Weblog de Joël Riou

« “Rencontres avec le Gange” | Gangâ à Sucy-en-Brie »

Otello à Bastille

2011-06-18 18:04+0200 (Orsay) — Culture — Musique — Opéra

Opéra Bastille — 2011-06-17

Aleksandrs Antonenko, Otello

Lucio Gallo, Jago

Michael Fabiano, Cassio

Francisco Almanza, Roderigo

Carlo Cigni, Lodovico

Roberto Tagliavini, Montano

Renée Fleming, Desdemona

Nona Javakhidze, Emilia

Chae Wook Lim, Un araldo

Andrei Serban, mise en scène

Peter Pabst, décors

Graciela Galan, costumes

Joël Hourbeigt, lumières

Alessandro Di Stefano, chef de chœur

Marco Armiliato, direction musicale

Orchestre et Chœur de l'Opéra national de Paris

Maîtrise des Hauts-de-Seine, Chœur d'enfants de l'Opéra national de Paris

Otello, Verdi (sans décors ni accessoires)

Une grève à l'Opéra a fait que cette représentation de l'Otello de Verdi s'est faite sans décors. Le mouvement devait être plus étendu que d'habitude puisque les chanteurs n'avaient à leur disposition aucun accessoire. En sus, parmi eux, il y en avait au moins deux qui ne jouaient pas (Otello et Desdemona). Scéniquement, c'était bien en dessous de ce qui se voit dans les représentations d'opéras annoncées à l'avance comme étant en version de concert. Lors de la dernière série de représentations de L'Italienne à Alger, j'avais trouvé que la version sans décors avec mise en scène improvisée était meilleure que la version normale (mise en scène par Andrei Serban). Je n'ai pas encore vu sa mise en scène d'Otello, je pourrai comparer plus tard...

Le renoncement d'un certain nombre de spectateurs m'a permis, avec d'autres, de bénéficier d'un replacement de première catégorie au premier rang centré du premier balcon.

Du côté de la musique (l'orchestre de l'Opéra dirigé par Marco Armiliato), j'ai trouvé cette représentation sublime. Les sonorités de l'orchestre passent par de nombreux états au cours de l'opéra, les orchestrations des différents moments étant très variées, chacune convenant aux sentiments ou à la situation particulière. Dans la mise en musique du texte, on trouve peu de passages que l'on pourrait qualifier d'airs. On observe au contraire une grande continuité dans la musique, dont la tension ne retombe jamais. Bref, c'est assez wagnérien... L'atmosphère d'une phrase musicale confiée aux violoncelles me fait d'ailleurs penser à un passage similaire dans le premier acte de La Walkyrie. On trouve même des motifs, en tout cas au moins un, utilisé au dernier acte comme réminiscence de l'amour d'Otello et Desdemona avant que la jalousie n'y fît obstacle. Parmi les moments très forts, j'ai apprécié l'utilisation des contrebasses pour accompagner l'entrée en scène d'Otello alors qu'il va commettre l'irréparable.

S'il avait été un peu plus comédien, j'aurais été totalement convaincu par Aleksandrs Antonenko (Otello). Le jeu de Renée Fleming (Desdemona) a été également très en retrait, mais je n'ai pas beaucoup apprécié sa voix, qui quoique dotée d'un joli timbre, m'a semblée assez inconstante et peu puissante. Mon impression négative sur la première partie de la représentation s'est cependant un peu améliorée dans les deux derniers actes. J'ai lu beaucoup de commentaires assassins sur le baryton Lucio Gallo (Jago). Moi, je l'ai trouvé très bien. C'était aussi le seul à véritablement jouer son rôle, qui est tout en duplicité.

Lien permanent


Commentaires

Vous pouvez poster un commentaire grâce au formulaire ci-dessous.

Nom ou surnom (obligatoire) :
Adresse email (facultative, n'apparaîtra pas publiquement sur ce site) :
Site Web (facultatif) :
Faire conserver ces coordonnées par mon navigateur ?
Pour montrer que vous n'êtes pas un robot stupide, veuillez recopier les chiffres 88635, dans l'ordre inverse :
Le commentaire (de grâce, évitez le SMS-speak) :

Ne mettez que du texte dans les commentaires ; vous pouvez néanmoins insérer des liens en saisissant par exemple <URL: http://www.google.fr/ > (à savoir « <URL: », une espace, l'URL proprement dite, une espace, et enfin « > ».

Date de génération : 2018-02-13 08:46+0100 ― Mentions légales.