Weblog de Joël Riou

« Bhubaneshwar | Puri »

Jagannath Mandir, Surya Mandir

2008-08-06 16:33+0530 (ପୁରି) — Voyage en Inde V

Hier matin, j'ai pris le bus pour faire le trajet Bhubaneshwar-Puri. Cela a pris à peine plus d'une heure pour une cinquantaine de kilomètres. Je suis descendu dans un hôtel situé tout près du golfe du Bengale, non loin de la rue Chakra Tirtha qui longe le littoral.

L'après-midi, je suis parti à pieds à la recherche d'un des temples les plus sacrés de l'Inde : le Jagannath Mandir, interdit aux non-hindous. Après avoir erré dans les ruelles paisibles de la ville, j'ai espéré qu'un cycle-rickshaw croise mon chemin, ce qui fut le cas. À la sortie du Chowk, j'ai aperçu la grande tour de ce temple dédié à Jagannath, une des formes de Krishna, avatar de Vishnu. Je pensais pouvoir monter en haut d'une bibliothèque toute proche pour mieux voir l'intérieur de l'enceinte, mais les heures d'ouverture ont rétréci comme peau de chagrin : l'après-midi, elle n'était ouverte que de 17h à 18h. Pour passer le temps, j'ai donc entrepris de faire le tour de l'enceinte extérieur pour voir les trois autres portes du temple et déguster un gros gulab jamun au passage. Je ne me suis en revanche pas laissé tenter par les gros blob huileux qui constituaient des sortes de ruches.

L'entrée principale est située à l'Est. Devant l'entrée, de gigantesques roues attendent vraisemblablement la prochaine procession de Rath Yatra. Depuis la bibliothèque, la vue n'a rien extraordinaire.

Je suis ensuite allé au bord de l'eau pour tremper mes pieds dans les eaux écumeuses du golfe du Bengale.

En reprenant mon chemin, à une intersection, j'ai vu une sculpture du héros nationaliste controversé Netaji Subhash Chandra Bose en train de faire ce qui pourrait très bien être un salut nazi.

Pour mon dîner, j'ai choisi un restaurant proposant des fruits de mer. J'ai pris un très bon biryani de crevettes, accompagné de puris. En attendant que mon dîner soit préparé, j'ai dû affronter un marchand d'objets artisanaux. Les objets qu'il présentaient étaient jolis et peu chers, mais j'en avais déjà vus et achetés de plus beaux du même type à des prix similaires à Allahabad et à Mumbai à l'occasion de fêtes où des marchants d'Orissa étaient venus présenter leur artisanat. Dessins sculptés sur des tranchettes de bois solidaires représentant Radha et Krishna ou Dasavatara, les dix incarnations de Vishnu.

Aujourd'hui, je suis allé à Konark pour visiter le temple du Soleil (treizième siècle), inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco. Le premier édifice que l'on voit en entrant, ou plutôt ce qu'il en reste, est un lieu consacré à la danse. Le pourtour est recouvert de sculptures représentant de nombreuses positions de danse. Plus haut, de nombreux dieux protègent les points cardinaux.

La structure principale est constituée d'une salle d'offrande et du sanctuaire. Ce dernier, en forme de tour, s'est effondré. Il ne reste plus que l'autre partie, de forme pyramidale, mais dont l'intérieur a été comblé en 1903 pour prévenir de nouveaux effondrements. Comme de nombreux temples, celui-ci est conçu comme un immense char. De part et d'autre, on peut voir de nombreuses paires de roues. La partie basse est richement sculptée : scènes représentant le roi, scènes liées à la construction du temple, nombreuses scènes érotiques. Trois grandes sculptures du dieu Surya sont visibles dans la partie principale. Comme de nombreux autres éléments du temple, elles ne sont plus dans leur emplacement originel. Chacune de ces sculptures correspond à un moment de la journée, la forme du couchant est celle qui a le moins d'éclat.

Mon guide m'a raconté de nombreuses légendes au sujet du temple. On raconte ainsi que la tour du sanctuaire contenait des aimants puissants contribuant à la cohésion de l'édifice. Les navigateurs portugais fussent très ennuyés de ce que cela brouillât leurs dispositifs de navigation. Il eût suffi qu'il enlevassent les aimants du temple pour qu'icelui s'écroulât.

Lien permanent


Commentaires

Vous pouvez poster un commentaire grâce au formulaire ci-dessous.

Nom ou surnom (obligatoire) :
Adresse email (facultative, n'apparaîtra pas publiquement sur ce site) :
Site Web (facultatif) :
Faire conserver ces coordonnées par mon navigateur ?
Pour montrer que vous n'êtes pas un robot stupide, veuillez recopier les chiffres 54963, dans l'ordre inverse :
Le commentaire (de grâce, évitez le SMS-speak) :

Ne mettez que du texte dans les commentaires ; vous pouvez néanmoins insérer des liens en saisissant par exemple <URL: http://www.google.fr/ > (à savoir « <URL: », une espace, l'URL proprement dite, une espace, et enfin « > ».

Date de génération : 2019-05-25 13:55+0200 ― Mentions légales.