Weblog de Joël Riou

« Arushi Mudgal au Musée Guimet | Planning de novembre 2012 »

Brahms par les Solistes des Berliner Philharmoniker #1 et #2

2012-10-23 00:36+0200 (Orsay) — Culture — Musique

Salle Pleyel — 2012-10-20

Solistes des Berliner Philharmoniker

Ludwig Quandt, violoncelle

Sunwook Kim, piano

Sonate pour violoncelle et piano nº2 en fa majeur, op. 99 (Brahms)

Guy Braunstein, violon

Olaf Maninger, violoncelle

Sunwook Kim, piano

Trio pour piano et cordes nº1 en si majeur , op. 8 (Brahms)

Guy Braunstein, violon

Christoph Streuli, violon

Julia Deyneka, alto

Ulrich Knoerzer, alto

Olaf Maninger, violoncelle

Ludwig Quandt, violoncelle

Sextuor à cordes nº1 en si bémol majeur, op. 18 (Brahms)

La Salle Pleyel n'est vraiment pas faite pour la musique de chambre. À la rigueur, on pourrait l'utiliser pour ça, mais il ne faudrait alors ouvrir à la réservation que les trois premiers rangs du parterre (au centre de préférence) et quelques autres places bien choisies. J'ai comme l'impression que mon écoute de la première moitié du concert de samedi a été faussée par le fait que j'étais au premier balcon, comme je l'avais déjà été lors de la venue de Berlinois avec Yuja Wang pour un programme Mozart/Schubert en mars 2011. Le son peine à atteidre mes oreilles qui sont de surcroît à proximité du TIC-TAC de la montre de ma voisine. Je suis toutefois assez esbaudi par la performance du violoncelliste Ludwig Quandt dans la sonate pour violoncelle et piano nº2, et de Guy Braunstein dans le trio pour piano et cordes nº1, une œuvre qui me divertit plus qu'elle ne m'émeut.

Et puis, à la faveur d'un replacement à l'entr'acte, un prodige se produit pendant le sextuor, absolument insoutenablement orgiaquement phénoménalement fabeltastich !

Existe-t-il une notion de pizz. Brahms ? Ceux de l'altiste Julia Deyneka (Berlinoise, mais pas du Philharmoniker, puisqu'elle est Solo-Bratschistin de la Staatskapelle Berlin), ses pizz., donc, ont été la goutte d'eau qui ont fait déborder le vase de mes larmes.

Salle Pleyel — 2012-10-21

Solistes des Berliner Philharmoniker

Guy Braunstein, violon

Ohad Ben-Ari, piano

Sonate pour violon et piano nº1 en sol majeur, op. 78 (Brahms)

Guy Braunstein, violon

Stefan Dohr, cor

Ohad Ben-Ari, piano

Trio pour violon, cor et piano en mi bémol majeur, op. 40 (Brahms)

Guy Braunstein, violon

Julia Deyneka, alto

Ludwig Quandt, violoncelle

Ohad Ben-Ari, piano

Quatuor pour piano et cordes nº1 en sol mineur, op. 25 (Brahms)

Le lendemain, le concert attirant moins les foules, replacement forcé de l'arrière-scène au parterre, pas en première catégorie comme les ouvreuses me le proposaient, mais en deuxième catégorie, sauf erreur de ma part en BB 114 (le numéro d'une merveilleuse musique de Bartók, pour cordes, percussions et célesta). De là, aucun reniflouï du violoniste Guy Braunstein ne m'échappe, mais même malade, toussotant, ce violoniste est extraordinaire.

La veille, pendant le sextuor, je me délectais du prodige, en toute naïveté. Par quel miracle permanent les mélodies les plus simples ou même des notes uniques pouvaient paraître d'une extrême profondeur ? Si des concerts peuvent véritablement faire prendre conscience de ce que cela signifie interpréter de la musique, ces deux concerts en font assurément partie ! Quelle claque ! Qu'il s'agisse du violoncelliste Ludwig Quandt la veille ou des autres, et en particulier Guy Braunstein dans la sonate pour violon et piano nº1, il est évident que chaque mouvement correspond à une intention plus qu'à un hasard. Même quand l'archet rebondit sur les cordes, même quand les deux cordes aiguës se prennent de violents Schlourch, même quand Guy Braunstein cache bizarrement son visage derrière son coude droit pour attaquer les cordes graves, même quand on entend un petit sifflement quand la main change de position sur les cordes.

