Weblog de Joël Riou

« Kaguyahime à Bastille | La donna del lago à Garnier (suite) »

Anna Caterina Antonacci à l'Opéra Comique

2010-06-20 01:06+0200 (Orsay) — Culture — Musique

Opéra Comique — 2010-06-19

Anna Caterina Antonacci, mezzo-soprano

Donald Sulzen, piano

Mandoline, En sourdine, Green, À Clymène, C'est l'extase (Gabriel Fauré, texte de Paul Verlaine, Cinq mélodies de Venise)

Tyndaris et Phyllis (Reynaldo Hahn, texte de Leconte de Lisle, Études latines)

Fumée (Reynalho Hahn, texte de Jean Moréas)

L'Énamourée et Le Printemps (Reynaldo Hahn, texte de Théodore de Banville)

Chère nuit (Alfred Bachelet, texte d'Eugène Adenis)

My Memories (Paolo Tosti, texte de Clifton Bingham)

Love Me! (Paolo Tosti, texte de Githa Sowerby)

Love's way (Paolo Tosti, texte d'Ethel Clifford)

Once more (Paolo Tosti, texte de Githa Sowerby)

Summer (Paolo Tosti, texte de Malcolm Salaman)

Amor, Amor! (Pieradolfo Tirindelli, texte d'Ada Negri)

Scherzo Ballade (Pietro Cimara, texte de Carlo Zangarini)

3 canti all'antica : L'udir talvolta, Ma come potrei, Ballata (Ottorino Respighi, textes de Giovanni Boccaccio)

Pioggia (Ottorino Respighi, texte de Vittoria Aganoor Pomilj)

Nebbie (Ottorino Respighi, texte d'Ada Negri)

Paolo, date mi pace! (Riccardo Zandonai, Francesca da Rimini

Lu Cardillo (Traditionnel en dialecte napolitain)

O del mio amato ben (Stefano Donaudy)

Moonriver (Johnny Mercer et Henry Mancini)

Son pochi fiori (Pietro Mascagni, L'amico Fritz)

Fin d'une série de sept spectacles en huit jours. Après les Tambours sacrés de l'Inde au Théâtre de la Ville, Amitabh Bachchan au TCE, La Donna del lago, Joyce DiDonato au TCE, Another Sleepy Dusty Delta Day (Jan Fabre Troubleyn) au Théâtre de la Ville (Abbesses) et Kaguyahime, c'était ce soir le temps d'écouter le récital d'Anna Caterina Antonacci à l'Opéra Comique.

Comme elle est une des chanteuses que j'apprécie le plus (et que j'ai entendue le plus souvent : huit fois, à égalité avec Natalie Dessay), j'avais choisi une place de première catégorie (troisième rang de l'orchestre, au centre).

Je ne suis pas un habitué des récitals de chant accompagnés au piano. Ce n'est que la troisième fois que je vais à concert présentant cette configuration : les deux fois précédentes étaient avec Waltraud Meier et Joyce DiDonato. Ce soir, le pianiste était Donald Sulzen.

Au programme de ce récital, des airs et mélodies de la Belle Époque. La première partie est consacrée à la musique française : Fauré, Hahn, Bachelet. Je ne suis pas surpris de comprendre les vers qu'elle chante, si ce n'est quand elle augmente le volume de sa voix : cela devient alors trop difficile. J'ai particulièrement aimé Tyndaris (Hahn) et Chère nuit (Bachelet). La deuxième partie commence par des chansons en anglais de Paolo Tosti. Viendront ensuite des chansons en italien et l'air Paolo, date mi pace! de Francesca da Rimini de Riccardo Zandonai.

Le public a applaudi avec enthousiasme la chanteuse à la fin de chaque cycle de chansons, et encore davantage à la fin, jusqu'à une standing-ovation. Expérience inouïe pour moi : quatre bis seront ajoutés en sus du programme préétabli : trois chansons en italien et Moon River. Le directeur du théâtre Jérôme Deschamps est venu lui-même lui remettre un bouquet de fleurs.

Ailleurs : Palpatine.

Lien permanent


Commentaires

Vous pouvez poster un commentaire grâce au formulaire ci-dessous.

Nom ou surnom (obligatoire) :
Adresse email (facultative, n'apparaîtra pas publiquement sur ce site) :
Site Web (facultatif) :
Faire conserver ces coordonnées par mon navigateur ?
Pour montrer que vous n'êtes pas un robot stupide, veuillez recopier les chiffres 13454, dans l'ordre inverse :
Le commentaire (de grâce, évitez le SMS-speak) :

Ne mettez que du texte dans les commentaires ; vous pouvez néanmoins insérer des liens en saisissant par exemple <URL: http://www.google.fr/ > (à savoir « <URL: », une espace, l'URL proprement dite, une espace, et enfin « > ».

Date de génération : 2018-02-13 08:46+0100 ― Mentions légales.