Weblog de Joël Riou

« Gaya | Lucknow »

Arrivée à Lucknow

2010-08-15 17:16+0530 (लखनऊ) — Culture — Cinéma — Voyage en Inde IX

Hier, j'ai essayé de me reposer. Je suis donc allé au cinéma voir le dernier film produit par Aamir Khan : Peepli [live] (Curieusement, le nom hindi est différent sur les affiches et sur le visa de la censure, d'une part Pīpalī, d'autre part Piplī). Je n'ai pas tout compris à l'histoire : il y avait pas mal de dialogues... Un résumé m'a un peu mieux fait comprendre le contexte. Deux frères paysans reviennent de la ville où leur banque leur a refusé une rallonge. Ils se retrouvent sans terre. Comme une décision politique octroie une certaine somme d'argent aux familles de paysans suicidés, ils décident que l'un d'entre eux se suicidera pour faire survivre la famille. Une journaliste d'une chaîne nationale vient au village de Peepli avec une petite équipe, puis cela devient le délire : des hordes de caméras de télévision et de politiciens débarquent. On voudrait montrer le suicide en direct à la télévision...

Cela semble bien vu. La scénariste et réalisatrice est une ancienne journaliste de la chaîne NDTV (celle qui sort à peu près tous les scoops politico-financiers). Ce n'est pas un film de Bollywood traditionnel. Il n'y a pas de stars, pas de chansons. Beaucoup de passages que l'on peut considérer comme acidement drôles (le public riaient plutôt grassement, j'ai trouvé l'atmosphère assez particulière). En tout cas, côté repos, c'était raté, puisque la climatisation du cinéma était défaillante. 2h30 dans un sauna, pas terrible pour se remettre d'aplomb.

J'ai pris hier soir un train à la gare de Gaya pour rejoindre Lucknow. Je voyageais en classe 3AC. Le wagon (récent, daté de janvier 2010) était un peu différent de d'habitude, puisqu'il y avait des rideaux, un peu comme en 2AC. J'ai raisonnablement bien dormi.

J'avais réservé la veille par téléphone au Ramkrishna Hotel, Ashok Marg. Croyant bien faire, le rickshaw-wallah m'a déposé à la Ramkrishna Guest House, Park Road. J'ai détecté le gag, ce qui m'a permis de rejoindre ce qui devait être la bonne adresse. Là, il y avait un Ramkrishna Hotel et un New Ramkrishna Hotel. Au final, tous les trois ont nié avoir reçu mon coup de téléphone. Y aurait-il un New New Ramkrishna Hotel ? Du coup, c'était un peu la panique. En tout, j'ai eu cinq hôtels complets et un hors de prix. Finalement, j'ai trouvé un autre hôtel à peu près convenable à côté de la gare. J'eusse préféré être dans un quartier plus centré.

Ceci étant dit, je ne sais pas si l'atmosphère de ce jour anniversaire de l'indépendance de l'Inde est particulière, en tout cas, la ville de Lucknow me fait une très bonne impression. Les rues sont larges, la circulation très tranquille : la traversée d'une avenue n'induit aucun stress. Des bus assez modernes circulent. Les arrêts de bus sont ombrageux. Bref, ce n'est pas si mal que ça d'être logé à quelques kilomètres du centre.

Après avoir mangé un biryani plutôt bon mais pas exceptionnel (pour moi, la référence mondiale reste ceux du restaurant Ellora, rue Descartes) et un kulfi faluda, je suis allé visiter deux sites situés au Nord de la ville. J'ai commencé par le Shah Najaf Imambara, un fort beau mausolée d'abord construit en l'honneur de Hazrat Ali, gendre de Mahomet, puis qui reçut les restes de Ghaziuddin Haider, roi d'Awadh, en 1827. Une enceinte carrée comportant des couloirs et des portes renferme un dôme. L'intérieur est superbe. Des peintures vertes décorent l'intérieur du dôme. Au centre, une sorte de petite maison représente la tombe du roi. Deux autres tombes sont situés de part et d'autre. Tout autour, des lustres colorés. Au fond, d'autres petites maisons dont j'ignore la signification. Un silence quasi-absolu règne.

Un tout petit peu plus à l'Est se trouvent les jardins botaniques, dont l'accès est apparemment défendu. Encore plus loin, le Sikandra Bagh dont il faut bien observer les contours avant de découvrir par où entrer. L'accueil y est très froid. Quand je partais, on me regardais vraiment de travers. Le jardin est en fait une grande pelouse bordée par quelques fleurs. Au coin, une belle porte. On devine aussi une mosquée, mais je n'ai pas eu l'impression qu'on pouvait y accéder. Dans une sorte de remise, des vestiges d'un monument qui devait commémorer ceux morts depuis l'indépendace des Britanniques (pas sûr du texte exact qui n'était pas très lisible).

J'ai trouvé à monter dans un bus pour rentrer, de la façon la plus naturelle du monde : en m'asseyant à un arrêt et en attendant qu'un bus veuille bien s'arrêter. Je ne voyais d'abord que le nom du terminus, alternativement en anglais et en hindi. Cela ne me disait rien bien sûr, puis via Charbagh a défilé sur le côté du bus, ce qui m'a fait me précipiter pour monter dedans. Le simple fait qu'il fût possible que j'y montasse prouve que le style de conduite des chauffeurs de bus de Lucknow est très cool...

Un important point de repère dans la ville est le Vidhan Bhavan, qui contient en son centre un fort beau dôme visible de loin (il est décoré aujourd'hui aux couleurs du drapeau indien). Il s'agirait du bâtiment de l'assemblée législative de l'Uttar Pradesh. (Un peu partout, on voit des grands panneaux avec la photographies de Sushri Mayawati, Chief Minister de cet état. Je n'ai pour le moment vu ni les nombreuses statues représentant des éléphants ou elle-même qu'elle a fait construire.)

En passant par la gare (très belle de l'extérieur) pour voir où je devrai prendre mon prochain train (on mettrait un temps fou à faire le tour des différentes gares voisines avec des bagages sur le dos, je préfère prendre les devants), alors que je me pèse (j'ai mis beaucoup de temps à comprendre comme la machine fonctionnait) :

Your weight: 82.5 Kg

Your personality: You are shy, patient, sensitive and tender.

Un policier m'aborde et me demande si je suis indien. Je lui dis non, du coup, je dois écrire mon nom et mon numéro de passeport dans son carnet et il commence à me demander ce que je fais là. J'essaie de m'en débarasser rapidement. En fait, ce n'était pas nécessaire, vu que je suis reparti avec une carte touristique gratuite de Lucknow...

Lien permanent


Commentaires

Vous pouvez poster un commentaire grâce au formulaire ci-dessous.

Nom ou surnom (obligatoire) :
Adresse email (facultative, n'apparaîtra pas publiquement sur ce site) :
Site Web (facultatif) :
Faire conserver ces coordonnées par mon navigateur ?
Pour montrer que vous n'êtes pas un robot stupide, veuillez recopier les chiffres 98944, dans l'ordre inverse :
Le commentaire (de grâce, évitez le SMS-speak) :

Ne mettez que du texte dans les commentaires ; vous pouvez néanmoins insérer des liens en saisissant par exemple <URL: http://www.google.fr/ > (à savoir « <URL: », une espace, l'URL proprement dite, une espace, et enfin « > ».

Date de génération : 2021-02-27 10:39+0100 ― Mentions légales.