Weblog de Joël Riou

« Arrivée à Kolkata | Parenthèse gastronomique »

Manoj et Manisha Murali Nair à Rabindra Sadan

2012-07-17 17:31+0530 (কলকাতা) — Culture — Musique — Culture indienne — Voyage en Inde XI

Rabindra Sadan, Kolkata — 2012-08-16

Manoj Murali Nair, chant

Manisha Murali Nair, chant

Rabindrasangeet : Premer Badel Namlo

Comme il y a deux ans, le hasard a fait que j'ai revu le duo Manoj & Manisha Murali Nair dans un programme de Rabindrasangeet, un genre à part dû à Tagore dans la musique indienne. Quand on arrive à Kolkata, il est évident qu'il y a dans cette région deux personnes importanes. Rabindranath Tagore, d'une part, et d'autre part Mamata Banerjee, la Chief Minister de l'état de Paschimbanga (ex-Bengale occidental) et ancienne ministre des chemins de fers, dont on voit la photographie sur de grandes affiches un peu partout en arrivant à Kolkata.

À propos du concert, comme la dernière fois, il a été compliqué d'obtenir un billet. Un enseignant en école d'ingénieur m'a renseigné. Le guichet était très très mal indiqué... Pour 40 roupies, j'ai eu un billet de deuxième catégorie et ai pu ainsi me placer au centre du premier rang du balcon. Au niveau des portes, on voit encore des restes d'affiches mal déchirées signalant les entrées séparées pour les hommes et les femmes pour la journée d'information pour les musulmans désirant faire le Haj. Quand j'étais passé plus tôt dans la journée dans l'idée de me renseigner sur le concert, il y avait effectivement une foule de musulmans au voisinage de Rabindra Sadan.

Le programme est intitulé Premer Badal Namlo. Je me suis un peu moins ennuyé que la dernière fois pendant ce récital de trois heures au cours duquel une trentaine de chansons sur le thème de la mousson seront interprétées. Manoj chante et joue de l'harmonium. Sa sœur chante aussi parfois. Ils sont accompagnés d'un percussionniste multi-instruments, d'un instrumentiste qui utilise un archet pour jouer d'une sorte de mini-vina presque comme s'il s'agissait d'un violoncelle, et sur le côté se tiennent un guitariste et un joueur de synthétiseur.

Malgré le talent évident de l'instrumentiste assis devant le clavier, le synthétiseur, quand il ne sert pas à combler les blancs, ne me semble que surcharger une orchestration qui est déjà assez sucrée comme ça !

La plupart des chansons me semblent basées sur des cycles rythmiques à quatre temps. Dans certaines, il y a une correspondance presque parfaite entre les phrases musicales chantées et ces mesures de quatre temps. Le plus souvent, chaque temps semble subdivisé en trois parties.

Parfois, Manoj commence sa chanson par une sorte de micro-Alap vaguement intermédiaire entre les traditions du Sud et du Nord. Les phrases en sont plutôt rapides, utilisent toutes les notes (comme dans la musique carnatique), mais les syllabes chantées pourraient faire partie d'un Alap de musique du Nord (Re-ne-ne...).

Manoj fera quelques discours entre les chansons. À l'entr'acte, il fera monter sur scène quelques personnes sur scène pour faire une jolie photo pour le lancement d'un nouveau CD, déballé d'un tortueux emballage par quelques mains innocentes. Le public tentera de suggérer des chansons à interpréter. Je ne saurais dire si les revendications ont été satisfaites...

Série de photographies : 2012-07-16, Kolkata.

Lien permanent


Commentaires

1. 2012-07-17 14:20+0200 (Madama Abricot)

Bonne suite de voyage. Le soleil est revenu et le bleu est presque bleu.............


Vous pouvez poster un commentaire grâce au formulaire ci-dessous.

Nom ou surnom (obligatoire) :
Adresse email (facultative, n'apparaîtra pas publiquement sur ce site) :
Site Web (facultatif) :
Faire conserver ces coordonnées par mon navigateur ?
Pour montrer que vous n'êtes pas un robot stupide, veuillez recopier les chiffres 83273, dans l'ordre inverse :
Le commentaire (de grâce, évitez le SMS-speak) :

Ne mettez que du texte dans les commentaires ; vous pouvez néanmoins insérer des liens en saisissant par exemple <URL: http://www.google.fr/ > (à savoir « <URL: », une espace, l'URL proprement dite, une espace, et enfin « > ».

Date de génération : 2018-02-13 08:46+0100 ― Mentions légales.