Weblog de Joël Riou

« Udaipur | Premier jour à Vadodara »

Ahmedabad

2007-08-18 17:31+0530 (અમદાવાદ) — Voyage en Inde IV

Avant-hier soir, je me suis dirigé vers la gare d'Udaipur. Il s'est avéré que cette gare est toute petite, il n'est même pas évident de trouver moyen de boire un thé. Le train Udaipur-Ahmedabad entre en gare, et surprise, le nom du train n'est écrit qu'en hindi. Quand le personnel de gare colle la reservation chart, je peux voir que le train ne sera pas bondé : la moitié du wagon S3 est vide et l'autre moitié à peine remplie. Autre curiosité, sur cette liste de réservations, il y a plusieurs colonnes par passagers : nom en anglais et nom en hindi. Je ne sais pas comment le logiciel de la compagnie a pu en arriver là, mais dans la colonne hindi, mon nom était रौ जेल. Vers 5h du matin, je sors de la gare d'Ahmedabad et prends un rickshaw pour mon hôtel où je vais prolonger un peu mon sommeil...

Je suis allé visiter l'Ashram où Gandhi a vécu entre 1918 et 1930, près du fleuve Sabarmati. J'ai essayé d'y aller à pieds depuis le centre, mais dans le dernier kilomètre, je n'ai pas trouvé le chemin (c'était en dehors de la carte du guide Lonely Planet 1), j'ai donc pris un rickshaw pour finir le parcours. Un musée assez intéressant à visiter, et près du fleuve on peut voir la chambre de Gandhi. Pour le retour, j'ai retrouvé le chemin : on peut se repérer assez facilement avec les grosses artères et les ponts sur la Sabarmati. Ce qui est frappant à Ahmedabad, c'est le nombre impressionnant de banques ! Il y en a partout le long des grandes routes (qui sont très bruyantes).

Dans la soirée, je suis allé au Relief Cinema, qui se trouve tout près de mon hôtel. Le film चक दे ईंडिया était plutôt mauvais. Un joueur de hockey sur gazon de l'équipe de l'Inde (interprété par le seul vrai acteur du film, Shahrukh Khan) rate un penalty lors d'un match important contre le Pakistan. Il est musulman et on le voit serrer la main d'un pakistanais : on le soupçonne d'avoir trahi son pays. C'est la fin de sa carrière. Sept ans plus tard, on fait appel à lui pour entraîner l'équipe féminine en prévision de la coupe du monde (qu'elles vont gagner à la fin bien entendu). Curieusement, pas de scènes dansées ou chantées dans le film. Il y a une grande scène de bagarre dans un McDonald's, où les filles de l'équipe mettent une bonne raclée aux garçons qui les importunaient. Pas d'histoire d'amour non plus (il y a juste la question du mariage éventuel de certaines joueuses qui est brièvement évoqué). On voit juste le comportement des joueuses évoluer vers un peu plus de cohésion (rivalités entre buteuses, qui au début répugnent à se faire des passes décisives, ce qu'elles devront bien faire pour gagner un des matches). Quelques scènes un peu comiques, comme celle où lors d'une réception précédant la finale une joueuse australienne bouscule une indienne chétive et fait mine de s'excuser, et l'indienne répond Happy Diwali.

Depuis le début de mon séjour, j'ai relativement peu mangé dans des restaurants un peu chic. Je suis allé dans un tel restaurant en sortant du cinéma. La carte comportait de nombreuses spécialités non végétariennes (la clientèle avait l'air majoritairement musulmane), mais j'ai pris un Paneer Tikka Masala (relativement épicé). Il est à noter que le Gujerat est probablement le seul état de l'Inde où les cartes de restaurants sont habituellement écrites à la fois en anglais et dans l'alphabet local.

Aujourd'hui, j'ai passé ma journée à marcher dans Ahmedabad et à visiter des temples. Je suis tout d'abord allé au Swami Narayana Temple, dédié au couple de dieux Nara-Narayana (dont le couple Arjuna-Krishna du Mahabharata est une incarnation). Le temple est très beau et très coloré. Quand je suis arrivé, les portes d'argent et d'or se refermant sur les idoles étaient fermées. Un des dévôts m'a expliqué qu'il fallait attendre dix minutes avant que ça n'ouvre et a insisté pour que je mange du Prasad, en l'occurrence un petit gâteau sucré et de la noix de coco. Il y a une ségrégation hommes-femmes à l'intérieur du temple. Quand les portes se sont ouvertes, les cloches se sont mises à sonner et les hommes se sont précipités pour voir les idoles. Les deux principales étaient Narayana et Nara, et sur la gauche, on pouvait également voir Radha et Krishna. À l'entrée, il y avait Ganesh et Hanuman.

Un peu plus au Nord, j'ai visité le temple jaïn Hathisingh. Son architecture et ses sculptures n'ont vraiment rien à envier à celles des plus beaux temples hindous. Les règles de conduites dans les temples jaïns sont plus strictes que dans ces derniers : curieusement, on m'a demandé de laisser à l'entrée la bouteille d'eau qui dépassait de mon sac...

J'ai ensuite traversé le Gandhi Bridge pour aller manger dans un restaurant d'Inde du Sud : idlis, onion masala dosa, gulab jamun, mango lassi. Tout était très bon. Dans la carte, il y avait une dosa de 4 pieds de long (500 roupies). Par la suite, j'ai cherché le City Museum situé au Sud-0uest de la ville, mais je ne l'ai pas trouvé, alors je suis rentré.

[1] Concernant l'offre de guides touristiques sur l'Inde, j'ai un peu expérimenté le Guide du routard et le Lonely Planet. Il me semble qu'il n'y a globalement pas photo entre les deux. Le second est beaucoup plus rigoureux et complet que le premier. Dans le Guide du Routard, il y a relativement peu de cartes (par exemple, il n'y en a pas d'Ahmedabad), ce qui m'avait un peu gêné lors de mon séjour dans le Sud de l'Inde l'année dernière (tout particulièrement à Kanchipuram), et en dehors des gros coins touristiques, il n'y a plus grand chose. Cependant, les commentaires sur certains sites et sur les hôtels/restaurants sont moins arides que dans le Lonely Planet.

Lien permanent


Commentaires

Vous pouvez poster un commentaire grâce au formulaire ci-dessous.

Nom ou surnom (obligatoire) :
Adresse email (facultative, n'apparaîtra pas publiquement sur ce site) :
Site Web (facultatif) :
Faire conserver ces coordonnées par mon navigateur ?
Pour montrer que vous n'êtes pas un robot stupide, veuillez recopier les chiffres 98118, dans l'ordre inverse :
Le commentaire (de grâce, évitez le SMS-speak) :

Ne mettez que du texte dans les commentaires ; vous pouvez néanmoins insérer des liens en saisissant par exemple <URL: http://www.google.fr/ > (à savoir « <URL: », une espace, l'URL proprement dite, une espace, et enfin « > ».

Date de génération : 2021-02-27 10:39+0100 ― Mentions légales.