Weblog de Joël Riou

« Humour noir à l'Athénée | Le spectacle de l'école de danse de l'Opéra »

Shashank au Théâtre de la Ville

2011-04-05 01:04+0200 (Orsay) — Culture — Musique — Culture indienne

Théâtre de la Ville — Place du Châtelet — 2011-04-04

Shashank, flûte murali

Parupally Phalgun, mridangam

Satyajit Talwalkar, tabla

Je n'étais pas retourné au Théâtre de la Ville (Place du Châtelet) depuis presque un an (c'est comme y aller pour la première fois, d'ailleurs je ne m'étais même pas rendu compte que sur la façade on pouvait encore lire Sarah Bernhardt ; je croyais que ce nom avait été abandonné depuis longtemps !). La dernière fois, c'était pour un concert Tambours sacrés de l'Inde assez inintéressant.

Le concert de ce soir est un récital du flûtiste Shashank, que j'avais déjà entendu lors des vingt-quatre heures du raga. Je n'ai pas été excessivement enthousiasmé par ce concert. Le flûtiste, qui lors des silences insérés s'éponge le visage, change de flûte ou boit de l'eau, est accompagné de deux percussionnistes, l'un du Sud (mridangam), l'autre du Nord (tablas) (ah oui, j'ai peut-être oublié de le préciser, mais ils viennent bien sûr tous d'Inde !), ce qui donne un côté un peu hybride à la formation. Je me serais bien contenté d'un seul des deux, avec une préférence pour Parupally Phalgun qui avait l'air davantage dans son élément. Chose inhabituelle pour un musicien du Sud, la première partie est un Alap annoncé sur une gamme pentatonique. J'entends quelque spectatrice murmurer Qu'est-ce que c'est que ce truc ?!. J'aurais bien eu envie de lui répondre d'attendre un peu... C'est qu'il a plutôt pris son temps, tenant des notes assez longtemps, insérant des silences, avant de laisser se développer librement la mélodie, bientôt suivie de l'entrée des percussionnistes. Après, il a interprété la composition principale sur le mode Purvi Kalyani. Une deuxième composition est venue ensuite ; il en a d'abord chanté le śloka en l'honneur de Krishna (sous le nom de Gopala). Au cours de de cette pièce comme dans la précédente, on assiste à quelques questions/réponses entre les musiciens, chose qui semblerait plus courante dans la musique du Sud par rapport à celle du Nord (en tout cas, dans les récitals de danse bharatanatyam, c'est systématique !). On assiste à un déluge de virtuosité du flûtiste, mais c'est carrément trop démonstratif, au point de me faire oublier d'apprécier la musique... La fin des morceaux est systématiquement atteinte du syndrome de l'hydravion (il a beaucoup de mal à atterrir le pauvre aéronef, tous les effets et manœuvres sont essayés, on touche l'eau, mais non, on est obligé de remettre les gaz et cinq minutes plus loin, on a bien fini par y arriver, mais complètement épuisé).

Deux dévotionnels sont ensuite joués. Le premier est un duo rythmique (avec un tout petit peu de flûte à la toute fin) sans intérêt si ce n'est le petit jeu de questions/réponses entre les percussionnistes, jusqu'à en arriver à frapper leurs peaux respectives un temps sur deux à tour de rôle. Le deuxième est intitulé quelque chose comme Indu Bharavi. Le public en redemandant, un dernier morceau non prévu est joué pour conclure ces presque deux heures de musique.

Lien permanent


Commentaires

Vous pouvez poster un commentaire grâce au formulaire ci-dessous.

Nom ou surnom (obligatoire) :
Adresse email (facultative, n'apparaîtra pas publiquement sur ce site) :
Site Web (facultatif) :
Faire conserver ces coordonnées par mon navigateur ?
Pour montrer que vous n'êtes pas un robot stupide, veuillez recopier les chiffres 48821, dans l'ordre inverse :
Le commentaire (de grâce, évitez le SMS-speak) :

Ne mettez que du texte dans les commentaires ; vous pouvez néanmoins insérer des liens en saisissant par exemple <URL: http://www.google.fr/ > (à savoir « <URL: », une espace, l'URL proprement dite, une espace, et enfin « > ».

Date de génération : 2018-02-13 08:46+0100 ― Mentions légales.