Weblog de Joël Riou

« Manoj et Manisha Murali Nair à Rabindra Sadan | Kumartuli »

Chandernagor et Seoraphuli

2010-08-08 14:40+0530 (কলকাতা) — Voyage en Inde IX

Avant-hier, je suis allé à Chandernagor. Je serais bien resté plus longtemps, mais la pluie était assez forte et il faut bien le dire, il n'y a pas énormément de lieux à visiter.

L'église du Sacré-Cœur était fermée. L'institut de Chandernagor (en français dans le texte) occupe une très belle demeure du début du XIXe siècle, l'ancienne résidence des gouverneurs de l'ancienne possession française. Une brochure en français explique l'histoire du comptoir et de l'institut : la construction du fort d'Orléans en 1696, sa destruction par les anglais en 1757 (une bataille où s'est illustré le colonel Jean-Baptiste-Joseph Gentil, le même à qui la BnF doit une vaste collection de miniatures indiennes), sa reprise en 1816 par les français qui maintinrent une présence jusqu'à la fusion pacifique du territoire avec l'Inde indépendante vers 1950/1952.

À l'entrée, une belle sculpture représentant Marianne tenant l'inscription Liberté, Égalité, Fraternité. Dans une des salles du musée, on trouve côte à côte des emblèmes nationaux français et indiens. Une galerie présente l'histoire coloniale des différences puissances européennes dans la région. Dans d'autres salles sont exposées des œuvres d'art (dont une Mona Lisa d'un certain Da Vinci, dont rien n'indique que ce ne soit pas un original), des coupures de presse en français et en bengali. Les toilettes sont d'un côté pour Une dame et de l'autre pour Des gens. L'enthousiasme fait parfois commettre des erreurs de français...

Dans la (petite) ville, on lit quelques inscriptions en français, dont École de jeunes filles à l'entrée d'une école où les cours sont en anglais. Le traité signé par la France et l'Inde prévoyait le maintien d'institutions culturelles et d'éducation en français. J'ai ainsi vu un panneau Ici, on enseigne le français. Plus loin, une boutique s'appelle Le Paradis du fruit.

La plus belle route de la ville s'appelle Strand Road. Une partie d'entre elle permet une agréable balade le long de la rivière Hooghly. Quelque kiosque permet de s'arrêter un moment tout en restant au sec.

Au détour d'une ruelle, une sorte de temple où se dressent dans le fond un bel ensemble de divinités assez colossales (probablement tantriques, je ne suis pas allé les voir de près).

Bref, Chandernagor est un magnifique lieu pour passer quelques heures au calme, à l'abri de l'agitation de Kolkata.

Hier, je me suis rendu dans la petite ville de Seoraphuli pour passer la journée avec la famille d'Arijit (rencontré dans un train Vishnupur-Kolkatata il y a deux ans) et Soumo, un de ses amis. Sa fille Adrija a maintenant trois ans et demi. Les plats ingurgités la veille dans un restaurant pourtant de haut standing ne m'ont malheureusement pas permis d'apprécier à leur juste valeur tous les plats préparés pour le déjeuner dans cette maison dont la famille (Arijit, son épouse, sa fille et ses parents) occupent le rez-de-chaussée. Je vais maintenant déjà mieux.

À mon retour à la gare de Howrah (dans un train où toutes sortes de vendeurs viennent faire des démonstrations de leurs produits dans le genre de ce qu'on peut voir dans les télé-achats, notamment pour un petit bout de plastique qui permette d'extraire la jus de certains fruits : une sorte de cylindre à enfoncer jusqu'au centre du fruit qu'on a plus qu'à presser comme un ballon pour remplir un réservoir), les bateaux ne font plus la traversée de la Hooghly. Je dois prendre un taxi prépayé qui restera bloqué longtemps dans les embouteillages à l'approche du Howrah Bridge (illuminé en violet). Apparemment, il y avait une longue procession. La plupart des effigies représentaient Shiva, mais à un moment donné, il y avait un groupe de pèlerins qui portaient un gigantesque ballon de football de plusieurs mètres de diamètre. Bizarre.

À la télévision, on ne parlait que des scandales financiers autour de l'organisation prochaine des Jeux du Commonwealth à Delhi, mais d'autres événements font maintenant l'actualité : les centaines de morts et disparus à Leh (Jammu et Cachemire) dans de violentes inondations, la collision de deux cargos à Mumbai, des intouchables à qui on a refusé l'entrée dans un cinéma multiplexe à Chennai.

Lien permanent


Commentaires

Vous pouvez poster un commentaire grâce au formulaire ci-dessous.

Nom ou surnom (obligatoire) :
Adresse email (facultative, n'apparaîtra pas publiquement sur ce site) :
Site Web (facultatif) :
Faire conserver ces coordonnées par mon navigateur ?
Pour montrer que vous n'êtes pas un robot stupide, veuillez recopier les chiffres 99838, dans l'ordre inverse :
Le commentaire (de grâce, évitez le SMS-speak) :

Ne mettez que du texte dans les commentaires ; vous pouvez néanmoins insérer des liens en saisissant par exemple <URL: http://www.google.fr/ > (à savoir « <URL: », une espace, l'URL proprement dite, une espace, et enfin « > ».

Date de génération : 2018-02-13 08:46+0100 ― Mentions légales.