Weblog de Joël Riou

« Avec la Poste, livre tes gros colis avec tes pieds | Schtroumpf grognon »

Massacre d'un classique

2007-10-07 19:31+0200 (Orsay) — Culture — Cinéma — Culture indienne

Lors de mon dernier voyage en Inde, j'avais vu des affiches d'un film qui allait sortir trop tard pour que je le visse là-bas, et la bande annonce que j'en avais vue m'avait fait comprendre qu'il s'agissait d'un remake du classiquissime Sholay.

Ayant profité d'une escale à la Gare du Nord après une journée à l'université Paris-Nord, j'ai acheté le DVD du film Aag que j'ai finalement regardé hier soir. L'intrigue est essentiellement celle du film Sholay. Un policier passe l'essentiel de sa carrière à traquer un dangereux gangster et finit par le coincer et à le faire mettre en prison. Celui-ci s'évade et se venge en lui coupant les mains et en tuant tous les membres de sa famille sauf sa belle-fille. Le policier rumine sa vengeance. Il se retire de la police, engage deux jeunes malfaiteurs pour l'aider dans cette tâche.

Dans ce remake, tout est raté. Les mouvements de caméra donnent le tournis, les scènes de combat sont grotesques et interminables, la musique donne l'impression que l'ingénieur du son s'est amusé à appuyer sur tous les boutons pour voir ce que ç'allait donner. Beaucoup d'épisodes contribuant la qualité du film Sholay se retrouvent massacrés, par exemple :

  • Dans Sholay, les deux jeunes gangsters attaquent Gabbar Singh alors qu'une danseuse danse pour lui sur la chanson Mehbooba Mehbooba. La chanson a été conservée, mais dénaturée à tel point que c'en est inaudible ; en outre, Abhishek Bachchan y fait une apparition grotesque.
  • Dans Sholay, Basanti et Veeru (qui sont amoureux l'un de l'autre) se font enlever par Gabbar Singh et celui-ci force Basanti à danser sur du verre brisé pour qu'il ne tue pas Veeru. Dans Aag, ils ont conservé l'enlèvement, mais pas la scène émouvante qui suit...
  • Dans Sholay, un coup de théâtre se produit vers la fin. Le spectateur ne peut que se demander : Mais comment Thakur, qui n'a pas de mains, va tuer Gabbar Singh ?. Dans Aag, on voit simplement le méchant avec une sorte de gros couteau de cuisine planté dans le dos après que l'ancien policier eut demandé une chance d'en finir lui-même avec le méchant, mais il n'y a, me semble-t-il, aucun plan mettant en évidence la technique utilisée, alors que dans Sholay, la scène correspondante était indiscutablement spectaculaire.

Le score de ce film sur IMDb est inférieur à celui de Plan 9 from Outer Space de Ed Wood...

Lien permanent


Commentaires

1. 2007-11-30 21:33+0100 (celeste)

pas étonnant que Aag ne soit pas la hauteur de Sholay. j'ai vu le clip de présentation tout l'été sur les chaines indiennes et je me doutais un peu du résultat.

sholay est un grand film et la scène où Basanti danse sur le verre cassé est particulièrement émouvante.

je suis venue, curieuse en suivant un com sur la réservation des trains indiens sur le site de Traou

2. 2007-12-02 17:26+0100 (Joël)

Je n'ai pas beaucoup regardé la télé indienne cet été (j'avais visé des hôtels plutôt petit budget), je n'avais vu que la bande annonce. Je me doutais aussi que ce ne serait pas terrible, mais à ce point-là, c'est renversant !


Vous pouvez poster un commentaire grâce au formulaire ci-dessous.

Nom ou surnom (obligatoire) :
Adresse email (facultative, n'apparaîtra pas publiquement sur ce site) :
Site Web (facultatif) :
Faire conserver ces coordonnées par mon navigateur ?
Pour montrer que vous n'êtes pas un robot stupide, veuillez recopier les chiffres 93448, dans l'ordre inverse :
Le commentaire (de grâce, évitez le SMS-speak) :

Ne mettez que du texte dans les commentaires ; vous pouvez néanmoins insérer des liens en saisissant par exemple <URL: http://www.google.fr/ > (à savoir « <URL: », une espace, l'URL proprement dite, une espace, et enfin « > ».

Date de génération : 2021-02-27 10:39+0100 ― Mentions légales.