Weblog de Joël Riou

« Retour à Kolkata | Société asiatiaque de Kolkata »

Kolkata

2008-07-31 19:04+0530 (কলকাতা) — Voyage en Inde V

Hier, je susi allé dans le Nord de Kolkata en n'utilisant que les transports en commun et mes pieds.

J'ai pris le premier métro (7h15) jusqu'au terminus Dum Dum et ai ensuite pris un train local. S'il est facile de se faire imprimer un ticket pour la bonne destination, monter dans le bon train est assez difficile. En outre, le panneau électrique indiquant les prochains trains était buggé. Il m'a fallu acheter un horaire de trains et le feuilleter jusqu'à la page 89 pour trouver le train que je voulais : Sealdah-Dankuni. Cinq minutes avant le départ du train, je commençais à m'inquiéter de ne pas savoir où le prendre. J'ai demandé à un guichetier : il m'a indiqué un mauvais numéro de voie... J'ai finalement entendu une annonce sonore et ai courru pour attraper mon train, ce qui n'était pas été indispensable vu qu'il s'est immobilisé pendant un bon quart d'heure de façon imprévue.

Je suis descendu à la station Dakshineshwar pour visiter le temple de Kali du même nom : une très belle structure jaune et rouge au bord de la Hooghly avec douze sanctuaires dédiés à Shiva.

Ensuite, j'ai été mal inspiré. Un coup d'œil panoramique m'eût fait voir l'embarcadère qui m'eût permis de rejoindre rapidement l'autre rive du fleuve, et plus précisément Belur Math Ghat près duquel se trouve le centre religieux de la Ramakrishna Mission. Au lieu de cela, j'y suis allé à pieds, ce qui a été exténuant.

Dans ce grand centre, on trouve notamment un musée, dont les murs extérieurs retracent l'histoire de la pensée indienne. À l'intérieur, de nombreuses reliques ayant appartenu à Shri Ramakrishna, Sarada Devi et Swami Vivekananda. Le message semble être celui de l'unité des religions, mais en pratique, je vois surtout un culte des trois personnalités susnommées. Au sujet de Sarada Devi, il est même écrit qu'elle avait adoré sa propre image... Près du fleuve se dressent plusieurs temples.

Retour au temple Dakshineshwar Kali en bateau. Début d'une grosse averse. Petit stress au sujet de la voie où attendre mon train de retour. L'après-midi, je me suis reposé.

Au sujet du swastika, j'ai observé hier une occurrence de la version inversée sur l'une des deux boîtes prévues pour recueillir des dons au temple Dakshineshwar. Peut-être cela a-t-il été fait dans un souci de symétrie ? Dans un motif de volets, j'ai également observé cela à Vishnupur : un swastika sur deux était inversé. Cela dit, les battants de volets étant faits pour être ouverts ou fermés, vu de l'intérieur ou de l'extérieur, les deux motifs présentent des orientations opposées. Ce choix est peut-être dû à un souci de ne jamais se retrouver avec 100% de swastika orientés dans le sens néfaste.

Ce matin, je me suis baladé dans Park Street. Je ne sais pas ce qui se passait aujourd'hui, mais la plupart des boutiques étaient fermées. J'ai visité le cimetière de Park Street. La plupart des tombes, recouvertes de mousse, paraissent vertes. Certaines tombes, complètement délabrées, arborent des plaques du type Restored by the kind generosity of.... Les allées sont boueuses. Les tombes rivalisent de gigantisme. J'ai notamment vu celle de William Jones, fondateur de la société asiatique, celle d'Elisabeth Barwell et celle, plus émouvante, de Rose Aylmer sur laquelle sont inscrits les vers suivants de Landor :

Ah, what avails the sceptred race
Ah, what the form divine!
What every virtue, every grace!
Rose Aylmer, all were thine.

Rose Aylmer, whom these wakeful eyes
May weep, but never see,
A night of memories and of sighs
I consecrate to thee

Dans Un garçon convenable, Amit et Lata viennent visiter ce cimetière pour y voir cette tombe.

J'avais prévu d'aller un peu plus loin à pieds, mais il s'en mis à pleuvoir en cours de route. Je serais de toute façon arrivé après l'heure de fermeture du temple que je voulais visiter. Je me suis rabattu sur un bon restaurant de Park Street, puis sur une librairie...

L'après-midi, j'ai visité le Rabindra Bharati Museum : la maison de Tagore. Ensuite, j'ai réussi à trouver le chemin d'un temple jaïn. Il s'agissait en fait d'un groupe de temples. Le plus beau était tout en miroirs, au bout d'une enceinte décorée dans un style particulièrement insolite en dehors de l'Occident.

Lien permanent


Commentaires

1. 2008-07-31 20:19+0200 (Arijit)

Hi Joel,

I couldn't send you the song, mail size exceeded the permitted limit. (It's wrong place to write this)

One thing I will like to mention. Satyajit Ray wrote a fiction of 'Feluda' (The Dectective), based on the Park Street cemetery. The fiction is named as 'Goroshtaane Saabdhaan'(in Bengali) which means Be aware (Saabdhaan)in Cemetery (Gorosthaan.

I wish I could have spent a Sunday with you, travelling ins and out of Kolkata. It's enjoyable. However, enjoy your tour here.

2. 2008-08-01 17:30+0200 (Arijit)

I made a mistake in my last comment.

I wanted to write 'I could NOT send you the song'.

I don't know what the problem is. Ckeck your mail, I've even forwarded the Mailer's Message to you.

I am even unsure of whether you received the mail or not.

If you have or create any Gmail or Yahoo account, please inform me.

How was your visits today?

Hey, one thing - why don't you try to write a book on your experiences in India, the cultures you met with, of the diversity and all other minute details.

Continue a hastle-free tour.

Arijit

3. 2008-08-02 06:49+0200 (Joël)

Arijit> Hey, one thing - why don't you try to write a book on your experiences in India, the cultures you met with, of the diversity and all other minute details.

I think a blog is enough. I am not a writer, and anyway I do not have enough spare time to write a book!


Vous pouvez poster un commentaire grâce au formulaire ci-dessous.

Nom ou surnom (obligatoire) :
Adresse email (facultative, n'apparaîtra pas publiquement sur ce site) :
Site Web (facultatif) :
Faire conserver ces coordonnées par mon navigateur ?
Pour montrer que vous n'êtes pas un robot stupide, veuillez recopier les chiffres 54169, dans l'ordre inverse :
Le commentaire (de grâce, évitez le SMS-speak) :

Ne mettez que du texte dans les commentaires ; vous pouvez néanmoins insérer des liens en saisissant par exemple <URL: http://www.google.fr/ > (à savoir « <URL: », une espace, l'URL proprement dite, une espace, et enfin « > ».

Date de génération : 2021-02-27 10:39+0100 ― Mentions légales.