la comédie, mais Clairemarie Osta était plus impressionnante dans son solo. Il est difficile de départager les couples Charlotte Ranson/Stéphane Bullion et Eleonora Abbagnato/Audric Bézard tant l'interprétation a été différente, ces derniers étant tout autant sensuels que les premiers, mais de façon un peu plus enflammée.

La deuxième pièce me semble toujours Une sorte de... grand n'importe quoi. Depuis les premières loges, les effets sont plus saisissants et on entend mieux les danseurs crier vers le début. Les petites variations entre les distributions (dans les six couples hors solistes) me permettent de mettre un nom sur un visage (de quadrille). Parmi les autres danseurs, il y en a un que je sais reconnaître depuis longtemps à son crâne, Aurélien Houette, qui est toujours assez impressionnant physiquement parlant. Même son ombre projetée d'éclateur de ballon est impressionnante !

Lien permanent


Commentaires

1. 2011-04-26 21:41+0200 (mimylasouris)

C'est malin, maintenant j'ai envie d'y retourner.

(Eleonora Abbagnatto danse avec Audric Bezard, je n'en savais rien, je vais défaillir, je crois)


Vous pouvez poster un commentaire grâce au formulaire ci-dessous.

Nom ou surnom (obligatoire) :
Adresse email (facultative, n'apparaîtra pas publiquement sur ce site) :
Site Web (facultatif) :
Faire conserver ces coordonnées par mon navigateur ?
Pour montrer que vous n'êtes pas un robot stupide, veuillez recopier les chiffres 49894, dans l'ordre inverse :
Le commentaire (de grâce, évitez le SMS-speak) :

Ne mettez que du texte dans les commentaires ; vous pouvez néanmoins insérer des liens en saisissant par exemple <URL: http://www.google.fr/ > (à savoir « <URL: », une espace, l'URL proprement dite, une espace, et enfin « > ».

Date de génération : 2018-02-13 08:46+0100 ― Mentions légales.