Weblog de Joël Riou

« Sédimentations | Prêt pour l'Inde ? »

Musique et émotions

2005-08-03 01:31+0200 (Grigny) — Culture — Musique — Cinéma — Culture indienne

N'ayant pour ainsi dire aucune formation musicale, la musique provoque néanmoins en moi des émotions parfois très fortes. Je peux tout-à-fait m'extasier en écoutant une symphonie ou un concerto pour piano de Beethoven, mais c'est la musique vocale, baroque surtout, qui me fait le plus grand effet.

Tout-à-l'heure, j'écoutais la messe en si mineur de Bach, et des larmes ont commencé à apparaître lors du chœur Et expecto resurrectionem mortuorum. Bien que parfaitement incroyant, cette musique religieuse (le plus souvent protestante et en allemand, exceptionnellement catholique et en latin ici) m'émeut beaucoup.

Le concert qui m'a probablement le plus ému était donné par le chœur Sotto Voce ; il s'agit d'un chœur d'enfants qui chantait notamment ce soir-là des negro spitituals. Ils m'ont complètement fait craquer : dès la première chanson, impossible de retenir mes larmes.

Dans un autre style, le cinéma populaire indien utilise beaucoup la musique pour décupler les émotions. Le plus souvent, il s'agit de divertir et de provoquer une sorte d'euphorie chez le spectateur avec un intermède musical (qui n'est que rarement bien intégré à l'histoire). Mais parfois, l'émotion est vraiment au rendez-vous. Il y a ainsi une scène qui m'a particulièrement bouleversé dans स्वदेस (profitez-en, il passe encore dans quelques salles de cinéma en France). On a ainsi un indien travaillant à la NASA qui se retrouve dans un village en Inde où un cinéma itinérant va organiser une projection nocturne. Les gens du village s'installent donc devant l'écran (qui est un simple tissu blanc), plus précisément, les uns se mettent devant l'écran, les autres, moins fortunés, derrière (ils verront donc le film comme à travers un miroir) ; tout semble se bien passer jusqu'à ce qu'une coupure d'électricité interrompe la fête. C'est alors qu'intervient notre project manager à la NASA. Il dit à tout le monde de lever la tête vers les étoiles et il se lance dans une leçon d'astronomie ; s'insère alors la chanson यह तारा वह तारा हर तारा (littéralement « cette étoile-ci, cette étoile-là, chaque étoile ») au milieu de laquelle on décroche l'écran, les enfants qui étaient situés de part et d'autre peuvent se mettre à danser joyeusement tous ensemble...

Lien permanent


Commentaires

1. 2005-08-03 17:40+0200 (pavel-florensky)

Très intéressant, il parait que les mathématiciens sont sensibles à la musique. Il me semble que le champ liturgique orthodoxe (en ancien russe, ou en araméen) est encore plus émouvant (fluide) et moins raisonnable que la musique de Bach. Je ne sais pas si tu as déjà écouté ?

2. 2005-08-03 17:45+0200 (pavel-florensky)

Pourquoi cette fascination pour la culture indienne ?

3. 2005-08-03 18:25+0200 (Joël)

Comme musique religieuse, je ne connais que celle de Bach (et autres compositeurs baroques) et quelques negro spirituals.

Sinon, pour la culture indienne, ç'a été progressif. Au début, ce n'était que vaguement culinaire ; peut-être était-ce parce que j'étais déçu de n'avoir pas été choisi pour participier à l'échange entre l'ENS et le Chennai Mathematical Institute. Et puis, il y a un peu plus d'un an, après avoir mangé dans un restaurant indien près de la gare du Nord, je suis allé dans une boutique de DVD, et je suis vraiment tombé dans la marmite...

4. 2005-08-03 18:59+0200 (pavel-florensky)

merci pour ta réponse claire !


Vous pouvez poster un commentaire grâce au formulaire ci-dessous.

Nom ou surnom (obligatoire) :
Adresse email (facultative, n'apparaîtra pas publiquement sur ce site) :
Site Web (facultatif) :
Faire conserver ces coordonnées par mon navigateur ?
Pour montrer que vous n'êtes pas un robot stupide, veuillez recopier les chiffres 92283, dans l'ordre inverse :
Le commentaire (de grâce, évitez le SMS-speak) :

Ne mettez que du texte dans les commentaires ; vous pouvez néanmoins insérer des liens en saisissant par exemple <URL: http://www.google.fr/ > (à savoir « <URL: », une espace, l'URL proprement dite, une espace, et enfin « > ».

Date de génération : 2021-02-27 10:39+0100 ― Mentions légales.