Weblog de Joël Riou

« Planning de septembre 2014 | Girnar Hill »

Junagadh, la ville en mousse

2014-09-11 09:22+0200 (Orsay) — Voyage en Inde XIII — Photographies

Junagadh est une ville extraordinaire. En sortant de la gare, le visiteur est surpris par cette grande porte envahie par la mousse :

Photo 427

Un peu plus tard, après avoir posé ses affaires dans un charmant hôtel, il franchit cette porte et après quelques minutes de marche atteint le but de sa visite à Junagadh :

Photo 463
Bahauddin Maqbara

En voyant une photographie de ce monument de la fin du XIXe siècle, le mausolée du premier ministre Bahauddin, le voyageur s'était dit : Je veux voir ça !. Quelle architecture originale ! Il est possible de monter au sommet des minarets en utilisant les escaliers à colimaçon extérieurs (ceci est à déconseiller aux personnes atteintes de vertiges, surtout par jour de vent).

Photo 446

À côté, Mahabat Maqbara, la tombe du Nawab Mahabat paraîtrait presque commune. Son architecture moghole incorpore pourtant d'étonnants éléments européens.

Photo 653
Mahabat Maqbara

Pourtant, le voyageur s'étonne, et est même consterné par l'état de conservation des monuments. Depuis l'extérieur, il est en effet possible d'observer l'intérieur, et il convient manifestement de n'y pas poser les pieds, quand bien même quelque porteur de clefs se trouverait là, tant la tombe et le sol autour sont recouverts de plumes fixées par d'autres matières provenant de volatiles.

Le voyageur ne le sait pas encore, mais ce serait en fait un outrage à l'harmonie architecturale de la ville que de tenter quoi que ce soit pour enlever la mousse qui s'insinue sur ces monuments :

Photo 649

De là, le voyageur s'engage dans le dédale des rues de Junagadh, et est saisi d'émerveillement et d'émotion devant la beauté des bâtiments les plus ordinaires de la ville, tous envahis par la mousse :

Photo 474

Par chance, en suivant la ligne de plus forte pente, il est rassurant de tomber sur un panneau indiquant que la direction vers le fort Uparkot est la bonne :

Photo 476

Les fortifications de cette ville doublement millénaire sont en vue :

Photo 481

La flore n'est pas la seule à avoir trouvé un havre accueillant dans cette ville qui, quoique habitée, semble comme abandonnée :

Photo 482

Photo 485

Photo 524

Après l'entrée dans le fort, ce qui frappe, c'est la présence de signes de pratiques religieuses primitives pour engendrer quelque descendance ou rendre l'avenir favorable, comme ces petits empilements de pierres :

Photo 487

Une sculpture non encore engloutie par la végétation se dresse de façon incongrue au bord d'un chemin.

Photo 488

Photo 497

Parmi les vestiges des temps passés présents sur le fort, voici un des puits en escalier :

Photo 503
Adi Chadi Vav

Des grottes bouddhiques du deuxième siècle de notre ère, aux sculptures très érodées, dont le style serait un des témoins d'une influence gréco-romaine :

Photo 520

Une mosquée se fond aussi dans la végétation :

Photo 526

Photo 529

Malgré les apparences, la ville est bien vivante :

Photo 543

En descendant la route conduisant au fort, une vie nouvelle semble s'être greffée à quelque vieux bâtiment dont la fonction originelle semble oubliée :

Photo 548

Plus bas, à condition d'en trouver l'entrée, on peut entrer dans le cimetière des Babi Nawabs, dont les mausolées sont sublimés par la mousse et la végétation :

Photo 560

Photo 561

Depuis le fort, les collines environnantes sont visibles. Celle-ci est peut-être celle de Girnar, qui attire des pélerins jaïns et hindous :

Photo 509

Lien permanent


Commentaires

Vous pouvez poster un commentaire grâce au formulaire ci-dessous.

Nom ou surnom (obligatoire) :
Adresse email (facultative, n'apparaîtra pas publiquement sur ce site) :
Site Web (facultatif) :
Faire conserver ces coordonnées par mon navigateur ?
Pour montrer que vous n'êtes pas un robot stupide, veuillez recopier les chiffres 47582, dans l'ordre inverse :
Le commentaire (de grâce, évitez le SMS-speak) :

Ne mettez que du texte dans les commentaires ; vous pouvez néanmoins insérer des liens en saisissant par exemple <URL: http://www.google.fr/ > (à savoir « <URL: », une espace, l'URL proprement dite, une espace, et enfin « > ».

Date de génération : 2021-02-27 10:39+0100 ― Mentions légales.