Weblog de Joël Riou

« Rameau aux Billettes | Spams de l'Olympia »

Platée à Garnier

2009-12-09 01:48+0100 (Orsay) — Culture — Musique — Opéra — Danse

Opéra Garnier — 2009-12-08

Xavier Mas, Thespis

Marc Labonnette, Un Satyre

Aimery Lefèvre, Momus

Mireille Delunsch, Thalie, La Folie

Judith Gauthier, L'Amour, Clarine

Paul Agnew, Platée

Alain Vernhes, Cithéron

François Lis, Jupiter

Yann Beuron, Mercure

Doris Lamprecht, Junon

Laurent Pelly, mise en scène, costumes

Chantal Thomas, décors

Laura Scozzi, chorégraphie

Joël Adam, lumières

Agathe Mélinand, dramaturgie et collaboration à la mise en scène

Nicholas Jenkins, chef du chœur

Jory Vinikour, responsable des études musicales

Marc Minkowski, direction musicale

Chœur et musiciens du Louvre-Grenoble

Platée, Jean-Philippe Rameau

Je reviens de l'Opéra Garnier où avait lieu ce soir la troisième représentation de la reprise de la production de la comédie lyrique Platée de Rameau mise en scène par Laurent Pelly.

Pour la première fois, je me retrouve à l'amphithéâtre. Si on fait plus d'un mètre soixante, on n'a pas de place pour les genoux. Si on en fait moins, les pieds ne touchent pas le sol. On en ressort tout cabossé. Bref, à éviter. Le seul avantage est que l'on a un des meilleurs rapport visibilité/prix. Depuis le centre de l'avant-dernier rang, j'avais vue sur toute la scène. Ce qui était ennuyeux, c'est que l'écran des surtitres était situé juste derrière le grand panneau supérieur de la scène (où est écrit la date de la fondation de l'Académie Royale de Musique). De là, on ne pouvait lire que la ligne du bas. Seul un effet de parallaxe permettait peut-être aux spectateurs des étages inférieurs de lire les surtitres. Je trouve ce genre de bugs d'organisation tout à fait ahurissants.

Heureusement, je connaissais déjà l'histoire (ayant reçu il y a quelque temps un DVD de cette production en prêt) et les chanteurs arrivaient vraiment à se bien faire entendre. Les décors de Chantal Thomas (à ne pas confondre avec ses quasi-homonymes) sont faits de rangées de sièges de théâtre (peut-être est-ce en relation avec Thespis, un précurseur du théâtre, qui intervient dans le prologue). Platée, interprétée par Paul Agnew, est une grenouille à qui on fait accroire que Jupiter s'est épris d'elle. Celui-ci voit là un moyen de s'amuser de la jalousie excessive de Junon. À la fin, tout le monde aura ri au détriment de la grenouille.

Les costumes de Laurent Pelly sont charmants. Le plus étonnant est celui du personnage de la Folie (Mireille Delunsch) : une robe couverte de partitions plus ou moins flottantes. En pleine folie créatrice, elle en déchirera même quelques unes. Les costumes de la grenouille sont intéressants aussi ; le visage de Paul Agnew est complètement fardé. Jupiter (François Lis) et Junon (Doris Lamprecht) brillent en mauve.

L'ouvrage comporte de nombreuses et variées parties dansées (chorégraphie de Laura Scozzi). Le vent est ainsi figuré par une scène de danse où des danseuses ont les cheveux qui tombent à l'horizontale. On verra aussi des couples faire de la danse assez acrobatique. Les nombreuses suivantes de la Folie ont aussi plusieurs scènes de danse amusantes.

Tout est motif à l'amusement. La musique, le texte et tout le reste. Ainsi, entre le deuxième et le troisième acte, une grenouille descendra d'une baignoire pour rejoindre l'orchestre, embêter les musiciens et même diriger l'orchestre du Louvre-Grenoble ordinairement dirigé par Marc Minkowski.

Lien permanent


Commentaires

1. 2009-12-27 23:48+0100 (AlexM)

Je sors de Platée et suis loin de partager l'enthousiasme pour la mise en scène - il m'est arrivé de fermer les yeux pour profiter de la musique - heureusement la direction musicale est remarquable. Mise en scène : quelques bonnes trouvailles et ballets réussis - mais les grenouilles + l'agitation permanente des choristes n'ajoute rien au spectacle - çà dérange. Bref,ce n'est certes pas la RDA des années 70 mais cette vision française de cultureux n'apporte rien.

2. 2009-12-31 14:49+0100 (Joël)

Entre ça et les costumes ridicules de Varèse 360° que j'ai vus début octobre, il y a quand même de la marge. Je n'ai pas du tout trouvé que Platée faisait mal aux yeux !


Vous pouvez poster un commentaire grâce au formulaire ci-dessous.

Nom ou surnom (obligatoire) :
Adresse email (facultative, n'apparaîtra pas publiquement sur ce site) :
Site Web (facultatif) :
Faire conserver ces coordonnées par mon navigateur ?
Pour montrer que vous n'êtes pas un robot stupide, veuillez recopier les chiffres 75737, dans l'ordre inverse :
Le commentaire (de grâce, évitez le SMS-speak) :

Ne mettez que du texte dans les commentaires ; vous pouvez néanmoins insérer des liens en saisissant par exemple <URL: http://www.google.fr/ > (à savoir « <URL: », une espace, l'URL proprement dite, une espace, et enfin « > ».

Date de génération : 2018-02-13 08:46+0100 ― Mentions légales.