Weblog de Joël Riou

« Orccha et Jhansi | Mandu, sous la pluie »

Ujjain

2012-08-05 17:37+0530 (उज्जैन) — Voyage en Inde XI

Je suis arrivé à Ujjain d'assez mauvaise humeur, ayant peu dormi dans le train de Jhansi. Un certain nombre de choses m'ont agacé dans cette ville d'Ujjain qui était déjà mentionnée dans la littérature indienne ancienne.

La rue passant devant la gare est poussiéreuse

Il ne fait pas bon marcher dans cette rue tant on se prend de la poussière et des gaz d'échappement en permanence. Cela dit, c'est moins affreux que dans la rue principale de Jhansi d'où je viens.

Cette rue est semble-t-il en cours d'élargissement. Du côté Nord de la route, c'est en effet comme si tous les bâtiments avaient été rabotés au bulldozer pour faire de la place.

Mon premier repas s'est réduit à un lassi et à de l'eau

J'avais commandé quelque chose et 35 minutes plus tard, rien n'était arrivé. Quand d'autres ont été servis en moins de deux minutes, j'ai fait un petit scandale et je suis parti.

La ville ignore l'usage du papier-toilette

Pas la peine d'en demander, les habitants ne comprennent pas la question. Penser à dévaliser les restaurants chics : en cas de pénurie, les serviettes en papier pourraient faire l'affaire.

Le pire de la (dés)organisation à l'indienne règne au temple Mahakaleshwar

Ce temple abrite un des douze jyotirlingams dans une salle souterraine. Ces lingams sont censés s'être formés naturellement.

Le site est contrôlé par la police. À l'entrée principale, un gradé engueule tout le monde. Les barrières sont ouvertes et fermées dans un manège incompréhensible. J'essaie de trouver un autre passage du côté Nord, mais je n'arrive qu'à me défaire de mes chaussures. Je comprends enfin que les rares personnes qui entrent on un ticket. Je vais au guichet. On me dit d'attendre One O'clock (sic), ce qui ne veut rien dire. J'essaie de demander en hindi à quelle heure ça ouvrira, on me répond que le temple est en train d'être nettoyé et que je dois attendre qu'il soit trois heures. Tout est faux parce que moins de cinq minutes plus tard, il distribue des billets en rouspétant parce que les gens n'ont pas la monnaie. Il ne faut pas s'en étonner vu que le prix est de 151 roupies. Muni du précieux sésame dont j'ignore le privilège qu'il confère au juste (Vishesh Darshan Bhent est-il écrit en hindi) puisqu'il me semblera découvrir par la suite une autre entrée (gratuite ?) du côté Sud, je n'ai pas pu rentrer immédiatement puisqu'il m'a encore fallu déposer mon sac dans un casier. À chacune de ces démarches, j'ai dû passer par un dédale de barrières...

À part ça, le temple n'a rien d'exceptionnel. Les fidèles sont maintenus à plus d'une dizaine de mètres du fameux lingam. Certains obtiennent de pouvoir s'asseoir quelques instants à environ cinq mètres de la pièce abritant le lingam posé sur un yoni richement décoré. J'ignore combient de roupies ils ont dû payer pour cela. Des téléviseurs disposés un peu partout diffusent l'image du lingam.

L'enceinte du temple renferme un très grand nombre de sanctuaire secondaires, au point qu'il est difficile de trouver la sortie.

Ujjain et ses sables mouvants

La rivière qui passe à Ujjain est la Shipra. J'ignore la prononciation exacte puisque j'en ai vu deux orthographes en hindi qui se transcriraient respectivement en Kshiprâ ou en Shiprâ. J'ignore s'il y a des canaux de régulation comme il y a en semble-t-il à Haridwar. Toujours est-il que le niveau du cours d'eau est dangereusement élevé. Les abords de certains ghats sont couverts de boue, ce qui oblige à faire certains détours.

Samedi, en voulant visiter le temple Chintaman Ganesh situé sur l'autre rive de la Shipra, je me suis apparemment trompé de chemin : j'ai traversé la rivière par un pont qui ne devait pas être le bon. Que je voie ou non le temple, je me suis fixé comme objectif d'accéder au moins au charmant petit pont que je pouvais voir depuis le grand.

J'ai donc tourné à la première bifurcation. La route n'est qu'un petit chemin de terre dans lequel on devine la trace du passage de quelques véhicules. La route finissant par s'éloigner franchement de mon pont, je rebrousse chemin et tente une approche par un chemin situé non loin d'empilements de briques sur lesquels travaillent quelques ouvriers. Au début le chemin paraît praticable et le petit pont se rapproche. Pourtant, bientôt, mes chaussures vont commencer à s'enfoncer un peu plus dans la terre boueuse à chaque pas. J'ai été un peu trop téméraire puisqu'un peu plus loin, mes chaussures ont été pour ainsi dire englouties par la boue. Je n'ai pas trouvé d'autre possibilité que de continuer pieds nus, en tentant une autre voie d'accès.

