Weblog de Joël Riou

« Allahabad-Mumbai | Elephanta Island »

Mumbai

2007-02-06 18:41+0530 (मुंबई) — Voyage en Inde III

Je suis arrivé à Mumbai il y a une semaine. Mardi dernier étant un jour férié, je ne pouvais pas prendre possession de mon bureau ; je n'ai donc eu aucun scrupule à profiter de cette journée pour visiter un peu Mumbai. Je me suis rendu au terminus VT du système de bus mis en place par le TIFR (bizarremment, le sigle de l'institut est écrit en lettres latines à l'arrière du bus tandis qu'à l'avant, il y a la même chose, mais en transcription devanagari).

Ensuite, j'ai marché vers le Nord puis l'Ouest, passant dans des rues étroites et encombrées. J'ai visité un temple jaïn et vu quelques mosquées. J'ai mangé dans un restaurant où les N serveurs passaient toutes les dix secondes pour me demander si je voulais un peu plus de légumes, de riz, de pains, etc. Cependant, une fois que je fus arrivé aux pots dessert de ce thali, on ne m'a curieusement pas proposé de rab de halwa ou de gulab jamun, dommage. Je suis entré dans le marché aux tissus Mangaldas ; comme souvent, en prêt-à-porter, il n'y en a que pour les dames. Un peu plus loin, après avoir croisé un défilé de sympathisants du parti du Congrès (on est en période d'élection), j'ai trouvé une boutique où m'acheter un pantalon à un tarif raisonnable.

Je me suis dirigé vers l'Ouest jusqu'à rejoindre Marine Drive, la grande route qui longe la baie. Un peu plus au Nord, la Chowpatty Beach. Ayant pour but de visiter le temple Babulnath, je prends un chemin qui monte vers la Malabar Hill. Je n'y trouve pas mon temple mais un parc pour enfants d'où je peux avoir une très belle vue sur Mumbai. Je suis redescendu et ai finalement trouvé l'entrée du temple Babulnath. Après avoir suivi le long chemin entouré de petites habitations et monté un escalier, j'ai pu visiter le temple.

Après ma visite, j'ai marché un tout petit peu jusqu'à voir des dames ayant entre leurs mains une assiette de kulfi. Je ne pouvais évidemment pas résister et ai goûté moi aussi au kulfi à la mangue. J'apprendrai plus tard que c'est la meilleure adresse de kulfi à Mumbai.

Pour rentrer, j'ai pris Marine Drive dans l'autre sens et ai vu des équipes de cricket jouer sur plusieurs terrains. Je passe non loin d'un crématorium réservé aux parsis, adeptes de Zoroastre.

Samedi après-midi, malgré un petit rhume, je suis parti à pieds de l'institut pour flâner dans les quartiers avoisinant l'ex-musée Prince de Galles. J'ai ainsi pu voir la Gateway of India, construite en 1914 en l'honneur de George V qui était venu se faire sacrer Empereur des Indes.

Les glaces vendues sur place ne sont pas à la hauteur de celles mentionnées plus haut : on dirait des kulfis que j'aurais ratés. Dans ce quartier de Kala Ghoda, un festival culturel d'une dizaine de jours vient de commencer. Je vois notamment un chanteur tibétain interpréter une chanson. Je rejoins ensuite les bâtiments de l'université, assez impressionnants par leur taille. En bas de l'un deux, on peut lire le préambule de la Constitution de 1949 de la République socialiste (sic) de l'Inde (les quatre valeurs données comme objectifs étant Justice, Liberté, Égalité, Fraternité). Je visite enfin la cathédrale Saint-Thomas, qui est toute blanche.

Ayant finalement trouvé un restaurant, je commande des idlis et un paper masala dosa. Le serveur essaie de me faire changer d'avis parce que leurs paper dosas sont très grands. Je persiste. Il avait peut-être raison parce que ce paper masala dosa étant vraiment énorme (un bon mètre de diamètre) et pas particulièrement fin (contrairement à ce que le nom paper laisse à penser). Je n'ai pas réussi à en venir complètement à bout. Sur une table voisine, une famille indienne a réussi cet exploit, mais ils s'y sont mis à trois...

Après être sorti du restaurant, je m'aperçois que mon petit rhume s'est transformé en méchant rhume 1 : je peux à peine émettre des sons pour indiquer ma destination à un chauffeur de taxi. Le premier renonce à comprendre ce que j'essaie de lui dire. Le deuxième me propose un tarif pour touriste naïf (cent roupies), je refuse. Le troisième, il devait changer une roue dont le pneu était crevé. Le quatrième arrive à me comprendre et met en marche le compteur (ce qui garantit un prix honnête, si c'est la bonne grille de prix qui est appliquée). Après qu'il a entrepris un demi-tour audacieux sur une route très fréquentée pour éviter les embouteillages, j'arrive à destination.

[1] On dirait que depuis ce matin, je vais mieux.

Lien permanent


Commentaires

Vous pouvez poster un commentaire grâce au formulaire ci-dessous.

Nom ou surnom (obligatoire) :
Adresse email (facultative, n'apparaîtra pas publiquement sur ce site) :
Site Web (facultatif) :
Faire conserver ces coordonnées par mon navigateur ?
Pour montrer que vous n'êtes pas un robot stupide, veuillez recopier les chiffres 69336, dans l'ordre inverse :
Le commentaire (de grâce, évitez le SMS-speak) :

Ne mettez que du texte dans les commentaires ; vous pouvez néanmoins insérer des liens en saisissant par exemple <URL: http://www.google.fr/ > (à savoir « <URL: », une espace, l'URL proprement dite, une espace, et enfin « > ».

Date de génération : 2021-02-27 10:39+0100 ― Mentions légales.