Weblog de Joël Riou

« Le Schumann du Chamber Orchestra of Europe | Lavanya Ananth au Musée Guimet »

Keren Ann à Pleyel

2012-11-17 00:33+0100 (Orsay) — Culture — Musique

Salle Pleyel — 2012-11-16

Keren Ann, chant, guitare, orchestrations & arrangements de cordes

Nicolas Fiszman, basse

Christophe Deschamps, batterie

Philippe Almosnino, guitare

Marc Chouarain, piano, claviers, thérémime

Doriane Gable, violon

Akemi Fillon, violon

Lise Orivel, alto

Miwa Rosso, violoncelle

Cordes de l'Orchestre Lamoureux

Didier Benetti, direction musicale

Maxime Moston, arrangements de cordes

Avner Kelmer, arrangements de cordes

Thorvaldur Bjarni Thorvaldsson, arrangements de cordes

Your Tailor is a Punk, scénographe

J'assistais ce vendredi pour la troisième fois à un concert de Keren Ann. Je l'avais déjà vue à l'Olympia en 2005 et à Pleyel en 2009. En 2005, elle était accompagnée de musiciens comme dans un concert de pop-rock ; en 2009, le concert était résolument dans une configuration symphonique. Dans le concert auquel je viens d'assister, les deux types d'effectifs étaient présents simultanément sur scène, mais la vingtaine d'instruments à cordes frottées (issus de l'Orchestre Lamoureux, à l'exception des quatre solistes apparaissant dans la distribution ci-dessus) étaient manifestement la cinquième roue du carosse. Ils ont été malheureusement inutiles : on ne les a pour ainsi dire pas entendus, puisqu'ils étaient couverts par le son des autres musiciens. Visuellement, leurs parties n'avaient pas l'air très intéressantes. Des gros ploums, des gros trémolos, des gros pizz.. Cela a beau être gros, s'ils tombent en rythme en même temps que les PAF de la batterie, c'est comme s'ils n'étaient pas là... Au prix d'un énorme effort de concentration, j'ai quand même réussi à entendre les pizz. les moins discrets. Pour le reste, du fait de la sonorisation, les notes tenues par l'ensemble des musiciens semblaient être comme un gloubi-boulga étouffé qui ne pouvait lutter avec les décibels produits par la basse, le piano ou le synthé, etc. En durée cumulée, j'ai dû entendre ce que faisait l'orchestre de cordes pendant peut-être une minute tout au plus sur toute la durée du concert. Le pire, c'est que les lumières ne permettaient même pas de voir les musiciens, ce qui, s'agissant du premier violon, est vraiment dommage...

Les lumières de ce spectacle étaient complètement ratées. Elles étaient dirigées vers le public. Cela faisait mal aux yeux. C'est comme regarder une ampoule fixement, on a intérêt à détourner les yeux... Les musiciens étaient dans la pénombre. On pouvait tout juste apercevoir la chanteuse.

Il s'en est fallu de peu que je sorte de la salle de concert quelques minutes après le début. Pendant les quatre premières chansons, le son était BEAUCOUP TROP FORT. On n'entendait que la chanteuse, la batterie, la basse, la guitare et le piano/synthé/thérémime. Même en jouant comme des brutes, les musiciens de l'orchestre Lamoureux ne pouvaient pas se faire entendre. Il faudrait enfermer l'ingénieur du son responsable de ce massacre. Cela s'est heureusement un peu calmé avec la cinquième chanson By the Cathedral, mais il y a eu des rechutes : ma voisine n'arrêtait pas de se boucher les oreilles...

Sur la petite vingtaine de chansons interprétées dans ce concert, la plupart venait des derniers albums. Je trouve dommage qu'il n'y ait eu qu'une chanson et demie en français (à peu près) : Que n'ai-je ? et Sous le sable (qui était mélangée à End of May qui utilise la même musique). Cela fait certes plaisir d'entendre My Name is Trouble ou Sugar Mama, tirés du dernier album, mais j'aurais aimé pouvoir me reposer un peu les oreilles avec quelques chansons des deux premiers albums en français, du temps où elle chuchotait dans le micro...

Globalement, ce concert est une de mes pires expériences d'auditeur et de spectateur. Quel était l'intérêt de faire jouer des violonistes, des altistes, des violoncellistes, un contrebassiste, si on n'entend pas leur partie de l'arrangement, par ailleurs sans intérêt ? Je doute que la standing ovation des spectateurs du parterre incite l'équipe responsable de ce ratage à réfléchir...

Ailleurs : Matoo.

Lien permanent


Commentaires

Vous pouvez poster un commentaire grâce au formulaire ci-dessous.

Nom ou surnom (obligatoire) :
Adresse email (facultative, n'apparaîtra pas publiquement sur ce site) :
Site Web (facultatif) :
Faire conserver ces coordonnées par mon navigateur ?
Pour montrer que vous n'êtes pas un robot stupide, veuillez recopier les chiffres 87324, dans l'ordre inverse :
Le commentaire (de grâce, évitez le SMS-speak) :

Ne mettez que du texte dans les commentaires ; vous pouvez néanmoins insérer des liens en saisissant par exemple <URL: http://www.google.fr/ > (à savoir « <URL: », une espace, l'URL proprement dite, une espace, et enfin « > ».

Date de génération : 2018-02-13 08:46+0100 ― Mentions légales.