Guy Braunstein peut être apprécié dans cette courte vidéo dans laquelle on aperçoit aussi, furtivement, un des autres héros de ce concert : le corniste Stefan Dohr (en fait, non, ce n'est pas lui, comme l'a remarqué Klari, cf. commentaires). (Je crois que je vais payer 9.90€ pour écouter le concerto en entier sur le Digital Concert Hall.) J'ai vécu ce trio pour violon, cor et piano comme un dialogue entre le violon et le piano s'insérant dans une atmosphère irréelle créée par le corniste, qui m'a donc touché, mais d'une façon sans doute plus inconsciente, moins directe que ses deux co-interprètes. Que ce pianiste était magnifique aussi...

Le concert se conclut par le quatuor pour piano et cordes nº1, que j'arrive à apprécier malgré un replacement subi vers une place plus excentrée qui m'empêche de voir la superbe robe verte de l'altiste. J'ai tout particulièrement aimé les deux derniers mouvements !

D'ici à la fin de l'année, il reste encore six concerts dans cette série Brahms...

Promis, je ne dirai plus jamais de mal de Brahms. Peut-être ferai-je même pénitence en allant écouter religieusement un Requiem allemand.

Lien permanent


Commentaires

1. 2012-10-28 16:44+0100 (klari)

Hello, après avoir chaussé mes propres lunettes et re-regardé la vidéo, le corniste à 0'34 n'est *pas* Stefan Dohr (qui lui, a le visage un peu plus allongé). Il lui ressemble, je te l'accorde, mais il s'agit d'un cor solo invité, ça leur arrive de temps en temps.

Je te propose en tant que vidéo de rechange celle-ci, où il y a l'innénarable Guy Braunstein,bien sur, mon chouchou des premiers violons à 0'33 et 0'34, mon alto solo préféré du BPO (1'57), et le 'vrai' Stefan Dohr à 1'34, et ailleurs, que des bonnes choses :

<URL: http://www.youtube.com/watch?v=RF1y6r_dppc >

2. 2012-10-28 17:10+0100 (Joël)

En fait, je pensais non pas au corniste que l'on voit au premier plan, mais à celui qui est à côté de lui (du coup un peu flou sur la vidéo). Il ressemble beaucoup à Stefan Dohr, en plus jeune, mais effectivement, ce n'est pas lui, peut-être Andrej Žust <URL: http://www.berliner-philharmoniker.de/en/orchester/mitglieder/?musician_uid=492 > ou <URL: http://24.media.tumblr.com/tumblr_lvqg1mmeZp1qats4wo4_1280.jpg >.

3. 2012-10-28 17:34+0100 (klari)

C'est p'têt ben Žust, le deuxième, en effet.

Par contre, Dohr n'a pas du jouer cor 2 depuis très très très longtemps, il était donc quasi-impossible que ce soit lui sur la deuxième chaise. Tu pourrais me rétorquer, à juste titre, qu'il arrive que qu'un corniste soit assis à la gauche du cor solo, mais cela n'arrive que quand le cor solo a besoin d'une doublure, typiquement dans de gros machins très gros et très longs et très sonores, typiquement pas le concerto de Brahms.

Le monsieur à lunettes à la place de cor solo (dans la vidéo du Brahms), c'est Martin Owen à mon avis (il y a d'autres exemples où on le voit corsolifier chez les Berlinois)

4. 2012-10-28 18:01+0100 (Joël)

Mais je n'avais pas l'intention de rétorquer quoi que ce soit (pour une fois !) ; si cela peux te rassurer, dès le premier visionnage je trouvais louche que le sosie de Stefan Dohr ne soit pas au premier plan...

5. 2012-10-28 18:43+0100 (klari)

Mais il n'y a pas à me rassurer ou non ! Je m'assure juste que tu aies en main toutes les ficelles pour sherlocker chez les cors ;-p


Vous pouvez poster un commentaire grâce au formulaire ci-dessous.

Nom ou surnom (obligatoire) :
Adresse email (facultative, n'apparaîtra pas publiquement sur ce site) :
Site Web (facultatif) :
Faire conserver ces coordonnées par mon navigateur ?
Pour montrer que vous n'êtes pas un robot stupide, veuillez recopier les chiffres 49997, dans l'ordre inverse :
Le commentaire (de grâce, évitez le SMS-speak) :

Ne mettez que du texte dans les commentaires ; vous pouvez néanmoins insérer des liens en saisissant par exemple <URL: http://www.google.fr/ > (à savoir « <URL: », une espace, l'URL proprement dite, une espace, et enfin « > ».

Date de génération : 2018-02-13 08:46+0100 ― Mentions légales.