Weblog de Joël Riou

« The Prince of the Pagodas au Royal Opera House | Les Troyens au Royal Opera House »

Billy Budd à l'English National Opera

2012-07-03 13:15+0200 (Orsay) — Culture — Musique — Opéra

English National Opera — 2012-06-30

Kim Begley, Edward Fairfax Vere

Oliver Dunn, First Mate

Gerard Collett, Second Mate

Darren Jeffery, Mr Flint

Andrez Rupp, Bosun

Duncan Rock, Donald

Jonathan Stoughton, Maintop

Nicky Spence, The Novice

Daniel Norman, Squeak

Jonathan Summers, Mr Redburn

Henry Waddington, Lieutenant Ratcliffe

Matthew Rose, John Claggart

Michael Colvin, Red Whiskers

Philip Daggett, Arthur Jones

Benedict Nelson, Billy Budd

Marcus Farnsworth, Novice's Friend

Gwynne Howell, Dansker

Joseph Bingham Cooper, Tom Couffon, Robel Durub, Calum Currie Patiño, Thomas Fetherstonhaugh, Sean Hill, Henry Mattar, Louis O'Shea, Joseph Outtrim, Bartłomie Rój, Francis de Souze, Matthew Whiting, Midshipmen/Powder monkeys

Thomas Fetherstonhaugh, Cabin boy

Officers, Sailors, Drummers, Marines

Edward Gardner, direction musicale

Nicholas Ansdell-Evans, chef assistant

Francine Merry, chef de chœur

Genevieve Ellis, assistante de la chef de chœur

Janice Graham, premier violon

David Alden, mise en scène

Paul Steinberg, décors

Constance Hoffman, costumes

Adam Silverman, lumières

Maxine Braham, mouvements

Jessica Jackson-Smith, maître d'armes

Orchestre et Chœur de l'English National Opera

Billy Budd, Britten

Samedi après-midi, alors que j'attends un ami londonien devant l'English National Opera pour aller boire un verre et visiter le British Museum (qui a une très belle collection indienne), je croise Laurent, ce qui n'est guère surprenant en ces lieux !

En fin d'après-midi, j'assiste à une représentation de Billy Budd. La mise en scène et les décors ne sont pas aussi beaux que dans la production que j'ai vue il y a deux ans à Bastille. Comme Laurent qui a vu cette production avant moi, je ne comprends pas très bien quelle est l'époque suggérée par les costumes (des marins comme des hommes en armes). La musique de Britten me semble moins déroutante que la première fois, mais il me faut encore attendre le deuxième acte pour être tout à fait enthousiasmé par le spectacle. Le délice est avant tout musical. Dans certains passages orchestraux, j'aime l'alternance des textures orchestrales qui changent parfois presqu'à chaque mesure. J'apprécie le retour de l'onctueux motif musical entendu au début de l'opéra et qui me semble évoquer la mer. Avant cela, le deuxième acte aura commencé par l'impressionnante scène de l'attaque au canon d'un navire français. Le livret contient un certain nombre de piques contre les Français, ce qui fait rire bruyamment nos amis anglais. Le canon est représenté par un gros cylindre multifonctions (il sert en effet aussi de couloir d'accès à la cabine blanche du capitaine Vere, remarquable Kim Begley). Les tambours dont les interprètes ont pris position dans des loges proches de la scène contribuent à rendre cette scène indescripttiblement spectaculaire. Mon plaisir musical restera ininterrompu jusqu'à la fin alors que Billy Budd bégaillant tue d'un coup de poing celui qui l'accusait de mutinerie, Claggart, dont l'interprète (Matthew Rose) m'a beaucoup plu. Les trois personnages du First Lieutenant Redburn, du Lieutenant Ratcliffe et du Sailing Master Flint ne semblent exister que pour faire partie du tribunal qui condamnera Billy Budd à la pendaison, le capitaine Vere n'ayant pas eu le courage de le défendre.

L'interprète de Billy Budd m'a fait une très bonne impression. Le chœur était épatant aussi. J'ai rarement été autant ému à l'opéra. Ce deuxième acte de Billy Budd est ce que j'aurai préféré dans les trois spectacles vus au cours du week-end.

Lien permanent


Commentaires

Vous pouvez poster un commentaire grâce au formulaire ci-dessous.

Nom ou surnom (obligatoire) :
Adresse email (facultative, n'apparaîtra pas publiquement sur ce site) :
Site Web (facultatif) :
Faire conserver ces coordonnées par mon navigateur ?
Pour montrer que vous n'êtes pas un robot stupide, veuillez recopier les chiffres 71486, dans l'ordre inverse :
Le commentaire (de grâce, évitez le SMS-speak) :

Ne mettez que du texte dans les commentaires ; vous pouvez néanmoins insérer des liens en saisissant par exemple <URL: http://www.google.fr/ > (à savoir « <URL: », une espace, l'URL proprement dite, une espace, et enfin « > ».

Date de génération : 2018-02-13 08:46+0100 ― Mentions légales.