Weblog de Joël Riou

« Haydn/Beethoven/Franck à Pleyel | Coppélia à Garnier »

Damien Guillon aux Billettes

2011-03-19 00:25+0100 (Orsay) — Culture — Musique

Église des Billettes — 2011-03-18

Damien Guillon, contre-ténor

Eric Bellocq, luth

Isabelle Saint-Yves, viole de gambe

Kevin Manent-Navratil, clavecin

If Musick be the food of Love (Purcell)

Strike the Viol (Purcell)

Alamand — instrumental (Purcell)

Here, let my life (Purcell)

Now, O now, I needs must part (John Dowland)

Sir John's Smith (John Dowland)

What then is Love but mourning (Philip Rosseter)

Can she excuse my wrongs — pour luth (anonyme)

Can she excuse my wrongs (John Dowland)

Tis Nature's voice (Purcell)

Saraband — instrumental (John Blow)

Musick for a while (Purcell)

Gaillarde sur Lachrymae — instrumental (John Dowland)

Flow my tears (John Dowland)

Pavane — instrumental (John Dowland)

Sorrow stay (John Dowland)

Eglantine — pour luth (anonyme)

Awake sweet love (John Dowland)

From Rosie Bowr's (Purcell)

Almand — instrumental (Purcell)

Here the deities approve (Purcell)

Mon passage précédent à l'Église des Billettes m'avait mis assez mal à l'aise. Le concert de ce soir a au contraire plus que satisfait mes attentes et je n'ai manifestement pas été le seul puisque l'applaudimètre m'a semblé atteindre un niveau qu'il ne m'avait jamais été donné d'ouïr depuis que je fréquente ce lieu.

Lors d'un précédent concert, j'avais été enthousiasmé par la voix du contre-ténor Damien Guillon. J'avais donc en début d'année choisi de réserver une place pour ce concert consacré principalement à Henry Purcell et à John Dowland : de la musique baroque pas mal plus ancienne que celle que j'écoute le plus souvent (en clair, plus ancien que Bach).

Depuis la place la plus excentrée des deuxièmes loges, je peux voir les trois instrumentistes : Isabelle Saint-Yves à la viole de gambe (déjà entendue dans L'Art de la Fugue avec l'ensemble Sit Fast), Eric Bellocq au luth et Kevin Manent-Navratil au clavecin. Lors des nombreux réaccordages, une des cordes de la viole persistait à ne pas vouloir s'accorder, il fallait de nombreuses manipulations de la cheville correspondante pour arriver au bon résultat. Jeu de chaises musicales puisqu'on entendra lors du concert toutes sortes de configuration : voix seule, voix accompagnée du luth, du luth et du clavecin, clavecin seul, tous ensemble, etc, jusqu'à des gags lors des rappels avec quelque musicien qui sort de scène par erreur alors qu'ils étaient bien à l'effectif de la pièce proposée. Apparemment, le chanteur est debout pour Purcell, mais reste assis pour les autres compositeurs. Comme les partitions ont l'air de contenir toutes les voix et d'être assez espacées, on voit souvent des tournes assez spectaculaires, surtout pour la violiste qui arrive à jouer cordes à vide de la main droite tout en se penchant vers le pupitre pour faire glisser la page de l'autre.

De ma place, disais-je, je vois les musiciens, enfin surtout le claveciniste et la violiste, mais pas tant que cela le luthiste que je vois de dos et de dessus, ce qui est bien dommage. Pour ce qui est du chanteur Damien Guillon, j'en vois le profil droit, mais le principal est que je l'entends très bien (malgré le ruissellement subséquent à la tombée de la pluie qui bruite en arrière-plan). Si le concert m'a ravi du début à la fin, le moment qui m'a le plus ébloui a été lors de la chanson Now, O now, I needs must part de John Dowland (1563-1626). Je crois que je ne vais pas tarder à me procurer son disque Dowland qui vient tout juste de sortir...

Lien permanent


Commentaires

Vous pouvez poster un commentaire grâce au formulaire ci-dessous.

Nom ou surnom (obligatoire) :
Adresse email (facultative, n'apparaîtra pas publiquement sur ce site) :
Site Web (facultatif) :
Faire conserver ces coordonnées par mon navigateur ?
Pour montrer que vous n'êtes pas un robot stupide, veuillez recopier les chiffres 87888, dans l'ordre inverse :
Le commentaire (de grâce, évitez le SMS-speak) :

Ne mettez que du texte dans les commentaires ; vous pouvez néanmoins insérer des liens en saisissant par exemple <URL: http://www.google.fr/ > (à savoir « <URL: », une espace, l'URL proprement dite, une espace, et enfin « > ».

Date de génération : 2018-02-13 08:46+0100 ― Mentions légales.