Je me suis lavé les pieds dans un petit étang et ai trouvé un hameau où j'ai demandé mon chemin. En passant derrière une maison et en longeant une parcelle cultivée, je n'étais plus qu'à une centaine de mètres du pont. Des bergers m'ont indiqué un passage qui m'a paru un peu trop acrobatique. J'ai retroussé mon pantalon jusqu'aux genoux et ai fait les quelques pas nécessaires dans la boue, me rapprochant ainsi résolument de mon cher petit pont que j'ai pu franchir tranquillement après m'être à nouveau lavé les pieds...

La pointe mal enfoncée sur le siège du cybercafé qui me bousille un pantalon

Malgré tous ces points négatifs, j'ai plutôt apprécié ces quelques jours passés à Ujjain. Après mes aventures boueuses, j'ai demandé à un rickshaw de me conduire à une Chappal ki dukan, c'est-à-dire à un magasin de chaussures (ou de sandales, plus précisément). Il m'a déposé non loin du temple Shri Dwarkadhish Gopal Mandir dont le portique d'entrée est très beau. L'extérieur du temple n'est pas très remarquable à mon goût. Les portes en argent du sanctuaire auraient eu une histoire mouvementée : après avoir été volées, elles seraient finalement arrivées là grâce à la famille Scindia de Gwalior.

Dans une des rues animées non loin de ce temple, j'ai pu boire un lassi absolument sensationnel. J'en ai pris deux, du coup. Ils n'atteignent pas l'élégante simplicité de ceux que j'ai pu trouver à Haridwar, mais la qualité de la préparation est exceptionnelle ! La cuiller est obligatoire pour finir son verre tant le breuvage est visqueux !

À l'approche de Ram Ghat, on peut voir de nombreux temples de styles divers. Un d'entre eux dédié à Krishna comporte un gopuram dravidien. En soirée, les lumières du temple Harsiddhi étaient toutes allumées !

Avant cela, j'avais assisté à l'aarti à Ram Ghat. Avant la cérémonie, quelques personnes ont célébré une prière spéciale effectuée par un des quatre brâhmanes. Après des préparatifs, parmi lesquels le nettoyage des abords du ghat à grandes eaux, on a sonné les cloches longuement et les brâhmanes et quelques autres personnes ont exécuté une sorte de chorégraphie devant la rivière avec un ustensile renfermant une flamme. C'est moins impressionnant qu'à Varanasi ou à Haridwar, mais malgré le faible nombre de personnes présentes, il y avait une certaine ambiance.

J'apprécie le calme de cette ville qui ne grouille pas de monde. L'atmosphère est sans doute toute différente lors du Kumbh Mela.

Parmi les curiosités observées, une Tour Eiffel d'une douzaine de mètres de haut se trouve dans un petit parc. Au bord de la Shipra, on trouve aussi un petit observatoire, avec le même genre d'instruments qu'au Jantar Mantar de Delhi.

Un site à visiter absolument est le palais des eaux (Kaliadeh Palace) situé au Nord de la ville. Je m'y suis rendu en rickshaw prépayé depuis la gare. Je n'ai jamais vu un guichettier d'aussi bonne humeur ! Le palais décrépit renferme un temple de Surya. Devant, on peut parcourir un grand ensemble de bassins où l'on peut se baigner ; c'était trop tentant pour que je m'en prive. Les allées partiellement immergées sont très glissantes. Certains y vont tout habillés. D'autres sont plus prévoyant, et des femmes ont même prévu des saris de rechange.

De là, je me suis rendu à pieds au temple Mangalnath situé quelques kilomètres plus au Sud. Avant la bifurcation, j'ai visité un fort beau temple jaïn rose renfermant des sculptures de tirthankars superbement décorées. Je n'ai pas remarqué immédiatement que j'entrais dans un temple jaïn puisque l'adresse indiquée sur une maison non loin de là étant en gros À côté du temple de Hanuman, lequel était un minuscule temple situé de l'autre côté de la route.

Le temple Mangalnath n'est pas extraordinairement intéressant, mais au moins, je n'ai eu aucun mal à y trouver un rickshaw pour rentrer.

Séries de photographies : 2012-08-03, Ujjain, 2012-08-04, Ujjain, 2012-08-05, Ujjain.

Lien permanent


Commentaires

Vous pouvez poster un commentaire grâce au formulaire ci-dessous.

Nom ou surnom (obligatoire) :
Adresse email (facultative, n'apparaîtra pas publiquement sur ce site) :
Site Web (facultatif) :
Faire conserver ces coordonnées par mon navigateur ?
Pour montrer que vous n'êtes pas un robot stupide, veuillez recopier les chiffres 39986, dans l'ordre inverse :
Le commentaire (de grâce, évitez le SMS-speak) :

Ne mettez que du texte dans les commentaires ; vous pouvez néanmoins insérer des liens en saisissant par exemple <URL: http://www.google.fr/ > (à savoir « <URL: », une espace, l'URL proprement dite, une espace, et enfin « > ».

Date de génération : 2021-02-27 10:39+0100 ― Mentions légales.