Weblog de Joël Riou

« Gangâ à Sucy-en-Brie | Kaushiki Chakrabarty au Théâtre de la Ville »

Il Postino au Châtelet

2011-06-21 01:18+0200 (Orsay) — Culture — Musique — Opéra

Théâtre du Châtelet — 2011-06-20

Plácido Domingo, Pablo Neruda

Charles Castronovo, Mario Ruoppolo

Amanda Squitieri, Beatrice Russo

Cristina Gallardo-Domâs, Matilde

Patricia Fernandez, Donna Rosa

Victor Torres, Giorgio

Laurent Alvaro, Di Cosimo

Pepe Martinez, Le Père de Mario

David Robinson, Le Prêtre, Cura

Randy Razafijaonimanana, Pablito

Orchestre Symphonique de Navarre

Chœur du Châtelet

Jean-Yves Ossonce, direction musicale

Alexandre Piquion, chef de chœur

Ron Daniels, mise en scène

Riccardo Hernandez, décors et costumes

Jennifer Tipton, lumières

Jesse Belsky, recréation des lumières

Philip Bussmann, projections vidéo

David Bridel, chorégraphie

Il Postino, Daniel Catán

Je reviens de la première française de l'opéra Il Postino adapté du film du même nom qui était lui-même adapté du livre Ardiente Paciencia d'Antonio Skármeta. Il s'agit d'une fiction imaginée à partir de la vie de Pablo Neruda. Pendant son exil en Italie au début des années 1950, il se serait lié d'amitié avec un postier, Mario, dans lequel il aurait fait naître un intérêt pour la poésie.

Neruda est avec Matilde. Mario séduit Beatrice, mais sa tante Donna Rosa veille. Il vont se marier, mais Mario va mourir lors d'une manifestation communiste qui dégénérera. Pendant ce temps, Neruda sera rentré au Chili, semblant oublier les moments passés avec eux en Italie. Quand il reviendra, il ne retrouvera que Beatrice et son fils, appelé Pablito en hommage au poète. (En trame de fond, il y a aussi un contexte politique de promesses électorales, qui, dans cette localité, tourne autour de la construction d'un réseau d'alimentation en eau digne de ce nom.)

Cette production d'opéra m'a semblé assez peu intéressante. Malgré un hautbois quelque peu défectueux, on passe plutôt un bon moment avec une musique douce aux oreilles (nonobstant l'utilisation du piano comme instrument à percussions). La musique créée une atmosphère, mais elle ne semble former qu'un arrière-plan pour les voix. La façon dont les voix chantent (en espagnol) fait beaucoup penser aux opéras de Puccini (en particulier La Bohème). J'ai trouvé que cela sonnait vraiment trop à la manière de, même si ce n'est pas particulièrement désagréable (je ne snobe pas Puccini !).

Du côté des chanteurs, Plácido Domingo (Neruda) a encore de beaux restes ! et dans le rôle de Mario, Charles Castronovo est véritablement excellent. Je ne l'avais entendu jusqu'à maintenant que dans Mireille. Je suis moins convaincu par les deux sopranos Cristina Gallardo-Domâs (Matilde) et Amanda Squitieri (Beatrice) qui ont des voix puissantes, mais dont j'ai trouvé les aigus assez déplaisants.

La mise en scène est assez triviale. Il y a un certain gâchis dans l'utilisation des décors et accessoires. Toutes les cinq minutes environ, on vient déplacer des accessoires pour en remettre d'autres ou on fait un précipité pour installer un nouveau décor qui servira pendant cinq minutes. L'idée est sans doute de faire quelque chose d'un peu cinématographique (on note quelques travellings avant de décors de l'arrière de la scène vers l'avant). Enfin, bref, ce n'est pas très convaincant.

Lien permanent


Commentaires

1. 2011-06-21 09:01+0200 (Genoveva)

Je suis d'accord avec toi ! mais on y allait pour Placido et Castronovo ! Quelle classe Placido, quand il se met en retrait pour que Castronovo soit seul aux applaudissements. L'histoire aurait pu donner un beau livret ! Quant aux décors, c'est la valse perpétuelle !

2. 2011-06-21 16:04+0200 (Régis)

Il chante encore!c'est un rôle de ténor dramatique ou de baryton?

3. 2011-06-21 19:16+0200 (Joël)

C'est un rôle de ténor.


Vous pouvez poster un commentaire grâce au formulaire ci-dessous.

Nom ou surnom (obligatoire) :
Adresse email (facultative, n'apparaîtra pas publiquement sur ce site) :
Site Web (facultatif) :
Faire conserver ces coordonnées par mon navigateur ?
Pour montrer que vous n'êtes pas un robot stupide, veuillez recopier les chiffres 23529, dans l'ordre inverse :
Le commentaire (de grâce, évitez le SMS-speak) :

Ne mettez que du texte dans les commentaires ; vous pouvez néanmoins insérer des liens en saisissant par exemple <URL: http://www.google.fr/ > (à savoir « <URL: », une espace, l'URL proprement dite, une espace, et enfin « > ».

Date de génération : 2018-02-13 08:46+0100 ― Mentions légales.