Weblog de Joël Riou

« Booker Prize. Connais pas. | J-5 »

Candide

2006-12-12 01:25+0100 (Grigny) — Culture — Opéra

Théâtre du Châtelet — 2006-12-11

Lambert Wilson (Voltaire, Pangloss, Martin)

William Burden (Candide)

Anna Christy (Cunegonde)

Kim Criswell (Old Lady)

John Daszak (The Grand Inquisitor, Captain, Governor, Vanderdendur, Ragotski)

Jeni Bern (Paquette)

David Adam Moore (Maximilian)

Ferlyn Brass (Cacambo)

Ensemble Orchestral de Paris

Chœur du Théâtre du Châtelet

John Axelrod, direction musicale

Stephen Betteridge, chef de chœur

Robert Carsen, mise en scène et lumières

Rob Ashfort, chorégraphie

Michael Levine, décors

Buki Shiff, costumes

Peter Van Praet, lumières

Ian Burton, dramaturgie

Candide, Bernstein.

Je reviens de la première de Candide, une opérette de Bernstein, au Théâtre du Châtelet. C'était absolument excellent, et relativement fidèle au texte de Voltaire. J'avais écouté un autre enregistrement de cette opérette, mais sans les parties parlées ; cela m'avait donné l'impression que l'histoire avait été chamboulée ; je me trompais. Avec les passages parlés (en français), il était beaucoup plus aisé de voir la cohérence et les correspondances avec le conte. Le chateau de Thunder-ten-tronckh en Vestphalie est remplacé par la Maison Blanche en West-failure. On pend des juifs communistes pour un auto-da-fé. Le grand inquisiteur et le juif Issachar sont transformés en impresarios et Cunégonde en chanteuse (la scène de l'air Glitter and be gay avec Cunégonde habillée en Marylin était assez énorme). Le bateau transatlantique est le Titanic. Le gouverneur don Fernando d'Ibaraa, y Figueora, y Mascarenes, y Lampourdos, y Souza était remplacé par un officier de l'immigration véreux. L'Eldorado est riche pour son pétrole. Les rois déchus que Candide rencontre à Venise sont Jacques Chirac, Tony Blair, Vladimir Poutine, Silvio Berlusconi et George Bush ! Et il faut toujours cultiver son jardin.

Merci à Flo pour le thé Pu Er et les places, à Kozlika et à Marion pour le chocolat, et coucou à ceux que j'ai pu voir ou revoir.

Bon, il faudrait que je pense à dîner.

PS : Cela passera à la télévision le 20 janvier 2007 à 22h30 sur Arte.

Lien permanent


Commentaires

1. 2006-12-12 15:27+0100 (flo)

Merci à toi pour Beauté Académique ! oui c'était vraiment beau et très drôle, la scène "Marilyn" m'a époustouflée. Ravie d'avoir fait ta connaissance.

2. 2006-12-20 14:38+0100 (poline)

Dans la pièce Candide est-ce qu'il parlait des problèmes d'aujourd'hui car j'ai à faie un chapitre sur la suite de Candide (sur un ton ironique) avec un des problèmes de la société d'aujourd'hui(marée noire, violence dans les stades, alcool, torture, dictature...) et ça doit être écrit à la manière de Voltaire.Merci d'avance

3. 2006-12-20 16:36+0100 (Joël)

Il s'agit d'une opérette, pas d'une pièce. Comme je le dis, tout est transposé au vingtième siècle. Cela se voyait notamment dans les passages parlés et dans la mise en scène, mais de là à en tirer quelque chose afin d'en faire un exercice de rédaction, il y a un pas qu'il est sans doute plus facile de franchir en partant directement du texte de Voltaire.


Vous pouvez poster un commentaire grâce au formulaire ci-dessous.

Nom ou surnom (obligatoire) :
Adresse email (facultative, n'apparaîtra pas publiquement sur ce site) :
Site Web (facultatif) :
Faire conserver ces coordonnées par mon navigateur ?
Pour montrer que vous n'êtes pas un robot stupide, veuillez recopier les chiffres 17235, dans l'ordre inverse :
Le commentaire (de grâce, évitez le SMS-speak) :

Ne mettez que du texte dans les commentaires ; vous pouvez néanmoins insérer des liens en saisissant par exemple <URL: http://www.google.fr/ > (à savoir « <URL: », une espace, l'URL proprement dite, une espace, et enfin « > ».

Date de génération : 2021-02-27 10:39+0100 ― Mentions légales.